Page en cours de rédaction…

 

 

1) Exploration des émotions musicales induites par l’écoute d’œuvres contemporaines

Un aspect de ce projet consiste à observer, à l’aide d’outils de mesure, la manière dont le cerveau humain perçoit la musique contemporaine atonale en comparaison avec la réception de musiques plus anciennes, tonales ou modales. L’autre aspect a pour objet de mesurer l’impact des musiques répétitives sur la perception. Ces expériences sont menées auprès d’étudiants en Musicologie. Il s’agit donc d’un public déjà un peu initié. Le pilotage est assuré par Patrick Revol, Maître de Conférence HDR membre du CRHIPA, en collaboration avec Gérard Mick neurobiologiste, neurologue (Laboratoire LEADS-CNRS 5022 de Dijon). Deux journées d’études sont prévues début 2016. Elles donneront l’occasion de présenter une partie de ces travaux ainsi que des conférences autour du thème « Musique et cerveau ». Le résultat définitif de cette recherche sera ensuite publié sous la forme d’articles.

 

2) Michelet hors frontières

 Porteur du projet : Sylvain Venayre

Autant, sur le plan de l’expression, Michelet est un écrivain qui se joue des frontières entre les formes et les types d’écriture, autant sa pensée historique et politique est, elle aussi, labile, construisant et déconstruisant le modèle de la nation, lorsqu’elle s’élargit à l’échelle de l’Europe et du monde ou qu’elle prend en compte le local, le périphérique et l’excentrique. Ancrée dans une épistémè romantique qui dépasse largement les bornes de la France, nourrie de la lecture des savants et des théoriciens de toute l’Europe, aspirant à la fraternité des peuples, actualisant celle-ci par un très large réseau de relations internationales, l’œuvre de Michelet est constamment animée d’un double mouvement d’identification et de franchissement des frontières. Ce programme de recherches se donne pour objectif d’examiner ce débordement des frontières, tant épistémologiques que géographiques.

Partenaires : Laboratoire « Logique de l’agir » (Université de Franche-Comté), CERILAC (Université Paris-Diderot), Archives nationales

Manifestations passées :

  •                Séminaire de 6 séances organisé en 2014-2015 à l’université Paris-Diderot :
  •                17 octobre 2014 : Dénationaliser Michelet (A. Aramini, P. Petitier, Y. Potin, S.Venayre)
  •                21 novembre 2014 : Soirée « Fous de Michelet » (P. Bergounioux, P. Boucheron, O. Frébourg et E. Laurentin)
  •                12 décembre 2014 : Michelet et la frontière (Robert Damien)
  •                6 février 2015 : Michelet et les internationalismes (J.-N. Ducange)
  •                20 mars 2015 : Michelet et Vico (G. Navet)
  •                29 mai 2015 : Michelet en Allemagne et aux Pays-Bas (C. Creyghton) et Michelet au Brésil (J. Gambogi)

Objectif final

Reconduction du séminaire en 2015-2016 dans la perspective de dépôt d’une ANR ou intégration du programme de recherche sur Michelet au programme déposé par Michela Nacci (Université de L’Aquila) et moi-même dans le cadre de l’Université franco-italienne.

 

3) Étude longitudinale d’enregistrements synchrones en électroencéphalographie lors de l’apprentissage d’une activité artistique

Appréhender le comportement d’individus dans une relation complexe telle que la pratique musicale en groupe où le système global ne peut pas être réduit à ses composantes individuelles.

Partenaires : Gipsa Lab Sciences et Technologie de l’Information (Traitement du Signal)

 

4) Plateforme GENESIS

Travail sur GENESIS, logiciel de création musicale abordant à la fois la synthèse sonore et la composition grâce à la technologie de la modélisation physique. Il permet de créer une immense variété d’instruments virtuels, mais aussi de simuler de véritables ensembles instrumentaux.

Partenaires : CRHIPA (P. Revol), Laboratoire ICA (Informatique et Création Artistique) de l’Institut Polytechnique de Grenoble

Le programme bénéficie du travail de recherche de Giuseppe Gavazza, titulaire d’un contrat doctoral (“La synthèse par modèle physique comme outil de formalisation musicale”, 3ème année)

 

5) Miracle, nature raison : l’écriture du surnaturel au XVIIe siècle

Partenaires : Fond National Suisse, CRHIPA (N. Ghermani), IUF

Le projet se concentre sur la traduction, l’édition et l’exploitation de l’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg (1657-1672). La traduction est en cours d’achèvement. Elle est accompagnée par la publication aux éditions ALPHIL d’un ouvrage de réflexion sur l’Atlas Marianus intitulé Marie mondialisée : penser le surnaturel à l’époque moderne. Ces travaux ont été précédés par trois rencontres dont une à Grenoble (18 novembre 2011).

Projet financé par le Fond National Suisse et dirigé par le professeur Olivier Christin (Université de Neuchâtel).

Prévisions  : Parution prévue des deux volumes  en 2016

1) « Vaison et son territoire dans l’Antiquité »

Porteurs du projet : Caroline Michel d’Annoville et Nicolas Mathieu

Ce projet comporte deux volets : un volet épigraphique (« PCR Vaison-la-Romaine et communes alentours. ILN, Vaison des Voconces. » N. Mathieu) et un volet archéologique (fouilles du forum de Vaison. C. Michel d’Annoville). L’action s’inscrit dans un projet collectif pluri-annuel autour de la publication des inscriptions latines de la cité de Vaison des Voconces dans l’Antiquité et autour des fouilles du forum de Vaison-la-Romaine.

Le volet épigraphique du projet s’inscrit dans une tradition épigraphique grenobloise ancienne et, selon les pratiques scientifiques contemporaines, prend en compte l’ensemble des monuments inscrits donc en collaboration avec archéologues, architectes, historiens de l’art. Le volet archéologique s’appuie sur les fouilles menées par J. -M. Mignon depuis trois ans à l’emplacement du forum antique de Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Ces travaux ont une finalité scientifique. Ils ont aussi pour objectif de former les étudiants aux techniques de fouilles qui vont du dégagement lui-même, au relevé de terrain et à l’identification du matériel.

Partenaires

Université  Grenoble Alpes / Personnel enseignant de Grenoble, chercheurs ou doctorants

Caroline Michel d’Annoville, professeur, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Nicolas Mathieu, professeur d’histoire romaine, Université Grenoble Alpes

Djamila Fellague, maître de conférence, université Grenoble Alpes

Bernard Rémy, professeur émérite d’histoire romaine, Université Grenoble Alpes

Marianne Béraud, doctorante, allocataire monitrice, histoire romaine

Yann Bonfand, doctorant

Partenaires extérieurs à Grenoble, enseignants (partie prenante du programme de fouille ou de recherche sur les inscriptions)

Patrice Faure, maître de conférence, Université Lyon-3 – Jean Moulin

Benoît Rossignol, Maître de conférence, Université Paris 1, Sorbonne

DRAC PACA (Xavier Delestre, Directeur régional des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie)

David Lavergne, Conservateur en chef du patrimoine, SRA, Vaucluse

Département du Vaucluse

Jean-Marc Mignon, archéologue, Service Départemental du patrimoine et de l’archéologie, Vaucluse

INRAP-Vaucluse

Joël-Claude Meffre, archéologue, Vaucluse, Vaison

Personnels des services municipaux de Vaison-la-Romaine

Christine Bezin, Mélanie Bienfait, Julien Charles

Manifestations passées et futures

  • 25 octobre 2012 : Séminaire Inscriptions latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces.
  • 24 avril 2014 : 2ème séminaire Inscriptions latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces.
  • 22 avril 2015 : 3ème séminaire Inscriptions latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces = 1er séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité.
  • Décembre 2015 : 2ème séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité.
  • Avril 2016 : 3ème séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité.

 

Objectif final

Publication du volume ILN, VII, 2, Voconces de Vaison (XLIVe suppl. à Gallia) qui prendra la suite du volume ILN, VII – 1, Voconces de Die, paru en 2012. Cette publication ne pourra pas être réalisée dans le seul temps du PCR dont le but est de faciliter la préparation technique de la publication (prospection, récolement, vérification sur place etc.). Le PCR soutient cet objectif préparatoire.

Les publications plus particulièrement archéologiques seront effectuées dans un autre cadre et avec d’autres soutiens.

 

2) Coordination et pilotage du projet d’atlas culturel des villes italiennes s’appuyant sur une équipe de dix chercheurs français spécialistes de l’Italie

Impulsé au sein du CRHIPA (« Voyage, territoire, savoirs. L’espace culturel des villes italiennes à l’époque moderne, de l’imaginaire au réel ») dans le cadre du cluster 13 de la région Rhône-Alpes Culture, patrimoine, création (axe « Patrimoine et territoire » piloté par Bernard Gauthiez, Lyon 3) et poursuivi dans le cadre de l’ARC5. Le financement obtenu pour les années 2009 et 2010 a servi à lancer le projet qui maintenant se poursuit avec l’appui de l’Institut Universitaire de France (programme 2012-2017: “L’expérience de l’Italie. Mobilités européennes dans la péninsule italienne, 1680-1830″).

 

3) Colophon, Archéologie et histoire d’une cité grecque

Porteur du projet : Pr Chr. Özgan, de l’Université Mimar Sinan, Istanbul.

Ce projet de fouilles archéologiques de la cité de Colophon s’inscrit dans la continuité d’un programme de prospection qui s’est déroulé de 2010 à 2014 (Université de Vienne – Université Mimar Sinan) auquel nous avons été associé en 2013 et 2014. Occupé depuis la fin de l’âge du Bronze jusqu’à la période romaine, le site de Colophon revêt une grande importance pour comprendre l’histoire et la société grecque antique : c’est une cité très puissante à l’époque archaïque puis de nouveau à l’époque hellénistique et les seules fouilles datées des années 1920  ont révélé une grande richesse matérielle et architecturale.

Notre rôle durant ce programme de 3 ans (2015-2017) sera d’explorer systématiquement les nécropoles de la cité que les anciennes fouilles et les prospections ont permis de localiser, notamment dans les périphéries septentrionales. Il s’agira d’affiner la chronologie de ces aires funéraires et de publier les résultats de ces fouilles afin de dresser un portrait aussi complet que possible des coutumes funéraires des habitants de Colophon dans des perspectives historiques (transition âge du Bronze/âge du Fer ; structure sociale…) renouvelées.
L’entreprise est d’autant plus urgente que le site connaît une activité illicite particulièrement importante.

