PhotoGillesBertrand

BERTRAND Gilles Professeur

Pr, Histoire moderne

- gilles.bertrand@univ-grenoble-alpes.fr

Gilles Bertrand, professeur d’histoire moderne à l’université de Grenoble, membre de l’Institut Universitaire de France, a successivement travaillé sur la fête et le masque à Venise au XVIIIe siècle, sur l’histoire de l’Italie des Lumières et de la Révolution française, et sur les problèmes que pose la rencontre entre cultures. Il est l’auteur d’une Histoire du carnaval de Venise, XIe-XXIe siècle (Paris, 2013). Spécialiste de l’histoire des voyages en Europe à l’époque des Lumières, il a interrogé les pratiques matérielles de la mobilité et les représentations des Français sur l’Italie et les Italiens entre 1750 et 1820 (Le Grand Tour revisité, Rome, 2008). Il a coordonné avec J. Ehrard une édition critique des Voyages de Montesquieu (Paris/Lyon, 2012) et dirigé des ouvrages collectifs, parmi lesquels La culture du voyage (Paris, 2004), Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain (avec I. Taddei, Rome, 2008), Les Lumières et la Révolution française dans le débat italien du XXe siècle (avec E. Neppi, Florence, 2010), Des « passeurs » entre science, histoire et littérature. Contribution à l’étude de la construction des savoirs (1750-1840) (avec A. Guyot, Grenoble, 2011), La République en voyage, 1770-1830 (avec P. Serna, Rennes, 2013).

Thèmes de recherche

1) Le voyage à l’époque moderne, XVIIIe et début XIXe siècle : modèles intellectuels et pratiques de la mobilité en Europe
– 11 ouvrages parus sur le voyage entre 1999 et 2013 en France, en Italie et en Suisse, dont 3personnels (Le Grand Tour revisité paru à l’École française de Rome, 2008), les autres avec un souci de l’animation de recherches collectives (La Culture du voyage, Paris, 2004 ; La République en voyage 1770-1830, Rennes, 2013), y compris avec les doctorants (Voyage et représentations réciproques, 2009)
– un catalogue d’exposition sur les voyages d’un peintre au début du XXe siècle en 2014 (Un artiste en Italie : voyages de Lucien Mainssieux, 1910-1926)
– une soixantaine d’articles publiés en France et à l’étranger sur le voyage et les représentations de l’espace et des peuples au XVIIIe et début XIXe siècle, une dizaine en cours de publication ou en préparation
– pilotage et insertion dans plusieurs réseaux de recherche en France (programme de l’ANR 2009-2012 sur les fraternités en Europe; cluster 13 en 2009 et 2010 puis ARC5 de la Région Rhône-Alpes en vue de la réalisation d’un atlas culturel des villes italiennes fondé sur les témoignages de voyageurs), en Italie (programmes de l’Ecole française de Rome et de l’Université franco-italienne) et en Suisse (responsabilité du volet français du projet Viaticalpes piloté par l’Université de Lausanne)
– coordination et participation à l’édition critique des Voyages de Montesquieu (établissement du texte, présentation et notes critiques, en collaboration avec J. Ehrard et P. Rétat, outre F. Brizay et H. Pommier pour la partie italienne, parue en 2012 dans les OEuvres complètes de Montesquieu, Presses de l’ENS de Lyon/Classiques Garnier).

2) Politique, fête et culture dans les villes italiennes au XVIIIe siècle : réseaux et dynamiques culturelles
– un ouvrage collectif paru en 2008 (Le Destin des rituels, co-dirigé par G. Bertrand et I. Taddei, paru à l’Ecole française de Rome) résultant de la coordination du programme de recherche du CRHIPA mené de 2002 à 2005 avec historiens, politistes, sociologues et anthropologues (« Faire corps. Rituels publics et espace urbain. France-Italie, XIIe-XXIe siècle »)
– un ouvrage personnel paru en 2013 sur l’Histoire du carnaval de Venise, XIe-XXIe siècle (Paris, 2013)
– animation d’une équipe de dix chercheurs français sur l’Italie en vue de la réalisation d’un atlas culturel des villes italiennes à l’époque moderne [déjà cité supra], avec le soutien initial du cluster 13 « Culture, patrimoine, création » de la Région Rhône-Alpes (financé en 2009-2011).

