Conférences : Se sentir visé par des images. Regards croisés sur des photographies de guerre (Tripolitaine, 1911-1912)

Salle B1, Bât. ARSH, le 22/03/2017

Une trentaine de photographies retrouvées par hasard. Des soldats sous les palmiers, le désert, une exécution en place publique : quatorze corps pendent au gibet. On sait que l’histoire est d’abord « une rencontre avec la mort » (Arlette Farge). On sait aussi que notre univers visuel contemporain est saturé par des images de violences extrêmes, circulant à une vitesse toujours plus grande hors de tout cadre de contextualisation et de compréhension. Que devient alors notre faculté à nous soucier de la douleur des autres ?
Nous obligeant d’abord à l’arrêt, au regard sur ces traces fragiles de la vie passée, ces photographies éprouvent notre capacité à les faire (re)venir en présence, c’est-à-dire à répondre à l’invitation, à la fois stimulante et périlleuse, formulée aux historiens par Walter Benjamin : « Exprimer le passé en termes historiques ne signifie pas le reconnaître ‘‘tel qu’il a été’’. Cela revient à s’emparer d’un souvenir tel qu’il apparaît en un éclair à l’instant du danger ».
Regardons alors plus longuement ces fragments d’histoire. Pensons aux vivants et aux morts mais aussi à Gaston Chérau, reporter du Matin, celui qui était là, qui a vu et qui a photographié pour qu’un jour nous puissions voir à notre tour. Bref, se sentir visé par ces images, s’emparer de ce passé et le partager.

Télécharger l’affiche

Organisation : Sylvain VENAYRE

352 - cadre-2