Prévisions :

  • Fouilles archéologiques, 3 semaines, été/automne 2015, 2016, 2017.
  • Colloque international prévu à Vienne en 2015/2016.
  • Volume de publication des prospections et de l’étude des archives US, 2015/2016

 

4) Histoire et historiographie de l’Italie XIIe-XIXe siècle

Porteur du projet : Gilles Bertrand et Ilaria Taddei

Depuis 2003 Gilles Bertrand et Ilaria Taddei sont engagés dans une équipe de recherche travaillant sur l’histoire et l’historiographie de l’Italie. Piloté par l’EHESS-UMR Centre Norbert Elias (CNRS) de Marseille en collaboration avec l’Université d’Avignon et le CIRILLIS de l’Université de Bordeaux, ce programme transversal a déjà abouti à la publication de deux volumes : Une histoire politique de la Toscane. Pouvoir, territoire, ressources, XIVe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2004 ; La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009. Un troisième ouvrage est en préparation sur Histoires d’Italies, XIIe-XIXe siècles. Pratiques et expériences territoriales. Quelques hypothèses de travail sur l’écriture de cette histoire de l’Italie ont été établies lors d’une rencontre qui s’est tenue en octobre 2013 à Bordeaux. L’ambition de ce troisième volet du programme n’est pas d’aboutir à une « Italie-synthèse » ni à une « Italie-plurielle », mais de parvenir à décloisonner les échelles d’observations classiques et à structurer chaque partie du volume en fonction d’interactions différentes.

À ce programme se rattache le projet d’une thèse de doctorat consacrée à la réception du Moyen Âge italien en France et en Italie d’une étudiante que Gilles Bertrand et Ilaria Taddei ont déjà encadrée en M1 et M2.

1) Image et droit

 Porteurs du projet : Caroline Michel d’Annoville et Naïma Ghermani

Le projet «Images et Droit» est une série de trois rencontres interdisciplinaires et internationales qui interroge les relations des juristes à l’image, de l’antiquité à nos jours. Quels sont les liens tissés entre la création et les usages des images et le droit ? Quel droit applique-t-on à quelles images ? Comment les enjeux religieux fondent une partie du droit des images dans l’Antiquité et au Moyen Age? Quelle place ont les images non seulement dans la production juridique du XVIe siècle mais également dans l’économie du texte juridique? A notre époque, comment considère-t-on l’image animée et quelles sont les limites juridiques de l’usage des images?

Une première table ronde organisée à Rome les 2 et 3 décembre 2013, en collaboration avec l’Ecole Française de Rome, avait pour thème le droit aux images et avait questionné le fameux jus imaginum antique, ses effets et sa réception à l’époque moderne ainsi que sur les usages judiciaires et l’actuel «droit à l’image» qu’il faut sans cesse redéfinir aujourd’hui à l’ère d’internet. Deux autres aspects sont encore à analyser : les usages juridiques des images et le rejet et la condamnation des images. Ces problématiques engagent un dialogue entre des historiens du droit, des historiens d’art et des spécialistes de l’image en général, sur des périodes historiques différentes. En ce sens, le projet se veut un travail collectif au long cours puisque les chercheurs participants aux premières sessions seront invités à continuer la discussion lors des rencontres suivantes.

Cette pluralité des approches et des langues des participants s’inscrit dans les axes du CRHIPA à travers l’axe 2 «signature » dédié à l’anthropologie des images, aux marquages et droit des images. Il repose aussi sur un travail commun avec les juristes du Centre de Recherches Juridiques, notamment ceux de l’équipe du CUERPI (http://crj.upmf-grenoble.fr/axes-de-recherche/cuerpi/), spécialisés dans la question des droits de l’image et de la propriété intellectuelle.

Dans la tradition de l’étroite collaboration scientifique de l’université de Grenoble avec l’Italie, le projet associe également des chercheurs de deux institutions internationales sises en Italie : l’Ecole Française de Rome et le Kunsthistorisches Institut de Florence-Institut Max-Planck dont un des programmes de recherche est dédié aux images juridiques.

Ces trois rencontres seront l’objet de plusieurs formes de publications. Dans un premier temps, un site internet accueillera, en attendant une édition papier synthétique globale, des working papers des participants. Cette plateforme abritée sur le site du CRHIPA mais accessible également depuis le site de l’EFR accueillera, en outre, un catalogue d’images juridiques ou aux usages judiciaires.

Partenaires : Ecole Française de Rome, IUF, UGA

Manifestations passées :

 

2) Le monastère royal de Brou, mausolée funéraire de Philibert de Savoie et de Marguerite d’Autriche

Pilotage du projet :  Laurence Rivière Ciavaldini.

Édifie entre 1506 et 1532, fut l’œuvre d’artisans régionaux dirigés par des artistes de dimension internationale comme l’architecte bruxellois, Lodewijk Van Boghem, ou le sculpteur souabe, Conrad Meit de Worms, aidés de leurs équipes de tailleurs de pierre et d’ymagiers flamands et italiens. Outre l’église qui accueillait les tombeaux des princes, et les bâtiments conventuels destinés aux Augustins de Lombardie, la collégiale aurait du être parée, selon les vœux de Marguerite, d’une partie de ses prestigieuses collections. Grâce à des inventaires, nous sommes en mesure de décrire une cinquantaine d’objets d’art destinés à Brou mais qui sur ordre de son légataire et neveu Charles Quint n’y sont jamais parvenus. Certaines œuvres sont identifiées, d’autres non. Le projet de la thèse consiste à les retrouver à partir d’enquêtes dans les archives, les musées, les bibliothèques et les collections privées, dans la littérature du temps et les correspondances, et à les documenter de manière scientifique en s’appuyant sur la bibliographie. Le ou la doctorant(e) devra contribuer à la préparation de l’exposition visant à reconstituer le trésor princier in situ, exposition déjà approuvée par les deux tutelles du monument, le Centre des Monuments Nationaux (CMN) et la Ville de Bourg-en-Bresse (été 2016). En collaboration avec des chercheurs en informatique, il (ou elle) participera à la valorisation pérenne du monument par la mise en œuvre d’outils de valorisation et de diffusion numérique comme la restitution en réalité augmentée.

Partenaires :

LLS, Langages, Littérature, Sociétés, EA 3706 (Université de Savoie)

LIRIS, Laboratoire d’Informatique en Images et Systèmes d’Information

UMR 5505 (Equipe Extraction de caractéristiques et identification), CNRS/INSA de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, Université Lumière Lyon II, Ecole Centrale de Lyon

Monastère de Brou (Monument historique et musée)

Prévisions :

  • une exposition sur le trésor de Brou (été 2016)
  • un catalogue d’exposition
  • Des outils de médiation numériques sur le web et sur site

Le programme de recherche bénéficie du travail de recherche de Maria Le Simple : Le trésor de Brou et les stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche et de sa cour.

 

 

1) Le cardinal de Bernis (1715-1794). Un médiateur européen

Coordination : Gilles Montègre

Descriptif du projet

Le projet vise à organiser deux colloques internationaux autour de la figure de François de Bernis, célèbre cardinal diplomate du siècle des Lumières, à l’occasion du tricentenaire de sa naissance en 2015. Bernis, auquel aucune recherche scientifique collective n’a jusqu’alors été consacrée, offre l’occasion de réunir des chercheurs de divers horizons géographiques et disciplinaires autour de la figure d’un passeur culturel exceptionnel entre la France et l’Italie, par lequel se sont cristallisées des mobilités politiques, diplomatiques, mais aussi artistiques et culturelles, dont l’ampleur se mesure à l’échelle européenne. Le projet a été motivé par la découverte en 2013 des archives personnelles du cardinal de Bernis au château de Crolles, près de Grenoble, que les propriétaires ont accepté de mettre à la disposition d’un groupe de recherche constitué de 15 universitaires, sous la forme de reproductions numériques. Les colloques de Grenoble (21-22 mai) et de Rome (15-16 octobre) bénéficient donc de l’exploitation de ce fonds inédit, mettant en évidence des réseaux épistolaires riches d’une centaine de correspondants, centrés sur la France et l’Italie, mais offrant des prolongements de l’Espagne à la Russie en passant par l’Allemagne et l’Empire ottoman.

Il progetto mira ad organizzare due convegni internazionali riguardanti la figura di François de Bernis, famoso cardinale ambasciatore del secolo dei Lumi, in occasione del tricentenario della sua nascita nel 2015. Bernis, che non ha beneficiato finora di nessuna ricerca scientifica collettiva, offre l’occasione di riunire ricercatori di vari orizzonti geografici e disciplinari attorno alla figura di un mediatore eccezionale tra la Francia e l’Italia, con il quale si sono costituite mobilità politiche, diplomatiche, ma anche artistiche e culturali, di ampiezza europea. Il progetto è stato motivato dalla scoperta nel 2013 degli archivi personali del cardinale de Bernis nel castello di Crolles, vicino a Grenoble, e dal fatto che i proprietari hanno accettato di metterli a disposizione di un gruppo di ricerca composto di 15 universitari, sotto la forma di riproduzione numeriche. I convegni di Grenoble (21-22 maggio) e Roma (15-16 ottobre) trarrano profitto dunque dello sfruttamento di questo fondo inedito, che mette in evidenza reti epistolari di un centinaio di corrispondenti, centrati sulla Francia e l’Italia, ma che offrono prolungamenti dalla Spagna alla Russia, passando dalla Germania e dall’Impero ottomano.

Partenaires financièrement impliqués :

Université de Grenoble Alpes – CRHIPA

– École française de Rome

– Université Paris I Panthéon Sorbonne – IHMC

– Université de Rome « La Sapienza »

– Université Franco – Italienne

– Ambassade de France en Italie – Institut Français Italie

– Région Rhône-Alpes – Arc 5

– SAPRAC (Société des Amis des Poètes Roucher et André Chénier)

Autres partenaires :

– Académie française, Université Paris – Sorbonne, Université de Poitiers, Université Jean Moulin Lyon 3, Université Bordeaux Montaigne, Université de Lille 3, Université Jean Jaurès de Toulouse, Université de Lorraine

Manifestations :

– Rome, 15-16 octobre 2015 : colloque « Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire. 2e session » (CRHIPA, École française de Rome)

– Versailles, 13 juin 2015 : Journée sur le cardinal de Bernis organisée par la SAPRAC

– Grenoble – Crolles, 21-22 mai 2015 : colloque « Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire. 1ère session : Naissance d’un diplomate, postérité d’un homme de lettres » (CRHIPA)

Objectifs finaux :

– Publication d’un ouvrage de synthèse sur le cardinal de Bernis, fondé sur le double colloque et sur l’exploitation des archives personnelles

– Édition critique des cahiers d’éducation inédits de la marquise du Puy-Montbrun, nièce du cardinal, à sa fille

– Réalisation d’un site internet sur les correspondances personnelles et inédites les plus denses du cardinal de Bernis (déjà finalisé)

 

2) AF-FRANCHIR (Arts-Frontières / Franchir)

Porteur du projet : Sylvain Venayre, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Grenoble Alpes, directeur du CRHIPA.

Réunissant des historiens, des littéraires et des géographes, le projet AF-FRANCHIR engage trois membres du CRHIPA, trois du GERCI et quatre de PACTE. Il est doté de 20000 euros. A la croisée de la géographie des frontières et de l’histoire des émotions, son objet est l’étude de la médiatisation des émotions liées au franchissement des frontières. Sa méthodologie consiste à faire travailler ensemble, dans des enquêtes de terrain, des chercheurs et des artistes, afin d’examiner les modalités de transmission des émotions et leurs usages politiques, selon une logique que Luc Boltanski, reprenant Hannah Arendt, a appelé la « politique de la pitié ». Les exemples retenus sont les cas paroxystiques des frontières « fermées », notamment en Afrique du Sud et en Italie.