3) Transferts et échanges culturels internationaux en Europe
– deux ouvrages sur les histoires croisées et échanges culturels internationaux en Europe (Sous le regard de Marianne, 1990 ; La parola conquistata, 1997) ; un cours théorique de master 2 tenu depuis 2000-2001 sur l’épistémologie des relations et interactions culturelles internationales ; préparation à la question du concours d’agrégation sur les circulations internationales en Europe au XVIIIe siècle (2010-2013)
– un ouvrage en 2011 sur la construction des savoirs et les réseaux d’échange intellectuel entre Lumières et période romantique (Des « passeurs » entre science, histoire et littérature, Grenoble, 2011) ; deux colloques organisés en décembre 2011 et mars 2013 sur bibliothèques et lecteurs dans l’Europe moderne, XVIIe-XVIIIe siècle (actes en cours de publication chez Droz)
– trois colloques ayant débouché sur trois ouvrages : un colloque co-organisé en 2007 sur les Lumières et la Révolution française dans le débat italien du XXe siècle (CRHIPA et GERCI, actes parus en 2010 à Florence chez l’éditeur Olschki) ; participation à l’ANR déjà citée sur la fraternité comme catégorie de l’engagement politique au XIXe siècle et à ce titre organisation d’un colloque à Vizille en 2009 sur l’histoire du concept de fraternité en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles (volume d’actes paru dans les Cahiers du CRHIPA en 2012) ; co-organisation en
2010 d’un colloque sur la république en voyage, 1770-1830 (IHRF, Paris 1 et CRHIPA; volume d’actes paru aux PUR en 2013)
– une étude menée en 2008 sur la correspondance diplomatique entre Vienne et Turin dans la première moitié du XVIIIe siècle et son rôle dans la définition de la politique étrangère du royaume de Sardaigne.

4) Historiographie et représentations des villes d’Italie du Nord, XVIIIe-début XIXe siècle :texte et image
– participation au réseau sur L’Aventure des mots de la ville (résultat en 2010 chez l’éditeur Laffont, collection Bouquins), organisation d’un colloque de l’Ecole doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire sur les mots de la ville en janvier 2011 à Grenoble
– articles et recensions d’ouvrages, projet d’un ouvrage sur les images et les usages de la mémoire à Venise du XVIIIe siècle à nos jours

Titres et diplômes

2012
Institut Universitaire de France
Délégation à l’IUF comme membre senior 2012-2017 avec un projet intitulé L’EXPERIENCE DE L’ITALIE. MOBILITES EUROPEENNES DANS LA PENINSULE ITALIENNE (1680-1830)

2000
Habilitation à diriger des recherches : De la fête au voyage dans l’Italie du XVIIIe siècle.
Parcours en histoire culturelle, menée avec pour garant M. Dominique Julia (CNRS-EHESS) et soutenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, le 21 janvier 2000 (jury composé de Mme Marie-Noëlle Bourguet et de MM. Jean Boutier, Philippe Boutry, Dominique Julia, Daniel Nordman et Dominique Poulot).
Inscription sur la liste de qualification aux fonctions de professeur des universités

1992
Doctorat en Histoire. Thèse : Le masque dans les représentations de la fête vénitienne au XVIIIe siècle, dirigée par M. Louis Marin et soutenue sous la présidence de M. Michel Vovelle (Université de Paris 1) à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, le 23 juin 1992 (autres membres du jury : MM. Hubert Damish et Yves Hersant; mention : Très honorable avec félicitations du jury).
Inscription sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences

