Couv_CEI-12(dos14mm).indd

N°12 : Texte et image dans la culture italienne

Sous la direction de Barbara Aiosa-Poirier et Patrizia De Capitani

Ce volume s’adresse aux spécialistes de différentes disciplines allant de la littérature, à l’histoire de l’art jusqu’à des formes artistiques plus proches de notre époque comme la photographie et la bande dessinée. Le fil rouge qui relie les différentes contributions est non seulement l’intérêt constant que toutes les époques traversées ont porté à cette interaction, mais également le lien entre passé et présent que le couple texte et image parvient à établir (voir par exemple le cas du dessinateur Vincent Vanoli qui, en 2000, réalise une bande dessinée à partir du Décaméron de Boccace).

Ce sujet a été choisi parce qu’il traverse plusieurs périodes et plusieurs genres de la culture italienne. Il a donc été intéressant de voir comment chaque époque a abordé cette question.
D’un point de vue strictement méthodologique, quatre sont les principaux points forts du volume : 1) le croisement des regards et des approches de spécialistes de divers horizons et formations (littéraires, historiens de l’art, photographes, auteurs de bandes dessinées) ; 2) le choix d’étudier le rapport entre textes et images sur une ample période qui va de Dante à l’époque contemporaine, en passant par le Quattrocento et la Renaissance ; 3) le fait d’avoir considéré le terme image tant d’un point de vue figuratif que littéraire ; 4) l’absence d’un cadre théorique prédéterminé de référence. Les coordinatrices du volume ont en effet privilégié une approche historique laissant aux contributeurs la liberté de s’exprimer sur la base de leurs connaissances. Ce qui ne veut pas dire que l’ouvrage n’ait pas une cohérence intrinsèque, comme le souligne par ailleurs la présentation.
L’ouvrage se structure en deux grandes parties (« De Dante à Cellini » ; « Expériences contemporaines »), reliées entre elles par une « Note d’histoire de l’art » consacrée à une œuvre d’Antonello de Messine qui, par ses déviations par rapport à la règle de la perspective, renouvelle la jouissance de l’œuvre d’art et donc la perception que le spectateur a de l’image artistique.

Acheter ce numéro

Année : 2010

Editions : ELLUG