Autres membres :

Anne-Laure Amilhat-Szary (PACTE), Professeur de géographie à l’Université Grenoble Alpes, membre de l’IUF.

Gilles Bertrand (CRHIPA), Professeur d’histoire moderne à l’Université Grenoble Alpes, membre de l’IUF.

Leonardo Casalino (GERCI), Professeur en histoire contemporaine à l’Université Grenoble Alpes.

Lisa El Ghaoui (GERCI), Maîtresse de conférences en littérature contemporaine à l’Université Grenoble Alpes.

Naïma Ghermani (CRHIPA), Maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Grenoble Alpes, membre de l’IUF.

Alessandro Giacone (GERCI), Maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université Grenoble Alpes.

Myriam Houssay-Holzschuch (PACTE), Professeure de géographie à l’Université Grenoble Alpes, ancienne membre de l’IUF.

Claire Marynower (PACTE), maîtresse de conférences en histoire contemporaine à Sciences Po Grenoble.

Sarah Mekdjian (PACTE), Maîtresse de conférences en géographie à l’Université Grenoble Alpes.

Manifestations : Grenoble, 21 janvier 2016 : “Expérimentations Art-Sciences”

 

3) Communautés nouvelles

Pilotage :  assuré conjointement par M. Tarpin (CRHIPA, UGA) et M.-Cl. Ferriès (CRHIPA UGA et EFR en 2015-2016).

Le programme Communautés Nouvelles est issu d’une part des conclusions d’un workshop ESF, tenu à Nimègue fin 2010, et consacré à la révision des paradigmes de la colonisation romaine, d’autre part du besoin qui s’est fait ressentir au sein de l’UGA d’une collaboration plus étroites entre les Antiquisants. L’approche large des modes de constitutions de communautés correspondait ainsi à la fois à une nécessité scientifique (obtenir une vision globale d’une problématique jusque- là traitée de manière ponctuelle) et à une volonté de collaboration, qui permettait en même temps de réunir sur une même thématique des approches institutionnelles, politiques et anthropologique, tout en dépassant le clivage classique entre histoire grecque et histoire romaine. L’intitulé du programme permet d’expliciter le fait que nous travaillons non seulement sur les processus coloniaux, finalement moins bien connus qu’on ne le croit souvent, mais aussi sur la formation de communautés identitaires au sein de la cité, comme les communautés chrétiennes, par exemple. Le programme est organisé autour de séminaires thématiques regroupant de 3 à 6 intervenants, choisis pour leurs travaux récents et novateurs, auquel est laissé un temps de parole plus important que dans un colloque formel, ainsi qu’un large temps de discussion. Le public est essentiellement scientifique, avec une ouverture aux étudiants de Master.

Les antiquisants de l’Université de Savoie ont immédiatement rejoint le programme et organisé plusieurs séminaires à Chambéry, suivis par une partie de ceux de l’Université de Franche Comté, qui ont inscrit dans ce programme certaines des rencontres de leur laboratoire.Nous constituons actuellement un lien entre le programme Communautés Nouvelles et les programmes d’histoire ancienne de l’Université de Lyon. Le programme est d’ailleurs en relation continue avec le programme Italia Antica, piloté par M. Aberson (Lausanne). Des enseignants et doctorants des universités de Genève et Lausanne participent presque systématiquement à nos séminaires.  Les séminaires sont normalement internationaux, avec une ouverture marquée vers nos collègues néerlandais (Nimègue, Leiden, Rome), qui avaient organisé le workshop ESF et avec qui nous conservons un contact continu, ainsi que vers l’Italie. Une collègue allemande, M. Boos, est aussi intervenu pour une discussion sur la composante cultuelle des fondations coloniales. Le programme trouvera un écho dans une session de la prochaine “Roman Archaeology Conference” de Rome 2016, organisée par la British School at Rome, session pilotée par M. Tarpin sur le thème “Settlement systems: structures hierarchies and territories”.

Le programme a connu une douzaine de rencontres depuis 2012, essentiellement à Grenoble, mais aussi à Chambéry. La prochaine rencontre (9 juin 2015) sera consacrée à des demeures d’exceptions, qui semblent correspondre à une fonction publique de leur occupant. Deux projets sont en cours d’élaboration. Un premier, en collaboration avec le centre Jean Bérard (CNRS, Naples), consacré aux mythes de fondation dans les mondes grecs et italique, un second aux échecs de fondation, un aspect très peu étudié et que les fouilles récentes de Sena Gallica a fait émerger.

Trois thèses sont inscrites au CRHIPA, sous la direction de M. Tarpin, dans la thématique du programme, dont deux font l’objet de contrats. Serena Mola (contrat UPMF, 2013), en cotutelle avec Turin, travaille sur les origines de la colonie d’Aoste et plus particulièrement sur la grande villa inédite de la Consolata. Y. Bonfand (contrat ARC 5, Région Rhône-Alpes, 2014), en codirection avec C. Michel d’Annoville (Paris IV) travaille sur les enceintes tardives en Rhône-Alpes, avec une perspective de discussion sur l’évolution du modèle de la cité. Hors contrat (financements Explora Doc pour la cotutelle avec Florence) Lola Querol aborde la très difficile question de la nature religieuse du territoire dans la pensée romaine.

Les séminaires déjà tenus représentent environ 40 interventions. L’objectif initial était uniquement de permettre des discussions scientifiques de fond très spécialisés en confrontant des recherches récentes. Il apparaît aujourd’hui que plusieurs de ces interventions représentent des synthèses d’actualité susceptibles de constituer, par leur confrontation, des mises à jour importantes. Les pilotes du programme se donnent donc l’année 2015-2016 pour décider de l’opportunité de publier un volume regroupant les textes les plus intéressants et, le cas échéant, pour organiser cette publication.

Manifestations passées : Demeures particulières : Domus publica (colonies, préfecture), 9 juin 2015.

Prochaine manifestation prévue :  Un colloque consacré aux mythes de fondation (monde grec / monde romain) est en préparation.

 

4) Co-pilotage du projet « Voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle »

Pilotage :  : Isabelle Baudino (ENS Lyon, UMR LIRE), Gilles Bertrand coordination du projet au sein du CRHIPA.

Ce projet se fonde sur un séminaire mis en place depuis l’année 2012-2013 à l’ENS de Lyon grâce au soutien de la Région Rhône-Alpes et du laboratoire LIRE de l’ENS de Lyon, en collaboration avec le CRHIPA de l’université Grenoble II et avec le CEMRA (aujourd’hui intégré dans l’équipe ILCEA4) de l’université Grenoble III, dans le cadre du projet ARC 5. Il bénéficie du partenariat des Musées Gadagne d’histoire de Lyon et de la Bibliothèque municipale de Lyon-La Part Dieu.

Le séminaire de recherche interdisciplinaire monté par Isabelle Baudino accueille des anglicistes, des historiens, des géographes et des spécialistes des études de genre. Il se propose d’analyser un corpus inédit de récits de voyages publiés par des femmes britanniques au cours du « long XVIIIe siècle », ce qui correspond dans l’historiographie britannique à la période qui s’étend entre la « révolution glorieuse » de 1688 et le début du règne de la reine Victoria en 1837. Partant d’interrogations à la croisée de plusieurs champs disciplinaires, le séminaire entend souligner la place et le rôle de la ville de Lyon dans l’itinéraire des voyageuses britanniques. La démarche est comparative et envisage les représentations féminines de la capitale des Gaules par rapport à d’autres étapes du Grand Tour mais aussi par rapport à celles que l’on trouve dans les récits masculins. À partir du modèle lyonnais, ce travail s’inscrit dans le sillage d’études récentes sur la féminisation du Grand Tour.

Outre le séminaire périodique qui sert de support et de lieu de réflexion, trois types d’initiatives sont nées de ce projet:

1) des traductions en français de textes de voyageuses britanniques, réalisées par des étudiants de l’ENS et déjà disponibles en ligne sur le site de l’ARC5 http://www.arc5-cultures.rhonealpes.fr/larc-5/thematiques-de-recherche/cultures-au-pluriel/seminaire-les-voyageuses-britanniques-a-lyon/

2) un colloque organisé les 5-6 avril 2013 par l’ENS de Lyon au Musée Gadagne, d’où est issu le volume dirigé par Isabelle Baudino, Femmes britanniques en voyage : l’étape lyonnaise dans l’itinéraire du Grand Tour, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », à paraître en 2015.

3) un site sur l’histoire du voyage à Lyon, co-piloté par l’ENS de Lyon et la Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu.

Ce programme bénéficie du travail de recherche de deux doctorants: Damien Petermann (L’espace lyonnais représenté à l’usage des voyageurs aux époques moderne et contemporaine, histoire et construction de l’image d’un territoire, XVIIe-XXe siècle, sous la direction de Bernard Gauthiez, Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5600), titulaire d’un contrat doctoral financé par l’ARC7 de la Région Rhône-alpes, et Grégoire Besson (Le temps du voyage : rythmes et perception de la durée dans les pratiques du voyage en Europe entre Lumières et Romantisme (18e siècle-milieu 19e siècle), sous la direction de Gilles Bertrand, Université de Grenoble Alpes, CRHIPA), titulaire d’un contrat doctoral financé par l’ARC5 de la région Rhône-Alpes.

 

5) Le problème de la réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs

Maria-Paola Castiglioni est associée au projet (présidence d’une séance lors du premier colloque, intervenante lors du deuxième avec une communication intitulée : « La sophia de Mélanippe : théâtre athénien et discours de savoir féminins »). Elle collabore en outre à la révision et à la correction des textes en traduction française des intervenants italiens en vue de leur publication).

Coordinateurs du programme :

Marie-Laurence Desclos, professeur d’Histoire de la Philosophie ancienne, UGA, directeur du « Pôle Alpin de Recherches sur les Sociétés Anciennes » (PARSA) (en collaboration avec Francesco Fronterotta, Pr. Associato, Roma La Sapienza)

Descriptif du projet :

Le projet trouve son origine dans l’ouvrage édité par M.-L. Declos et F. Fronterotta, La sagesse présocratique. Communication des savoirs en Grèce archaïque : des lieux et des hommes (Paris, Armand Colin, 2013) où les auteurs ont tenté de montrer que, loin des barrières disciplinaires qui ne se mettront en place que beaucoup plus tard, la période archaïque voit émerger de nouveaux discours de savoir que l’on a dès longtemps tenté d’enrôler sous des bannières distinctes. En poursuivant le travail amorcé, le programme, qui se revendique comme transdisciplinaire, vise à définir la nature du savoir dont les poètes archaïques, les dramaturges et les autres sophoi étaient les vecteurs et à montrer l’intérêt que ce ou ces savoirs ont pu susciter, les dangers qu’ils ont pu représenter – notamment en termes de concurrence –, les réappropriations et/ou les distorsions dont ils ont été l’objet.