1980
Diplôme d’Etudes Approfondies en Histoire, option Sociologie de l’art : La fête princière et le masque au XVIIIe siècle : des mascarades de Venise à celles de France et d’autres parties de l’Italie entre 1715 et 1789, présenté à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, rapporteur Mme Galienne Francastel

1977-1979
Elève à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

1978
Agrégation d’histoire (rang : 16e)

Expériences professionnelles

Depuis 2000

Professeur d’histoire moderne à l’université Pierre Mendès France (Grenoble II) depuis le 1er sept. 2000.

1995-2000

Maître de conférences en histoire moderne à l’Université Pierre Mendès France (Grenoble II).

1988-1995

Attaché Linguistique, Directeur-adjoint du Centre Culturel Français de Milan, responsable de la Cellule de Coopération Linguistique et Universitaire. Formation continue d’enseignants italiens en histoire, littérature et pédagogie des civilisations.

1983-1988

Lecteur à contrat local dans les Universités de Bari (Italie) et de Milan (Italie), puis à partir de 1985 lecteur-attaché linguistique de l’Ambassade de France auprès de l’Université de Bari (Italie). Enseignement de l’histoire et de la littérature française aux étudiants de licence et maîtrise en langues vivantes.

1980-1983

Professeur d’histoire-géographie stagiaire au Lycée Technique Langevin-Wallon de Champigny-sur-Marne, puis comme coopérant militaire VSNA au Lycée Stendhal de Milan (Italie).

ACTIVITES ADMINISTRATIVES ET RESPONSABILITES COLLECTIVES

Au sein de l’Université Pierre Mendès France
– Responsable de la spécialité de master “Histoire des relations et échanges culturels internationaux de l’Antiquité à nos jours” (depuis 2007)
Membre, au titre de cette responsabilité, du Conseil de master en histoire et histoire de l’art. Développement et accompagnement d’une dynamique d’échanges d’étudiants et d’enseignants dans le cadre de deux parcours de master intégrant des formations en partenariat avec l’Italie et la Russie :
* responsabilité du parcours du master international franco-italien (MIFI, associant l’Université de Grenoble avec les Universités de Rome La Sapienza et Milan Statale dans le cadre d’un réseau associant les Universités de Chambéry, Aix-Marseille 1 et l’EHESS Marseille du côté français, avec relance en 2014 des conventions entre Grenoble et les deux Universités italiennes
* responsabilité du parcours de master recherche en double diplomation entre l’Université de Grenoble 2 (spécialité « Histoire des Relations et Echanges Culturels Internationaux ») et l’URAP de Moscou (Université de la Russie de l’Amitié entre les Peuples, spécialité « Histoire et Dialogue des Cultures »)
Contribution à l’élaboration et au suivi du parcours du master professionnel international Italie-France-Espagne sur l’histoire de la ville et du paysage piloté par l’Université Federico II de Naples (Italie), mis au concours depuis 2008 (projet financé par le Ministère italien, sous réserve d’un nombre minimal de candidatures d’étudiants).

– Responsable de la section d’histoire moderne à l’UFR Sciences humaines (depuis
2012)
Coordination des enseignements et services de la douzaine d’enseignants en histoire moderne (professeurs, maîtres de conférence, ATER, moniteurs…).

