Journées d'étude : Le Saint Empire et la Réforme. Confessions et confessionalisations après 1517

Grenoble - Domaine Universitaire de St Martin D'Hères, le 10/04/2015

La Réforme constitue la grande cassure qui bouleverse l’Europe au début du XVIe siècle, lézardant progressivement une chrétienté jusque-là unie «sous le blanc manteau» de l’Église romaine. L’Allemagne, d’où le mouvement part avec Luther, se trouve la première confrontée au problème de l’éclatement confessionnel. Comment vivre avec son voisin protestant ou catholique dans un monde désormais «confessionnalisé»? C’est à cette question que doivent très tôt répondre les sujets du Saint-Empire romain germanique.
La «confessionnalisation» est un des concepts majeurs forgés et largement débattus par l’historiographie allemande ces trente dernières années. Selon les deux historiens à l’origine de ce concept, Heinz Schilling et Wolfgang Reinhard, l’émergence de la pluralité confessionnelle donne naissance non seulement à une institutionnalisation des Églises, mais aussi à la constitution de frontières confessionnelles fortes qui
ont une influence décisive sur la vie quotidienne: pratiques sociales et politiques, privées ou publiques modèlent progressivement des identités confessionnelles.
L’Allemagne devient ainsi une mosaïque religieuse complexe où une principauté catholique est souvent obligée de côtoyer une ville protestante sans recourir à la violence contre ses voisins.
Cette journée d’étude entend examiner au plus près le fonctionnement et le dysfonctionnement de ces compromis et voir comment le Saint-Empire fut le véritable laboratoire européen qui pensa – volens, nolens – la pluralité confessionnelle.

Le Saint Empire et la reforme

Organisation : N. Ghermani (CRHIPA) et M. Wrede (LARHRA)

Le St Empire et la Réforme