Les deux premières manifestations scientifiques de ce programme de recherche de longue durée (2014-2017) ont eu lieu les 28-29 novembre 2014 (« La poésie archaïque comme discours de savoir ») et les 21-22 mai 2015 (« La poésie dramatique comme discours de savoir »). Elles ont obtenu toutes les deux le label de l’Université franco-italienne. Elles seront suivies de trois autres colloques internationaux : « Platon citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs » (novembre 2015) ; « Le rapport d’Aristote aux discours non philosophiques et sa comparaison avec Platon » (novembre 2016) ; « Les philosophies hellénistiques au risque des discours poiético-savants » (novembre 2017). Chacune de ses manifestations fera l’objet d’une publication.

Partenaires :

Antonio Aloni (PARSA, Université de Turin, Département de Sciences Humaines : Littérature grecque) ;

Anna Beltrametti (PARSA – Université de Pavie, Département de Sciences de l’Antiquité : Histoire du théâtre et de la dramaturgie antique) ;

David Bouvier (PARSA – Université de Lausanne, Centre de linguistique et des sciences du langage : Phénomènes énonciatifs des textes poétiques grecs) ;

Claude Calame (PARSA – EHESS Paris – Université de Lausanne : Philologie, anthropologie et sémiotique) ;

Giuseppe Cambiano (PARSA – Scuola Normale Superiore di Pisa, Département de Philosophie : Histoire de la Philosophie ancienne) ;

Francesco Fronterotta (PARSA – Université de Rome La Sapienza, Département de Philosophie : Histoire de la Philosophie ancienne) ;

Gianfranco Gianotti (PARSA – Université de Turin, Département des sciences morales, historiques et philologiques : Philologie classique) ;

Pascal Payen (PARSA – Université Toulouse 2-Le Mirail, Département d’Histoire : Histoire ancienne) ;

Jaume Portulas (PARSA – Université de Barcelone, Département de Philologie grecque : Monde grec archaïque et tragédie grecque) ;

Xavier Riu (PARSA – Université de Barcelone, Département de Littérature grecque : Genres littéraires dans la littérature grecque) ;

Davide Susanetti (PARSA – Université de Padoue, Faculté des Lettres et de Philosophie : Platon, Tragédie grecque).

Manifestations passées :

– Grenoble, 21-22 mai 2015 : « La poésie dramatique comme discours de savoir ».

– Grenoble, 28-29 novembre 2014 : « La poésie archaïque comme discours de savoir » ;

 

Manifestations futures :

– fin 2015 ou début 2016 : « Platon citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs ».

– novembre 2016 : « Aristote citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs ».

– novembre 2017 : « Les philosophies hellénistiques au risque des discours poético-savants ».

– Objectif final (publication, site internet etc.) :

Tous les colloques seront publiés dans la collection Kainon. Anthropologie de la pensée ancienne, dirigée par Marie-Laurence Desclos (Université Grenoble Alpes) et David Bouvier (Université de Lausanne) chez les Classiques Garnier.

L'objet de ce travail est de produire un développement sur l'état de la civilisation indigène du Brésil la plus connue, les Tupi-Guarani, localisés sur le littoral Atlantique du Nord du Brésil jusqu'au Rio de la Plata, au travers des écrits des explorateurs Européens de la première moitié du XVIe siècle. Le choix de cette période permet d'évaluer l'état de cette civilisation avant la colonisation systématique qui a engendré leur acculturation. Or, la représentation des auteurs [...]
Thu, May 05, 2016, Continue reading at the source
Le ghetto de Terezin (Tchécoslovaquie) fut le théâtre de la plus grande mystification artistique de l'Allemagne nazie. Situé au nord de Prague, ce ghetto servit de propagande à l'intention de la communauté internationale, visant à rassurer le monde entier sur le sort enviable réservé à la communauté juive vivant sur le territoire du IIIe Reich. De fait, alors que la propagande nazie en Allemagne et dans les territoires envahis et annexés visait à bannir toute [...]
Fri, Apr 15, 2016, Continue reading at the source
Au tournant du siècle, l'éclairage des habitations connaît un changement radical. Profitant de l'apparition de l'électricité, les maîtres verriers de Nancy vont saisir l'occasion et rapidement acquérir une formidable notoriété grâce à leurs fameuses lampes en forme de champignons. En réalité, il n'y a pas eu que des modèles à pied en verre ou en métal. Le domaine auquel se sont attaqués ces créateurs est infiniment plus large. Depuis les petites veilleuses de chevet jusqu'aux [...]
Sat, Mar 12, 2016, Continue reading at the source
Ce mémoire a pour sujet les premiers journaux de mode parus entre 1785 et 1792. Les journaux étudiés sont au nombre de trois : le Cabinet des modes, le Magasin des modes nouvelles, françaises et anglaises et le Journal de la mode et du goût. L'objectif ici est d'examiner ce que ces journaux de mode proposaient à leurs lecteurs. Le présent mémoire s'organise en trois grandes parties précédés d'une introduction, suivis d'une conclusion. La première [...]
Sat, Mar 12, 2016, Continue reading at the source
Ce mémoire s'attache à expliquer comment les protestants Français ont fui la France au moment de la révocation de l'Édit de Nantes en 1685. Comment sont-ils arrivés en Irlande et comment y ont-ils établi un refuge protestant, plus ou moins similaire à ceux qu'il était possible de trouver dans d'autres pays d'Europe, comme en Hollande, en Angleterre ou le Saint-Empire Germanique. En faisant appel à diverse sources d'époque tels que des correspondances, mémoires et autres [...]
Tue, Mar 01, 2016, Continue reading at the source
Ce mémoire porte sur la vision qu'avait Louis-Philippe de Ségur, ministre plénipotentiaire, de la Russie au XVIIIe siècle. Ce travail se base sur les mémoires de ce jeune noble dans lesquels il nous décrit son séjour de cinq ans dans ce pays. Ce dernier était d'ailleurs au centre de grands nombres de préoccupations durant ce siècle, considéré comme celui des Lumières. Les grands philosophes de ce temps : Voltaire, Montesquieu, Diderot, vouaient une véritable admiration [...]
Mon, Feb 22, 2016, Continue reading at the source
La Grande Guerre des catholiques est riche en témoignages patriotiques et affirme le statut de l'Église en France. Alors que des milliers d'hommes se lancent sous la mitraille, La Croix de l'Isère nous propose une approche différente du conflit nous éloignant des plaines mutilées de l'est et du nord ravagés par les flots meurtriers de la guerre pour nous proposer une vision quasi romantique des combats. Le journal se place ainsi au service des armées [...]
Mon, Feb 22, 2016, Continue reading at the source
Entre histoire du livre, histoire de la lecture et histoire des bibliothèques, notre travail propose de partir à la découverte du cas original de Charles d'Herculais, noble d'origine dauphinoise. Lecteur infatigable, ses cahiers d'extraits de lecture répondent à l'augmentation vertigineuse d'imprimés au cours du XVIIIe siècle. Ses "Recueils d'anecdotes" et ses "Extraits de mes lectures" se rattachent ainsi à la tradition humaniste des recueils de lieux communs et d'adversaria. Témoins de plus de quarante années [...]
Sat, Jan 30, 2016, Continue reading at the source
En matière d'histoire de l'éducation, les Américains sont les pionniers. On commence à s'y intéresser véritablement en France dans les années 1960-1970 avec l'histoire des mentalités. L'histoire de l'éducation a ensuite connu une sorte d'engouement. Pourquoi intéresse-t-elle autant ? Les différentes crises traversées par le système scolaire français constituent sans doute une des raisons qui pousse les historiens à s'intéresser à l'histoire de l'éducation, pour comprendre comment on en est arrivé là. On cherche également [...]
Sat, Jan 30, 2016, Continue reading at the source
Au tournant de la République et de l'Empire, la langue latine s'enrichit de trois nouveaux noms qu'elle emprunte au monde grec : un nom commun, threptus, et deux surnoms, Threptus et Trophimus. Tous trois sont la translittération des termes qreptoj et trofimoς. Cette adoption linguistique peut étonner dans un premier temps, car les latinophones possèdent déjà le mot alumnus pour signifier une situation sensiblement similaire à celle qu'évoquent les deux vocables grecs. Cette situation est [...]
Sat, Jan 30, 2016, Continue reading at the source
Durant les années 1960 et 1970, les romans de Saint-Loup furent largement diffusés et lus par un public nombreux. Or, ces romans laissent transparaître les partis pris idéologiques de leur auteur. L'ambition de cette étude est donc de décrypter l'imaginaire présent au sein des romans, mettant en perspective les mythes politiques auxquels recourt Saint-Loup. En effet, la principale période de publication des romans s'étend de 1963 à 1982, c'est-à-dire durant un épisode particulier de la [...]
Thu, Jan 28, 2016, Continue reading at the source
Ce mémoire dresse un bilan à jour de la question et des problématiques de la restauration/dérestauration dans le domaine de la peinture murale. Ces recherches s'inscrivent dans un projet personnel et professionnel, mais aussi scientifique. En effet, ce travail énonce les principes fondamentaux de la restauration et les divergences qui peuvent exister entre la théorie et la pratique. Les deux premiers chapitres évoquent l'évolution technique et historique de la peinture murale ainsi que la progression [...]
Thu, Jan 28, 2016, Continue reading at the source

Propriété du site

Le présent site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr est la propriété du laboratoire universitaire LUHCIE, inscrit au […], dont le siège social est situé au 1281, av. centrale – 38400 St Martin d’Hères.

Contenu du site

Le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr contient des […].

Le contenu du site est composé par sa structure générale et les éléments le composant : textes, images animées ou non, photothèque, sons, voix et éléments multimédia (vidéos…).

L’accès aux informations contenues dans ce site par tout internaute implique l’acceptation des conditions générales décrites ci-dessous.

Propriété intellectuelle

Seule une utilisation des informations contenues dans le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr est autorisée à titre individuel.

Les articles et les informations présentes sur ce site ainsi que les illustrations (schémas, photos…) sont soumises aux lois sur la propriété intellectuelle. Toute reproduction totale ou partielle des informations de ce site ne peut se faire sans accord préalable du LUHCIE.

Droit d’auteur

Aux termes de son article L.122-5, le code de la propriété intellectuelle n’autorise, d’une part que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et d’autre part, « sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées ».

De ce fait, toute autre reproduction ou représentation intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, ainsi que toute traduction, adaptation ou arrangement (article L.122-4) du site ou d’éléments de son contenu, par quelque procédure que ce soit et sur quelque support que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Marques

Les marques et logos du LUHCIE figurant sur le site sont des marques et logos déposés. Toute reproduction totale ou partielle de ces marques et logos sans autorisation expresse du LUHCIE est prohibée.

Liens hypertextes

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site Web en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet, ne sauraient engager la responsabilité du LUHCIE. Vous avez la possibilité de mettre en place un lien hypertexte entre votre site et le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr en affichant notre site dans une nouvelle fenêtre. Le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr ne pouvant être intégré dans la navigation des sites externes.