 

– Directeur du CRHIPA (2001-2007)
Comme directeur du CRHIPA (Centre de Recherche en Histoire et Histoire de l’Art. Italie, Pays Alpins, Interactions Internationales, EA 599) pour 6 ans (2 mandats électifs), j’ai notamment accompli les taches suivantes.
– Définition d’une politique scientifique reposant sur de nouveaux axes de recherche collective et un élargissement de l’horizon interuniversitaire, dont témoignent les deux plans quadriennaux successifs que j’ai rédigés respectivement pour les années 2003-2006 et 2007-2010. Ce travail s’est fait en liaison avec l’ancienne et la nouvelle Ecole doctorale. Il s’est appuyé sur la mention de master en histoire et histoire de l’art – plusieurs spécialités de cette mention étant rattachées au CRHIPA – et sans la porter j’ai collaboré de près à la mise sur pied
de la spécialité « Histoire des relations et échanges culturels internationaux ». Il s’intègre également à deux des grappes – ou clusters – définis à partir de 2006 par la Région RhôneAlpes pour la recherche : le cluster n° 13 « Culture, patrimoine, création » et le cluster n° 14 « Enjeux et représentations de la science, de la technologie et de leurs usages ».
– Contacts avec des Universités françaises et italiennes au niveau des projets de masters et de doctorats internationaux communs entre l’Italie (Rome, Milan, Turin, Bologne, Naples), la France et à terme avec d’autres pays européens (dont la Suisse, la Russie, la Pologne et la Hongrie).
– Encouragement aux initiatives (colloques, publications, programmes de recherche, enseignements, partenariats internationaux,…) permettant de renforcer les liens scientifiques d’une part entre les historiens des différentes périodes travaillant sur des thématiques communes (Faire corps, Patrimoine, Voyage, Echanges et interactions culturelles…), d’autre part entre les historiens, les historiens de l’art, les archéologues et les philosophes de l’UPMF,
les historiens et italianistes de l’Université de Chambéry, les italianistes et les littéraires de l’Université Stendhal de Grenoble autour de l’intérêt pour l’Italie et le monde alpin.
– Elaboration d’un projet de Groupement de Recherche (G.D.R.) du CNRS sur l’Italie qui sans avoir été officialisé a permis de mettre sur pied un réseau français et européen qui a débouché sur plusieurs programmes d’ANR et de cluster (voir supra II-3-D Montage de projets de recherche internationaux). Coordination d’un séminaire transversal « Italie–relations réciproques Italie-France, Alpes » financé par le Conseil scientifique de l’Université Pierre
Mendès France et inscrit dans cette logique de G.D.R.
– Lancement et réalisation du chantier de l’informatisation des 5.000 volumes du CRHIPA depuis le début 2004, en liaison avec le SICD2 (bibliothèque interuniversitaire) mais sur fonds propres. Tous les volumes sont désormais reclassés et étiquetés, et plus du tiers sont déjà accessibles sur le serveur informatisé Odyssée grâce aux efforts de notre documentaliste Isabella Tarricone et à l’appui de vacataires. La double spécificité « Alpes » et « Italie » de la bibliothèque en fait un pôle attractif.
– Coordination d’une politique de publication à deux volets (l’un tourné vers les éditeurs prestigieux comme l’Ecole française de Rome, l’autre vers des publications de qualité mais plus « locales » comme L’Harmattan, les PUG ou les Cahiers du CRHIPA), ainsi que de la gestion du site web, qui toutes deux bénéficient d’un précieux appui du secrétariat du centre (Catherine Brun et Isabella Tarricone)
– Au titre du CRHIPA j’ai été pendant toute la durée de mon mandat membre du Conseil de l’Ecole Doctorale « Sciences de l’homme, du politique et du territoire », du Conseil de master en histoire et histoire de l’art et du bureau du conseil de direction de l’UFR Sciences Humaines. J’ai également participé aux travaux de la commission « recherche et société » constituée à la demande du Conseil scientifique de l’UPMF sous la présidence de M. Goutal (janvier-mars 2005), ainsi qu’à la réflexion sur l’avenir de la bibliothèque universitaire Droit-Lettres de
Grenoble.
– Depuis la fin de mon mandat de directeur, je suis resté membre du Conseil de direction du CRHIPA.
– Responsable des relations internationales de l’UFR Sciences Humaines (1996-2004)
– Responsable (de 1996 à 2004) des relations internationales au sein de l’UFR Sciences Humaines, chargé de la mobilité enseignante. Cette activité m’a permis de développer de nombreux contacts entre notre UFR SH et des partenaires étrangers.
– Depuis ma prise de fonction (en juin 2007) comme responsable de la spécialité de master « Histoire des relations et échanges culturels internationaux » (HRECI) je m’emploie à développer les projets favorisant la circulation des étudiants et des enseignants.
– Membre de commissions et conseils
– Commission de spécialistes en Histoire 21e et 22e section (1997-2008) et Commission de spécialistes de Philosophie 17e section (2007-2008) à l’Université Pierre Mendès France ; comités de sélection en histoire moderne (2012 et 2013).
– Commission de réflexion sur le PRES et le projet d’« Université de Grenoble » à l’Université Pierre Mendès France (2007).
– Conseil de Documentation de l’UFR Sciences Humaines (depuis 1996).
– Conseil de l’UFR Sciences Humaines à l’Université Pierre Mendès France (membre élu 1996-2000 et 2008-2012).
– Conseil scientifique de l’Université Pierre Mendès France (1999-2000).
– Equipe de réflexion sur la formation continue à l’UFR Sciences Humaines (2000-2001).
Responsabilités à l’extérieur de l’Université Pierre Mendès France
– Membre de comités, commissions d’expertise et conseils scientifiques (en sus des expertises d’ouvrages)

En cours :
– Comité de lecture de la revue La Révolution française (depuis 2013).
– Comité scientifique de la collection « Terre di confine » aux edizioni Dell’Orso (Alessandria,Italie) (depuis 2014) et de la collection « Le voyage dans les Alpes » dirigée par Claude Reichler aux PUPS (depuis 2010).
– Comité de rédaction de la revue « Bulletin de l’Université de la Russie de l’Amitié des peuples. Série ‘Histoire de la Russie’ » (Moscou, Russie) (depuis fin 2013).
– Comité scientifique de la revue Viatica du CRLV (Clermont-Ferrand, France) (depuis fin 2013), de la revue MDCCC 1800 des Edizioni Ca’Foscari à Venise (depuis 2011), des Cahiers d’Etudes Italiennes, Université Stendhal (depuis 2009).
– Bureau de la Communauté de recherche académique ARC5 auprès de la Région Rhône-Alpes, responsable de l’axe « Cultures au pluriel » (depuis l’été 2012).
– Comité éditorial du Laboratoire Langages-Littératures-Sociétés de l’Université de Savoie,
Chambéry (depuis 2009).
– Conseil de l’Ecole doctorale de l’Université Stendhal (depuis 2007).
Expertises réalisées :
– Comités scientifiques de divers colloques, dont « Città mediterranee in trasformazione » organisé par le Centro di Ricerca sull’Iconografia delle Città Europee (Naples, 13-15 mars 2014) et « Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage » organisé par le CRIHAM (Limoges, 3-5 décembre 2014.
– Expertises pour l’AERES : évaluation de deux dossiers d’habilitation d’universités parisiennes pour des master en histoire et histoire de l’art en 2009 ; évaluation de deux centres de recherche parisiens décembre 2012 et janvier 2013 (dont présidence d’un comité d’expertise).
– Expertise de projets scientifiques nationaux et internationaux : plusieurs dossiers postdoctoraux dans le cadre de la campagne Research in Paris (depuis 2010) ; un projet déposé dans le cadre dans le cadre de l’appel à projet « Corpus, données et outils de la recherche en sciences humaines et sociales » de l’ANR (printemps 2012) ; un projet d’une Université suisse soumis au Fonds National Suisse (novembre 2012) ; un projet de contrat doctoral déposé dans le cadre de la procédure spécifique à l’ENS de la rue d’Ulm (printemps 2014) ; un dossier déposé auprès du Conseil de la Recherche des Pays-Bas (The Netherlands Organisation for Scientific Research, NWO, the Dutch Research Council, décembre 2014).