Loi informatique et libertés

Les utilisateurs du site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr sont tenus de respecter les dispositions de la loi informatique, fichiers et libertés, dont la violation est passible de sanctions pénales. Ils doivent notamment s’abstenir, s’agissant des informations nominatives auxquelles ils accèdent, de toute collecte, de toute utilisation détournée, et d’une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes. Les contrevenants s’exposent à des sanctions pénales conformément aux dispositions de la section V du nouveau code pénal intitulé « des atteintes aux droits des personnes résultant des fichiers ou des traitements informatiques » et du chapitre III intitulé « Des atteintes aux systèmes de traitement automatisé des données ». Les informations nominatives, que vous envoyez à LUHCIE, ne feront pas l’objet d’une diffusion à un tiers. Vous disposez des droits d’opposition (article 38 de la loi), d’accès (articles 39, 41 et 42 de la loi) et de rectification (article 40 de la loi) de ces données, conformément aux dispositions de la loi du n°78-17 du 6 janvier 1978 « Informatique et Libertés ». Pour l’exercer, adressez-vous à LUHCIE par mail.

Clause de confidentialité

Le LUHCIE s’engage à ne pas vendre, louer ou divulguer d’une façon quelconque votre adresse électronique ou toute autre information personnelle.

Législation française

Les obligations légales de confidentialités en matière d’informations médicales sont conformes avec la législation française. Le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr a été conçu en France et est hébergé en France. Les conditions générales d’utilisation du site sont soumises au droit français. Les tribunaux français seront seuls compétents en cas de litige

1.     Le problème de la réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs
2.     Le cardinal de Bernis (1715-1794). Un médiateur européen
3.     Voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle
4.     Communautés nouvelles
5.     AF-FRANCHIR (Arts-Frontières / Franchir)
6.     Le monastère royal de Brou, mausolée funéraire de Philibert de Savoie et de Marguerite d’Autriche
7.     Image et droit
8.     Histoire et historiographie de l’Italie XIIe-XIXe siècle
9.     Colophon, Archéologie et histoire d’une cité grecque
10.   Vaison et son territoire dans l’Antiquité
11.   Atlas culturel des villes italiennes s’appuyant sur une équipe de dix chercheurs français spécialistes de l’Italie
12.   Exploration des émotions musicales induites par l’écoute d’œuvres contemporaines
13.   Michelet hors frontières
14.   Étude longitudinale d’enregistrements synchrones en électroencéphalographie lors de l’apprentissage d’une activité artistique
15.   Plateforme GENESIS
16.   Miracle, nature raison : l’écriture du surnaturel au XVIIe siècle

 

PASSEURS

 1.     Le problème de la réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs

Descriptif du projet

Le projet trouve son origine dans l’ouvrage édité par M.-L. Declos et F. Fronterotta, La sagesse présocratique. Communication des savoirs en Grèce archaïque : des lieux et des hommes (Paris, Armand Colin, 2013) où les auteurs ont tenté de montrer que, loin des barrières disciplinaires qui ne se mettront en place que beaucoup plus tard, la période archaïque voit émerger de nouveaux discours de savoir que l’on a dès longtemps tenté d’enrôler sous des bannières distinctes. En poursuivant le travail amorcé, le programme, qui se revendique comme transdisciplinaire, vise à définir la nature du savoir dont les poètes archaïques, les dramaturges et les autres sophoi étaient les vecteurs et à montrer l’intérêt que ce ou ces savoirs ont pu susciter, les dangers qu’ils ont pu représenter – notamment en termes de concurrence –, les réappropriations et/ou les distorsions dont ils ont été l’objet.

Les deux premières manifestations scientifiques de ce programme de recherche de longue durée (2014-2017) ont eu lieu les 28-29 novembre 2014 (« La poésie archaïque comme discours de savoir ») et les 21-22 mai 2015 (« La poésie dramatique comme discours de savoir »). Elles ont obtenu toutes les deux le label de l’Université franco-italienne. Elles seront suivies de trois autres colloques internationaux : « Platon citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs » (novembre 2015) ; « Le rapport d’Aristote aux discours non philosophiques et sa comparaison avec Platon » (novembre 2016) ; « Les philosophies hellénistiques au risque des discours poiético-savants » (novembre 2017). Chacune de ses manifestations fera l’objet d’une publication.

Coordinateurs du programme :

Marie-Laurence Desclos, professeur d’Histoire de la Philosophie ancienne, UGA, directeur du « Pôle Alpin de Recherches sur les Sociétés Anciennes » (PARSA) en collaboration avec : Francesco Fronterotta ( Pr. Associato, Roma La Sapienza) et Maria Paola Castiglioni (CRHIPA, UGA)

Partenaires :

Antonio Aloni (PARSA, Université de Turin, Département de Sciences Humaines : Littérature grecque) ; Anna Beltrametti (PARSA – Université de Pavie, Département de Sciences de l’Antiquité : Histoire du théâtre et de la dramaturgie antique) ; David Bouvier (PARSA – Université de Lausanne, Centre de linguistique et des sciences du langage : Phénomènes énonciatifs des textes poétiques grecs) ; Claude Calame (PARSA – EHESS Paris – Université de Lausanne : Philologie, anthropologie et sémiotique) ; Giuseppe Cambiano (PARSA – Scuola Normale Superiore di Pisa, Département de Philosophie : Histoire de la Philosophie ancienne) ; Francesco Fronterotta (PARSA – Université de Rome La Sapienza, Département de Philosophie : Histoire de la Philosophie ancienne) ; Gianfranco Gianotti (PARSA – Université de Turin, Département des sciences morales, historiques et philologiques : Philologie classique) ; Pascal Payen (PARSA – Université Toulouse 2-Le Mirail, Département d’Histoire : Histoire ancienne) ; Jaume Portulas (PARSA – Université de Barcelone, Département de Philologie grecque : Monde grec archaïque et tragédie grecque) ; Xavier Riu (PARSA – Université de Barcelone, Département de Littérature grecque : Genres littéraires dans la littérature grecque) ; Davide Susanetti (PARSA – Université de Padoue, Faculté des Lettres et de Philosophie : Platon, Tragédie grecque).

Manifestations passées :

– Grenoble, 28-29 novembre 2014 : « La poésie archaïque comme discours de savoir »

– Grenoble, 21-22 mai 2015 : « La poésie dramatique comme discours de savoir »

Manifestations futures :

– fin 2015 ou début 2016 : « Platon citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs ».

– novembre 2016 : « Aristote citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs ».

– novembre 2017 : « Les philosophies hellénistiques au risque des discours poético-savants ».

 Objectif final (publication, site internet etc.) :

Tous les colloques seront publiés dans la collection Kainon. Anthropologie de la pensée ancienne, dirigée par Marie-Laurence Desclos (UGA) et David Bouvier (Université de Lausanne) chez les Classiques Garnier.

2.     Le cardinal de Bernis (1715-1794). Un médiateur européen

 Descriptif du projet

Le projet vise à organiser deux colloques internationaux autour de la figure de François de Bernis, célèbre cardinal diplomate du siècle des Lumières, à l’occasion du tricentenaire de sa naissance en 2015. Bernis, auquel aucune recherche scientifique collective n’a jusqu’alors été consacrée, offre l’occasion de réunir des chercheurs de divers horizons géographiques et disciplinaires autour de la figure d’un passeur culturel exceptionnel entre la France et l’Italie, par lequel se sont cristallisées des mobilités politiques, diplomatiques, mais aussi artistiques et culturelles, dont l’ampleur se mesure à l’échelle européenne. Le projet a été motivé par la découverte en 2013 des archives personnelles du cardinal de Bernis au château de Crolles, près de Grenoble, que les propriétaires ont accepté de mettre à la disposition d’un groupe de recherche constitué de 15 universitaires, sous la forme de reproductions numériques. Les colloques de Grenoble (21-22 mai) et de  Rome (15-16 octobre) bénéficient donc de l’exploitation de ce fonds inédit, mettant en évidence des réseaux épistolaires riches d’une centaine de correspondants, centrés sur la France et l’Italie, mais offrant des prolongements de l’Espagne à la Russie en passant par l’Allemagne et l’Empire ottoman.

Coordination : Gilles Montègre

Partenaires financièrement impliqués :

Université de Grenoble Alpes – CRHIPA – École française de Rome – Université Paris I Panthéon Sorbonne – IHMC – Université de Rome « La Sapienza » – Université Franco – Italienne – Ambassade de France en Italie – Institut Français Italie – Région Rhône-Alpes – Arc 5 – SAPRAC (Société des Amis des Poètes Roucher et André Chénier)

Autres partenaires :

Académie française – Université Paris – Sorbonne – Université de Poitiers – Université Jean Moulin Lyon 3 – Université Bordeaux Montaigne – Université de Lille 3 – Université Jean Jaurès de Toulouse – Université de Lorraine

Manifestations :

– Rome, 15-16 octobre 2015 : colloque « Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire. 2e session » (CRHIPA, École française de Rome)

– Versailles, 13 juin 2015 : Journée sur le cardinal de Bernis organisée par la SAPRAC

– Grenoble – Crolles, 21-22 mai 2015 : colloque « Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire. 1ère session : Naissance d’un diplomate, postérité d’un homme de lettres » (CRHIPA)

Objectifs finaux :

– Publication d’un ouvrage de synthèse sur le cardinal de Bernis, fondé sur le double colloque et sur l’exploitation des archives personnelles

– Édition critique des cahiers d’éducation inédits de la marquise du Puy-Montbrun, nièce du cardinal, à sa fille

– Réalisation d’un site internet sur les correspondances personnelles et inédites les plus denses du cardinal de Bernis (déjà finalisé)

 

3.  Voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle

Co-pilotage : Gilles Bertrand

Ce projet se fonde sur un séminaire mis en place depuis l’année 2012-2013 à l’ENS de Lyon grâce au soutien de la Région Rhône-Alpes et du laboratoire LIRE de l’ENS de Lyon, en collaboration avec le CRHIPA de l’université Grenoble II et avec le CEMRA (aujourd’hui intégré dans l’équipe ILCEA4) de l’université Grenoble III, dans le cadre du projet ARC 5. Il bénéficie du partenariat des Musées Gadagne d’histoire de Lyon et de la Bibliothèque municipale de Lyon-La Part Dieu.

Le séminaire de recherche interdisciplinaire monté par Isabelle Baudino accueille des anglicistes, des historiens, des géographes et des spécialistes des études de genre. Il se propose d’analyser un corpus inédit de récits de voyages publiés par des femmes britanniques au cours du « long XVIIIe siècle », ce qui correspond dans l’historiographie britannique à la période qui s’étend entre la « révolution glorieuse » de 1688 et le début du règne de la reine Victoria en 1837. Partant d’interrogations à la croisée de plusieurs champs disciplinaires, le séminaire entend souligner la place et le rôle de la ville de Lyon dans l’itinéraire des voyageuses britanniques. La démarche est comparative et envisage les représentations féminines de la capitale des Gaules par rapport à d’autres étapes du Grand Tour mais aussi par rapport à celles que l’on trouve dans les récits masculins. À partir du modèle lyonnais, ce travail s’inscrit dans le sillage d’études récentes sur la féminisation du Grand Tour.

Outre le séminaire périodique qui sert de support et de lieu de réflexion, trois types d’initiatives sont nées de ce projet:

1) des traductions en français de textes de voyageuses britanniques, réalisées par des étudiants de l’ENS et déjà disponibles en ligne sur le site de l’ARC5 http://www.arc5-cultures.rhonealpes.fr/larc-5/thematiques-de-recherche/cultures-au-pluriel/seminaire-les-voyageuses-britanniques-a-lyon/

2) un colloque organisé les 5-6 avril 2013 par l’ENS de Lyon au Musée Gadagne, d’où est issu le volume dirigé par Isabelle Baudino, Femmes britanniques en voyage : l’étape lyonnaise dans l’itinéraire du Grand Tour, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », à paraître en 2015.

3) un site sur l’histoire du voyage à Lyon, co-piloté par l’ENS de Lyon et la Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu.

Ce programme bénéficie du travail de recherche de deux doctorants: Damien Petermann (L’espace lyonnais représenté à l’usage des voyageurs aux époques moderne et contemporaine, histoire et construction de l’image d’un territoire, XVIIe-XXe siècle, sous la direction de Bernard Gauthiez, Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5600), titulaire d’un contrat doctoral financé par l’ARC7 de la Région Rhône-alpes, et Grégoire Besson (Le temps du voyage : rythmes et perception de la durée dans les pratiques du voyage en Europe entre Lumières et Romantisme (18e siècle-milieu 19e siècle), sous la direction de Gilles Bertrand, Université de Grenoble Alpes, CRHIPA), titulaire d’un contrat doctoral financé par l’ARC5 de la région Rhône-Alpes.

 

4.     Communautés nouvelles

Pilotage : (M. Tarpin (CRHIPA, UGA) et M.-Cl. Ferriès (CRHIPA UGA et EFR en 2015-2016)

Le programme Communautés Nouvelles est issu d’une part des conclusions d’un workshop ESF, tenu à Nimègue fin 2010, et consacré à la révision des paradigmes de la colonisation romaine, d’autre part du besoin qui s’est fait ressentir au sein de l’UPMF d’une collaboration plus étroites entre les Antiquisants. L’approche large des modes de constitutions de communautés correspondait ainsi à la fois à une nécessité scientifique (obtenir une vision globale d’une problématique jusque- là traitée de manière ponctuelle) et à une volonté de collaboration, qui permettait en même temps de réunir sur une même thématique des approches institutionnelles, politiques et anthropologique, tout en dépassant le clivage classique entre histoire grecque et histoire romaine. L’intitulé du programme permet d’expliciter le fait que nous travaillons non seulement sur les processus coloniaux, finalement moins bien connus qu’on ne le croit souvent, mais aussi sur la formation de communautés identitaires au sein de la cité, comme les communautés chrétiennes, par exemple. Le programme est organisé autour de séminaires thématiques regroupant de 3 à 6 intervenants, choisis pour leurs travaux récents et novateurs, auquel est laissé un temps de parole plus important que dans un colloque formel, ainsi qu’un large temps de discussion. Le public est essentiellement scientifique, avec une ouverture aux étudiants de Master.

Les antiquisants de l’Université de Savoie ont immédiatement rejoint le programme et organisé plusieurs séminaires à Chambéry, suivis par une partie de ceux de l’Université de Franche Comté, qui ont inscrit dans ce programme certaines des rencontres de leur laboratoire.Nous constituons actuellement un lien entre le programme Communautés Nouvelles et les programmes d’histoire ancienne de l’Université de Lyon. Le programme est d’ailleurs en relation continue avec le programme Italia Antica, piloté par M. Aberson (Lausanne). Des enseignants et doctorants des universités de Genève et Lausanne participent presque systématiquement à nos séminaires.  Les séminaires sont normalement internationaux, avec une ouverture marquée vers nos collègues néerlandais (Nimègue, Leiden, Rome), qui avaient organisé le workshop ESF et avec qui nous conservons un contact continu, ainsi que vers l’Italie. Une collègue allemande, M. Boos, est aussi intervenu pour une discussion sur la composante cultuelle des fondations coloniales. Le programme trouvera un écho dans une session de la prochaine “Roman Archaeology Conference” de Rome 2016, organisée par la British School at Rome, session pilotée par M. Tarpin sur le thème “Settlement systems: structures hierarchies and territories”.

Le programme a connu une douzaine de rencontres depuis 2012, essentiellement à Grenoble, mais aussi à Chambéry. La prochaine rencontre (9 juin 2015) sera consacrée à des demeures d’exceptions, qui semblent correspondre à une fonction publique de leur occupant. Deux projets sont en cours d’élaboration. Un premier, en collaboration avec le centre Jean Bérard (CNRS, Naples), consacré aux mythes de fondation dans les mondes grecs et italique, un second aux échecs de fondation, un aspect très peu étudié et que les fouilles récentes de Sena Gallica a fait émerger.

Trois thèses sont inscrites au CRHIPA, sous la direction de M. Tarpin, dans la thématique du programme, dont deux font l’objet de contrats. Serena Mola (contrat UPMF, 2013), en cotutelle avec Turin, travaille sur les origines de la colonie d’Aoste et plus particulièrement sur la grande villa inédite de la Consolata. Y. Bonfand (contrat ARC 5, Région Rhône-Alpes, 2014), en codirection avec C. Michel d’Annoville (Paris IV) travaille sur les enceintes tardives en Rhône-Alpes, avec une perspective de discussion sur l’évolution du modèle de la cité. Hors contrat (financements Explora Doc pour la cotutelle avec Florence) Lola Querol aborde la très difficile question de la nature religieuse du territoire dans la pensée romaine.

Les séminaires déjà tenus représentent environ 40 interventions. L’objectif initial était uniquement de permettre des discussions scientifiques de fond très spécialisés en confrontant des recherches récentes. Il apparaît aujourd’hui que plusieurs de ces interventions représentent des synthèses d’actualité susceptibles de constituer, par leur confrontation, des mises à jour importantes. Les pilotes du programme se donnent donc l’année 2015-2016 pour décider de l’opportunité de publier un volume regroupant les textes les plus intéressants et, le cas échéant, pour organiser cette publication.

Manifestations : Demeures particulières : Domus publica (colonies, préfecture), 9 juin 2015. Un colloque consacré aux mythes de fondation (monde grec / monde romain) est en préparation.

 

5.     AF-FRANCHIR (Arts-Frontières / Franchir)

Réunissant des historiens, des littéraires et des géographes, le projet AF-FRANCHIR engage trois membres du CRHIPA, trois du GERCI et quatre de PACTE. Il est doté de 20000 euros. A la croisée de la géographie des frontières et de l’histoire des émotions, son objet est l’étude de la médiatisation des émotions liées au franchissement des frontières. Sa méthodologie consiste à faire travailler ensemble, dans des enquêtes de terrain, des chercheurs et des artistes, afin d’examiner les modalités de transmission des émotions et leurs usages politiques, selon une logique que Luc Boltanski, reprenant Hannah Arendt, a appelé la « politique de la pitié ». Les exemples retenus sont les cas paroxystiques des frontières « fermées », notamment en Afrique du Sud et en Italie.

Porteur du projet : Sylvain Venayre, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Grenoble, directeur du CRHIPA.

Autres membres :

Anne-Laure Amilhat-Szary (PACTE), Professeur de géographie à l’Université Joseph-Fourier Grenoble-1, membre de l’IUF – Gilles Bertrand (CRHIPA), Professeur d’histoire moderne à l’Université de Grenoble, membre de l’IUF – Leonardo Casalino (GERCI), Maître de conférences en histoire contemporaine à l’UGA – Lisa El Ghaoui (GERCI), Maîtresse de conférences en littérature contemporaine à l’UGA – Naïma Ghermani (CRHIPA), Maîtresse de conférences en histoire moderne à l’UGA, membre de l’IUF – Alessandro Giacone (GERCI), Maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’UGA – Myriam Houssay-Holzschuch (PACTE), Professeure de géographie à l’UGA, ancienne membre de l’IUF – Claire Marynower (PACTE), maîtresse de conférences en histoire contemporaine à Sciences Po Grenoble – Sarah Mekdjian (PACTE), Maîtresse de conférences en géographie à l’UGA.

 

SIGNATURES

 

6.     Le monastère royal de Brou, mausolée funéraire de Philibert de Savoie et de Marguerite d’Autriche

Pilotage : Laurence Rivière-Ciavaldini

Edifié entre 1506 et 1532, fut l’œuvre d’artisans régionaux dirigés par des artistes de dimension internationale comme l’architecte bruxellois, Lodewijk Van Boghem, ou le sculpteur souabe, Conrad Meit de Worms, aidés de leurs équipes de tailleurs de pierre et d’ymagiers flamands et italiens. Outre l’église qui accueillait les tombeaux des princes, et les bâtiments conventuels destinés aux Augustins de Lombardie, la collégiale aurait du être parée, selon les vœux de Marguerite, d’une partie de ses prestigieuses collections. Grace à des inventaires, nous sommes en mesure de décrire une cinquantaine d’objets d’art destinés à Brou mais qui sur ordre de son légataire et neveu Charles Quint n’y sont jamais parvenus. Certaines œuvres sont identifiées, d’autres non. Le projet de la thèse consiste à les retrouver à partir d’enquêtes dans les archives, les musées, les bibliothèques et les collections privées, dans la littérature du temps et les correspondances, et à les documenter de manière scientifique en s’appuyant sur la bibliographie. Le ou la doctorant(e) devra contribuer à la préparation de l’exposition visant à reconstituer le trésor princier in situ, exposition déjà approuvée par les deux tutelles du monument, le Centre des Monuments Nationaux (CMN) et la Ville de Bourg-en-Bresse (été 2016). En collaboration avec des chercheurs en informatique, il (ou elle) participera à la valorisation pérenne du monument par la mise en œuvre d’outils de valorisation et de diffusion numérique comme la restitution en réalité augmentée.

Partenaires :

– LLS, Langages, Littérature, Sociétés, EA 3706 (Université de Savoie) –  LIRIS, Laboratoire d’Informatique en Images et Systèmes d’Information – UMR 5505 (Equipe Extraction de caractéristiques et identification), CNRS/INSA de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, Université Lumière Lyon II, Ecole Centrale de Lyon – Monastère de Brou (Monument historique et musée)

Prévisions :  

–        une exposition sur le trésor de Brou (été 2016) ;

–        un catalogue d’exposition

–        Des outils de médiation numériques sur le web et sur site

Le programme de recherche bénéficie du travail de recherche de Maria Le simple : Le trésor de Brou et les stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche et de sa cour. La thèse bénéficie d’une Allocation de Recherche financée par la Région Rhône-Alpes.