Appartenance à des conseils et comités par le passé :
– Commission d’admission à l’Ecole française de Rome au titre des époques moderne et contemporaine (mandat de 3 années, de 2007 à 2009).
– Conseil scientifique de l’Université Stendhal Grenoble III (de 2000 à 2008), où je me suis efforcé de développer les synergies entre l’Université Stendhal (lettres, langues et communication) et l’Université Pierre Mendès France (sciences sociales).
– Commissions de spécialistes de l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques de Lyon (2004) et de l’Université de Chambéry 22e section (2004-2007). ; Comités de sélection de l’Université d’Aix-Marseille I et de l’Université de Savoie (depuis 2009).
– Membre de centres de recherche et associations françaises hors de l’Université Pierre Mendès France
– Académie delphinale de Grenoble (membre associé).
– Amicale des Anciens Elèves des ENS de Fontenay-Saint-Cloud-Lyon (ancien membre). ; Association des Amis de Pontigny-Cerisy (ancien membre) ; Association Italiques, chargée de la promotion universitaire entre l’Italie et la France.
– Association des Historiens Modernistes des Universités françaises (membre cotisant).
– Centre d’Etudes en Rhétorique, Philosophie et Histoire des Idées (CERPHI) (membre associé de l’équipe Montesquieu, et à ce titre correspondant de l’UMR 5037-Institut d’Histoire de la Pensée classique de l’Humanisme aux Lumières, Saint-Etienne).
– Centre d’Etudes stendhaliennes et romantiques et équipe d’accueil Traverses 19-21 (littérature) de l’Université Stendhal Grenoble 3 (membre associé).
– Centre de Recherche sur la Littérature de Voyage, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand. CV et publications régulièrement mis à jour sur le site du CRLV (http://www.crlv.org)
– Groupe d’Etude et de Recherche sur la Civilisation Italienne (GERCI) de l’Université Stendhal Grenoble 3 (membre associé).
– Groupe Français des Historiens du Risorgimento (GFHR) (depuis 2007).
– Société Française d’Etude du XVIIIe siècle (membre cotisant depuis 1985).

Membre correspondant ou membre d’institutions étrangères
– Secrétaire adjoint, membre du Bureau de la Commission internationale d’histoire de la Révolution Française (président : Alan Forrest, University of York; affilié au CISH).
– Correspondant du « Centro Romantico » du Cabinet Vieusseux de Florence (Italie) (ancien responsable : Maurizio Bossi, Florence).
– Correspondant du CIRIV (« Centro Interdipartimentale di Ricerca sul Viaggio ») et de l’AVIREL (« Archivio dei viaggiatori italiani a Roma e nel Lazio », gestionnaire d’un magazine on-line)
auprès de l’Istituto Nazionale di Studi Romani et de l’Università degli Studi della Tuscia, Viterbe (Latium, Italie) (président : prof. Vincenzo De Caprio).
– Membre ordinaire du CIRVI (« Centro Interuniversitario di Ricerca sul Viaggio in Italia ») de l’Université de Turin (Italie) (membre cotisant) (responsable : prof. Emanuele Kanceff, Moncalieri-Turin).
– Correspondant du CIVEM (« Centro di studi sul viaggio e le esperienze di alterità nell’età moderna interuniversitario »), Università degli Studi de Florence, Dipartimento di Studi Storici e Geografici (responsable : prof.ssa Lucia Felici).
– Membre ordinaire de l’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano (siège social : Vittoriano,
Rome).