 

7.     Image et droit

Pilotage : (Naïma Ghermani et Caroline Michel d’Annoville)

Le projet «Images et Droit» est une série de trois rencontres interdisciplinaires et internationales qui interroge les relations des juristes à l’image, de l’antiquité à nos jours. Quels sont les liens tissés entre la création et les usages des images et le droit ? Quel droit applique-t-on à quelles images ? Comment les enjeux religieux fondent une partie du droit des images dans l’Antiquité et au Moyen Age? Quelle place ont les images non seulement dans la production juridique du XVIe siècle mais également dans l’économie du texte juridique? A notre époque, comment considère-t-on l’image animée et quelles sont les limites juridiques de l’usage des images?

Une première table ronde organisée à Rome les 2 et 3 décembre 2013, en collaboration avec l’Ecole Française de Rome, avait pour thème le droit aux images et avait questionné le fameux jus imaginum antique, ses effets et sa réception à l’époque moderne ainsi que sur les usages judiciaires et l’actuel «droit à l’image» qu’il faut sans cesse redéfinir aujourd’hui à l’ère d’internet. Deux autres aspects sont encore à analyser : les usages juridiques des images et le rejet et la condamnation des images. Ces problématiques engagent un dialogue entre des historiens du droit, des historiens d’art et des spécialistes de l’image en général, sur des périodes historiques différentes. En ce sens, le projet se veut un travail collectif au long cours puisque les chercheurs participants aux premières sessions seront invités à continuer la discussion lors des rencontres suivantes.

Cette pluralité des approches et des langues des participants s’inscrit dans les axes du CRHIPA à travers l’axe 2 «signature » dédié à l’anthropologie des images, aux marquages et droit des images. Il repose aussi sur un travail commun avec les juristes du Centre de Recherches Juridiques, notamment ceux de l’équipe du CUERPI (http://crj.upmf-grenoble.fr/axes-de-recherche/cuerpi/), spécialisés dans la question des droits de l’image et de la propriété intellectuelle.

Dans la tradition de l’étroite collaboration scientifique de l’université de Grenoble avec l’Italie, le projet associe également des chercheurs de deux institutions internationales sises en Italie : l’Ecole Française de Rome et le Kunsthistorisches Institut de Florence-Institut Max-Planck dont un des programmes de recherche est dédié aux images juridiques.

Ces trois rencontres seront l’objet de plusieurs formes de publications. Dans un premier temps, un site internet accueillera, en attendant une édition papier synthétique globale, des working papers des participants. Cette plateforme abritée sur le site du CRHIPA mais accessible également depuis le site de l’EFR accueillera, en outre, un catalogue d’images juridiques ou aux usages judiciaires.

Partenaires : Ecole Française de Rome, IUF,  UPMF

Manifestations passées et futures :

–        Rome, 2 et 3 décembre 2013 : Table ronde : Images et droit (1) : Le droit aux images

–        Rome,  4 et 5 décembre 2014 : Colloque : Droit et Images II : L’usage juridique des images

–        Grenoble, 23-25 novembre 2015 : De la régulation au refus des images

 

ITALIE ET MONDES MÉDITERRANÉENS

 

8.     Histoire et historiographie de l’Italie XIIe-XIXe siècle

Pilotage  : Gilles Bertrand, Ilaria Taddei

Depuis 2003 Gilles Bertrand et Ilaria Taddei sont engagés dans une équipe de recherche travaillant sur l’histoire et l’historiographie de l’Italie. Piloté par l’EHESS-UMR Centre Norbert Elias (CNRS) de Marseille en collaboration avec l’Université d’Avignon et le CIRILLIS de l’Université de Bordeaux, ce programme transversal a déjà abouti à la publication de deux volumes : Une histoire politique de la Toscane. Pouvoir, territoire, ressources, XIVe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2004 ; La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009. Un troisième ouvrage est en préparation sur Histoires d’Italies, XIIe-XIXe siècles. Pratiques et expériences territoriales. Quelques hypothèses de travail sur l’écriture de cette histoire de l’Italie ont été établies lors d’une rencontre qui s’est tenue en octobre 2013 à Bordeaux. L’ambition de ce troisième volet du programme n’est pas d’aboutir à une « Italie-synthèse » ni à une « Italie-plurielle », mais de parvenir à décloisonner les échelles d’observations classiques et à structurer chaque partie du volume en fonction d’interactions différentes.

À ce programme se rattache le projet d’une thèse de doctorat consacrée à la réception du Moyen Âge italien en France et en Italie d’une étudiante que Gilles Bertrand et Ilaria Taddei ont déjà encadrée en M1 et M2.

 

9.     Colophon, Archéologie et histoire d’une cité grecque

Co-pilotage : Olivier Mariaud

Ce projet de fouilles archéologiques de la cité de Colophon est conduit par le professeur Chr. Özgan, de l’Université Mimar Sinan, Istanbul. Il s’inscrit dans la continuité d’un programme de prospection qui s’est déroulé de 2010 à 2014 (Université de Vienne – Université Mimar Sinan) auquel nous avons été associé en 2013 et 2014. Occupé depuis la fin de l’âge du Bronze jusqu’à la période romaine, le site de Colophon revêt une grande importance pour comprendre l’histoire et la société grecque antique : c’est une cité très puissante à l’époque archaïque puis de nouveau à l’époque hellénistique et les seules fouilles datées des années 1920  ont révélé une grande richesse matérielle et architecturale.

Notre rôle durant ce programme de 3 ans (2015-2017) sera d’explorer systématiquement les nécropoles de la cité que les anciennes fouilles et les prospections ont permis de localiser, notamment dans les périphéries septentrionales. Il s’agira d’affiner la chronologie de ces aires funéraires et de publier les résultats de ces fouilles afin de dresser un portrait aussi complet que possible des coutumes funéraires des habitants de Colophon dans des perspectives historiques (transition âge du Bronze/âge du Fer ; structure sociale…) renouvelées.

L’entreprise est d’autant plus urgente que le site connaît une activité illicite particulièrement importante.

Prévisions :

– Fouilles archéologiques, 3 semaines, été/automne 2015, 2016, 2017.

– Colloque international prévu à Vienne en 2015/2016.

– Publication des prospections et de l’étude des archives US, 2015/2016

 

10. Vaison et son territoire dans l’Antiquité

Ce projet comporte deux volets : un volet épigraphique (« PCR Vaison-la-Romaine et communes alentours. ILN, Vaison des Voconces. » N. Mathieu) et un volet archéologique (fouilles du forum de Vaison. C. Michel d’Annoville). L’action s’inscrit dans un projet collectif pluri-annuel autour de la publication des inscriptions latines de la cité de Vaison des Voconces dans l’Antiquité et autour des fouilles du forum de Vaison-la-Romaine.

Le volet épigraphique du projet s’inscrit dans une tradition épigraphique grenobloise ancienne et, selon les pratiques scientifiques contemporaines, prend en compte l’ensemble des monuments inscrits donc en collaboration avec archéologues, architectes, historiens de l’art. Le volet archéologique s’appuie sur les fouilles menées par J. -M. Mignon depuis trois ans à l’emplacement du forum antique de Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Ces travaux ont une finalité scientifique. Ils ont aussi pour objectif de former les étudiants aux techniques de fouilles qui vont du dégagement lui-même, au relevé de terrain et à l’identification du matériel.

Pilotage : N. Mathieu et C. Michel d’Annoville

Objectif final

Publication du volume ILN, VII, 2, Voconces de Vaison (XLIVe suppl. à Gallia) qui prendra la suite du volume ILN, VII – 1, Voconces de Die, paru en 2012. Cette publication ne pourra pas être réalisée dans le seul temps du PCR dont le but est de faciliter la préparation technique de la publication (prospection, récolement, vérification sur place etc.). Le PCR soutient cet objectif préparatoire.

Les publications plus particulièrement archéologiques seront effectuées dans un autre cadre et avec d’autres soutiens.

Partenaires

UGA / Personnel enseignant de Grenoble, chercheurs ou doctorants – Caroline Michel d’Annoville, Pr Univ Paris IV – Nicolas Mathieu, professeur d’histoire romaine, UGA, Djamila Fellague, MCF, UGA – Bernard Rémy, professeur émérite d’histoire romaine, UGA – Marianne Béraud, doctorante, allocataire monitrice, histoire romaine – Yann Bonfand, doctorant.

Partenaires extérieurs à Grenoble, enseignants (partie prenante du programme de fouille ou de recherche sur les inscriptions)

Patrice Faure, maître de conférence (Université Lyon-3 – Jean Moulin) – Benoît Rossignol, Maître de conférence (Université Paris 1, Sorbonne) – DRAC PACA (Xavier Delestre, Directeur régional des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie) – David Lavergne, Conservateur en chef du patrimoine, SRA (Département du Vaucluse) – Jean-Marc Mignon, archéologue (Service Départemental du patrimoine et de l’archéologie, Vaucluse) – INRAP (Vaucluse) – Joël-Claude Meffre, archéologue (Vaucluse, Vaison) – Personnels des services municipaux de Vaison-la-Romaine – Christine Bezin, Mélanie Bienfait, Julien Charles

Manifestations passées et futures

25 octobre 2012 : Séminaire Inscriptions latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces.

24 avril 2014 : 2ème séminaire Inscriptions latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces.

22 avril 2015 : 3ème séminaire Inscriptions latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces = 1er séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité.

Décembre 2015 : 2ème  séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité.

Avril 2016 : 3ème séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité.

 

11. Atlas culturel des villes italiennes s’appuyant sur une équipe de dix chercheurs français spécialistes de l’Italie

Coordination et pilotage : Gilles Bertrand

Impulsé au sein du CRHIPA (« Voyage, territoire, savoirs. L’espace culturel des villes italiennes à l’époque moderne, de l’imaginaire au réel ») dans le cadre du cluster 13 de la région Rhône-Alpes Culture, patrimoine, création (axe « Patrimoine et territoire » piloté par Bernard Gauthiez, Lyon 3) et poursuivi dans le cadre de l’ARC5. Le financement obtenu pour les années 2009 et 2010 a servi à lancer le projet qui maintenant se poursuit avec l’appui de l’Institut Universitaire de France (programme 2012-2017: “L’expérience de l’Italie. Mobilités européennes dans la péninsule italienne, 1680-1830″).

 

COLLECTIONS, LITTÉRATURE, SOCIÉTÉS

12. Exploration des émotions musicales induites par l’écoute d’œuvres contemporaines

Pilotage : Patrick Revol en collaboration avec Gérard Mick neurobiologiste, neurologue (Laboratoire LEADS-CNRS 5022 de Dijon)

Un aspect de ce projet consiste à observer, à l’aide d’outils de mesure, la manière dont le cerveau humain perçoit la musique contemporaine atonale en comparaison avec la réception de musiques plus anciennes, tonales ou modales. L’autre aspect a pour objet de mesurer l’impact des musiques répétitives sur la perception. Ces expériences sont menées auprès d’étudiants en Musicologie. Il s’agit donc d’un public déjà un peu initié.  Deux journées d’études sont prévues début 2016.  Elles donneront l’occasion de présenter une partie de ces travaux ainsi que des conférences autour du thème « Musique et cerveau ». Le résultat définitif de cette recherche sera ensuite publié sous la forme d’articles.