Expériences administratives et culturelles à l’étranger
– Coordination d’activités pédagogiques et culturelles (théâtre, cinéma, expositions, conférences, bibliothèque, voyages d’étudiants, organisation de colloques, publications) successivement :
* au Lycée Stendhal de Milan (comme professeur d’histoire-géographie 1981-1983),
* à l’Association Culturelle Italo-Française de Bari (Italie) (comme lecteur-attaché linguistique de l’Ambassade de France, 1985-1988),
* au Centre Culturel Français de Milan (comme attaché linguistique, directeur-adjoint du CCF,1988-1995)
* à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble.
– Gestion à Milan, pendant sept ans, d’un bureau chargé de la coopération éducative et universitaire entre la France et l’Italie (1988-1995).

Ouvrages personnels

[1] – Trois livres pour enfants sur les personnages célèbres de l’histoire de France : t. 1, De Vercingétorix à Louis XI; t. 2, De François Ier à Louis XVI; t. 3, De Robespierre à Napoléon III, Paris, Hachette, 1984, coll. « Sésame », 48 p. chaque volume.
[2] – Sous le regard de Marianne. Propositions pour une autre façon d’enseigner la langue et la culture françaises, Milan, Libreria C.U.E.M., 1990, 182 p., 25 planches.
[3] – Le masque dans les représentations de la fête vénitienne au XVIIIe siècle, thèse de Doctorat en histoire, Paris, E.H.E.S.S., 1992, 3 volumes, 983 p., 265 pl.
[4] – Paul Guiton et l’Italie des voyageurs au XVIIIe siècle. Son projet de bibliographie critique des voyageurs français en Italie. Deux manuscrits (R 9707 et R 9705) de la Bibliothèque Municipale de Grenoble publiés, introduits et annotés par G. Bertrand, Moncalieri, CIRVI, Bibliothèque du Voyage en Italie n° 56, 1999, 182 p.
[5] – Bibliographie des études sur le voyage en Italie. Voyage en Italie, voyage en Europe, XVIe-XXe siècle, Grenoble, Université Pierre Mendès France-CRHIPA, Les cahiers du CRHIPA n° 2, 2000, 301 p.
[6] – Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle-début XIXe siècle), Rome, Ecole française de Rome, Collection de l’Ecole française de Rome n° 398, 2008, 791 p., 33 pl.
Recensions dans : Dix-huitième siècle (n° 45, 2013, p. 754-755) ; Histara (25 janvier 2010) ; Histoire et civilisation du livre (2010/6, p. 424-426) ; Journal for eighteenthcentury studies (35/1, 2012, p. 143-145) ; The journal of modern history (82/1, 2010, p. 201-202) ; Journal of Modern Italian Studies (16/5, 2011, p. 728-729) ; Revue de synthèse (132, 6e série, n° 4, 2011, p. 611-614) ; Revue d’histoire moderne et contemporaine (58/2, avril-juin 2011, p. 189-192) ; Revue historique (651, juillet 2009, p. 719-721) ; Studies in Travel writing (16/2, 2012, p. 215-218).
[7] – Histoire du carnaval de Venise (XIe-XXIe siècle), Paris, Pygmalion, 2013, 359 p., 21 illustrations hors-texte.
Recensions dans : Historia (Eric Mension-Rigau, « Le document du mois », n° 803, novembre 2013, p. 84) ; Società e storia (Elisa Marazzi dans « Libri ricevuti », 142/2013, p. 831-832) ; La Nuova Venezia (19 janvier 2014) ; Le Figaro (Anthony Palou, « La fête à Venise », 20 février 2014) ; Valeurs actuelles (F. V., 20-26 mars 2014, p. 66) ; Revue d’histoire moderne et contemporaine (François Brizay, 2014/2, n° 61-62, p. 223-226).
A ces ouvrages personnels s’ajoute le rapport de synthèse sur l’ensemble de mes travaux, présenté pour l’habilitation à diriger des recherches, De la fête au voyage dans l’Italie du XVIIIe siècle. Parcours en histoire culturelle, texte dactylographié, automne 1999, 52 p.