 

13. Michelet hors frontières

Partenaire du projet : Sylvain Venayre

Autant, sur le plan de l’expression, Michelet est un écrivain qui se joue des frontières entre les formes et les types d’écriture, autant sa pensée historique et politique est, elle aussi, labile, construisant et déconstruisant le modèle de la nation, lorsqu’elle s’élargit à l’échelle de l’Europe et du monde ou qu’elle prend en compte le local, le périphérique et l’excentrique. Ancrée dans une épistémè romantique qui dépasse largement les bornes de la France, nourrie de la lecture des savants et des théoriciens de toute l’Europe, aspirant à la fraternité des peuples, actualisant celle-ci par un très large réseau de relations internationales, l’œuvre de Michelet est constamment animée d’un double mouvement d’identification et de franchissement des frontières. Ce programme de recherches se donne pour objectif d’examiner ce débordement des frontières, tant épistémologiques que géographiques.

En collaboration avec : Laboratoire « Logique de l’agir » (Université de Franche-Comté), CERILAC (Université Paris-Diderot), Archives nationales

Manifestations passées et futures

Séminaire de 6 séances organisé en 2014-2015 à l’université Paris-Diderot :

17 octobre 2014 : Dénationaliser Michelet (Aurélien Aramini, Paule Petitier, Yann Potin, Sylvain Venayre)

21 novembre 2014 : Soirée « Fous de Michelet » (Pierre Bergounioux, Patrick Boucheron, Olivier Frébourg et Emmanuel Laurentin)

12 décembre 2014 : Michelet et la frontière (Robert Damien)

6 février 2015 : Michelet et les internationalismes (Jean-Numa Ducange)

20 mars 2015 : Michelet et Vico (Georges Navet)

29 mai 2015 : Michelet en Allemagne et aux Pays-Bas (Camille Creyghton) et Michelet au Brésil (Juliana Gambogi)

Participation

Co-organisateur du séminaire avec Aurélien Aramini, Paule Petitier et Yann Potin.

Objectif final : Reconduction du séminaire en 2015-2016 dans la perspective de dépôt d’une ANR ou intégration du programme de recherche sur Michelet au programme déposé par Michela Nacci (Université de L’Aquila) et moi-même dans le cadre de l’Université franco-italienne.

 

14. Étude longitudinale d’enregistrements synchrones en électroencéphalographie lors de l’apprentissage d’une activité artistique. »

Pilotage : Patrick Revol

Appréhender le comportement d’individus dans une relation complexe telle que la pratique musicale en groupe où le système global ne peut pas être réduit à ses composantes individuelles.

Partenaires : Gipsa Lab Sciences et Technologie de l’Information (Traitement du Signal)

 

15. Plateforme GENESIS

Pilotage : Patrick Revol

Travail sur GENESIS, logiciel de création musicale abordant à la fois la synthèse sonore et la composition grâce à la technologie de la modélisation physique. Il permet de créer une immense variété d’instruments virtuels, mais aussi de simuler de véritables ensembles instrumentaux.

Partenaires : Laboratoire ICA (Informatique et Création Artistique) de l’Institut Polytechnique de Grenoble

Le programme bénéficie du travail de recherche de Giuseppe Gavazza, titulaire d’un contrat doctoral (“La synthèse par modèle physique comme outil de formalisation musicale”, 3ème année)

 

16. Miracle, nature raison : l’écriture du surnaturel au XVIIe siècle

Pilotage : Naïma GHERMANI

Le projet se concentre sur la traduction, l’édition et l’exploitation de l’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg (1657-1672). La traduction est en cours d’achèvement. Elle est accompagnée par la publication aux éditions ALPHIL d’un ouvrage de réflexion sur l’Atlas Marianus intitulé Marie mondialisée : penser le surnaturel à l’époque moderne. Ces travaux ont été précédés par trois rencontres dont une à Grenoble (18 novembre 2011).

Projet financé par le Fond National Suisse et dirigé par le professeur Olivier Christin (Université de Neuchâtel). Partenaires : Fond National Suisse, CRHIPA,  IUF

Prévisions 2015  : Parution prévue des deux volumes  en octobre

L’évolution des problématiques a conduit le LUHCIE à définir trois axes de recherche pour 2014-2019 :

1. Passeurs
2. Signatures
3. Italies et mondes méditerranéens
4. Collections, Littérature, Société

Axe 1 : Passeurs

Idées – Sciences – Révolutions – Livres – Langues – Langages –  Transferts culturels et politiques – Migrations – Transitions – Réceptions – Guerres – Exil – Voyage – Transformations – Migrations – Communautarismes – Sciences – Innovation – Historiographie

Les récents renouvellements de l’histoire transnationale et de l’histoire-monde sont venus conforter les recherches déjà anciennes des membres du laboratoire sur la circulation des hommes, des objets et des idées. L’histoire des voyages, des migrations, des guerres, des bibliothèques, des collections ou de l’enseignement constituent autant de chantiers collectifs et individuels du LUHCIE.

Axe 2 : Signatures

Anthropologie – Images et droit des images – Marquages – Corps – Usages – Rituels – Identités – Mythes – Patrimoines et patrimonialisation – Arts et artistes – Création – Inscriptions

Au cœur des travaux en sciences humaines et sociales depuis une trentaine d’années, la notion d’identité offre le moyen d’une approche résolument transdisciplinaire, qui est une caractéristique du LUHCIE. Les supports et les acteurs des signes de l’identité permettent de repenser des thèmes de recherches aussi divers que les violences politiques, le droit des images ou la création musicale.

Axe 3 : Italies et mondes méditerranéens

Politique – Identité des communautés – Représentations – Interactions culturelles – Circulation des idées et des savoirs – Colonisation

La péninsule italienne fournit le cadre privilégié de recherches archéologiques, artistiques, historiques et littéraires, depuis la plus haute Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Les échanges culturels et sociaux avec l’ensemble des mondes méditerranéens constituent l’arrière-plan d’approches croisées qui sont un trait majeur du LUHCIE.

Axe 4 : Collections, Littérature, Société

 Imaginaire – Représentations – Rhétorique – Discours – Traductions – Corpus. – Humanités numériques

La dynamique des faits culturels et littéraires débouche sur l’analyse philologique ou stylistique, l’édition critique de corpus sur papier ou digitale, la prise en compte des dimensions sociologiques d’une palette variée de modes d’expression, du roman à la poésie et du théâtre au cinéma, que les pratiques de traduction orientent vers une dimension interculturelle à laquelle le LUHCIE est très attaché.

 

 

Université Grenoble Alpes
LUHCIE

1281, av. centrale
38400 St-Martin-d’Hères
Tél. (33) 04-76-82-73-69

Directeur : Sylvain VENAYRE
Secrétaire adjointe du directeur : Catherine BRUN (Tél. 04-76-82-73-69)

Documentaliste/Webmaster: Isabella TARRICONE (Tél. 04-76-82-73-91)

Plan d’accès au centre :

Bâtiment ARSH -SH, campus Saint-Martin-d’Hères

Votre nom

Votre email

Sujet

Votre message


Le LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe), équipe d’accueil n° 7421, est un laboratoire de l’Université Grenoble Alpes réunissant actuellement des historiens, des historiens de l’art, des musicologues et des spécialistes de la langue, de la littérature et de la civilisation italiennes. Il rassemble 36 enseignants-chercheurs et 29 doctorants rattachés aux Écoles doctorales SHPT (Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire) et LLSH (Langues, Littératures et Sciences Humaines).

Le LUHCIE est né en janvier 2016 de la fusion du CRHIPA (Centre de Recherches en Histoire et histoire de l’art, Italie, Pays Alpins, interactions internationales) et du GERCI (Groupe d’Études et de Recherches sur la Civilisation Italienne). Il est intégré au Pôle de recherche ALLSHCS (Arts, Lettres, Langues, Sciences humaines, cognitives et sociales) de l’Université Grenoble Alpes.

Le LUHCIE possède un fonds documentaire de plus de 6000 ouvrages et d’une cinquantaine de revues françaises et italiennes. Sa politique éditoriale se traduit par le soutien à de nombreuses publications, dont les Cahiers d’études italiennes et, aux ELLUG, la collection « Italie plurielle ».

Associé au projet IDEX UGA dans le cadre du Plan d’Investissement d’Avenir PIA 2, il est engagé dans de nombreux programmes de recherches concernant l’histoire, l’histoire de l’art, la musicologie, la littérature, l’image, le patrimoine, le politique, la culture, la traduction et les humanités numériques. Ces programmes sont structurés selon quatre axes : Passeurs Signatures Italie et mondes méditerranées Collections, littératures et sociétés.

Au LUHCIE sont adossés le parcours « Études italiennes-Études françaises » du Master « Langues, littératures, civilisations étrangères et régionales (LLCER) », le Master Histoire de l’art  et les parcours « Histoire, archéologie et sciences de l’Antiquité » et « Histoire culturelle et politique et des échanges internationaux du Moyen‐Age à nos jours » du Master Histoire de l’UFR Sciences Humaines, pour lequel de nombreuses conventions ont été signées avec des universités italiennes Milan, Rome, Sienne, Venise), ainsi qu’avec l’Université Russe de l’Amitié entre les Peuples (Moscou) et l’université de Soochow (Suzhou).

 

Page en construction…

ouvragesLes ouvrages

– 6000 ouvrages dont les 2/3 du fonds sont en italien et sur l’histoire de l’Italie

– 1/3, en français, concerne les thématiques du Centre de Recherche (Interactions culturelles, Patrimoine et Relations internationales)
Les ouvrages sont référencés dans le catalogue Odyssée, catalogue commun aux bibliothèques universitaires de l’UPMF et Stendhal. Consultez la liste des dernières acquisitions

Pour toutes vos suggestions d’achat : isabella.tarricone@univ-grenoble-alpes.fr

 periodiquesLes périodiques

Vous trouverez nos titres de périodiques (49 revues italiennes et 37 revues françaises) dans le catalogue Odysée mais aussi dans le SUDOC

 

CONDITIONS DE PRÊT :

Prêt et retour des documents :  à l’accueil du centre de ressources de l’UFR SH

– Licence : 5 livres, 3 périodiques, 5 partitions pour 14 jours
– Master et Doctorat : 5 livres, 3 périodiques, 5 partitions pour 21 jours
– Concours : 5 livres, 3 périodiques, 5 partitions pour 14 jours + 5 ouvrages du fonds concours pour 7 jours

Réservations : Possibilité de réserver des ouvrages et de prolonger les prêts d’une semaine à partir du dossier lecteur accessible à partir de la page d’accueil du catalogue Odyssée.
Les prêts effectués dans les bibliothèques du réseau du SID2 se cumulent. Une suspension dans une bibliothèque vous pénalise dans tout le réseau.

memoiresLes mémoires

Les mémoires de Master 1, Master 2 déposés au LUHCIE avant 2006 peuvent être consultés uniquement sur place après autorisation préalable du directeur de recherche. Les mémoires de Master, soutenus depuis 2007 et qui ont bénéficié d’une autorisation de diffusion, sont archivés sur la base DUMAS et figurent dans la collection du laboratoire.