Coordination d’ouvrages collectifs

[1] – Images et représentations de la Révolution française, dossier dans I Viaggi di Erodoto, Milan, Ed. Scolastiche Bruno Mondadori, n° 9, décembre 1989, 100 p. dont une série de planches en couleur.
[2] – Dossiers de La Lettre du Bureau Linguistique (Ambassade de France, Rome) n° 18, aoûtjuin 1993 (« Pratiques et pédagogie de l’échange I »), n° 19, oct.-nov. 1993 (« Pratiques et pédagogie de l’échange II »), n° 20, janv.-mars 1994 (« Le français des professions »), 25 p. chaque dossier.
[3] – Pour une pédagogie des échanges, sous la dir. de G. Bertrand et Christian Alix, numéro spécial du Français dans le monde/Recherches et Applications, Paris, Hachette, février-mars 1994, 192 p.
[4] – Apprendre à se connaître / Imparare a conoscersi. Le projet d’expérimentation linguistique interculturelle Ain-Varèse, par G. Bertrand, Carla Sommadossi et Jean-Louis Roussin, Milan-Lyon, IRRSAE Lombardia-Académie de Lyon, 1994, 2 vol., 227 p. chaque vol. (l’un en français, l’autre en italien).
[5] – A scuola nel territorio. L’esperienza di San Fruttuoso, par G. Bertrand, Carla Sommadossi, Alain Riffaud et Guido Bianchi, Milan-Nantes, IRRSAE Lombardia-Centre Culturel Français de Milan-Académie de Nantes, 1995, 172 p.
[6] – La Parola conquistata. Bilinguismo e biculturalismo negli autori di lingua francese e inglese dell’Africa, sous la dir. de G. Bertrand et Eleonora Salvadori (actes du colloque de Pavie, 16-18 mars 1995), Come, Ibis, 1997, 221 p. (contributions de T. Bekri, B. Emecheta, M. Vedovelli, A. A. Sobrero, S. Argentieri, J. Revel, H.-J. Lüsebrink, G. Toso Rodinis, I. Vivan, L. Nissim, E. Girardini, J.-L. Joubert, A. Djebar, A. Begag).
[7] – Identité et cultures dans les mondes alpin et italien (XVIIIe-XXe siècle), sous la dir. de G. Bertrand (ouvrage en partie inspiré d’une journée d’étude, Grenoble, 26 mars 1998), Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques historiques », 2000, 251 p. (contributions de M. Cuaz, G. Bertrand, H. Heyriès, P. Pasquini, M. Mauviel, O. Forlin, B. Poche, C. Barbé). www.didactibook.com/extract/show/60770
[8] – Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario / Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, sous la dir. de G. Bertrand et Maria Teresa Pichetto, actes du colloque d’Aoste (10-11 octobre 1997), Aoste, Musumeci Editore, 2001, 248 p. (contributions de G. Sergi, G. Ratti, B. Peyrot, C. Barbé, E. G. Fazio, E. Kanceff, G. Tourn, C. Gély, P. Cazzola, R. Risaliti, F. Brizay, M. Cuaz, S. Costa, D. Julia, C. Coulomb, G. Bertrand, J.-P. Viallet).
[9] – Discours sur la montagne (XVIIIe-XIXe siècle). Rhétorique, science, esthétique, sous la dir. de G. Bertrand et Alain Guyot, numéro spécial de la revue Compara(i)son. An InternationalJournal of Comparative Literature coordonné par G. Bertrand et A. Guyot, Berne, Peter Lang, I/II-2001 [en fait 2003], 347 p. (contributions de P. Giacomoni, P. Morère, A. Guyot, T. Arrigoni, G. Bertrand, , C. Reichler, Y. Marcil, C. Desplat, K. Hildebrandt, J. Dhombres, F. Wolfzettel, P. Petitier, J.-D. Candaux).
[10] – La culture du voyage. Pratiques et discours de la Renaissance à l’aube du XXe siècle, sous la dir. de G. Bertrand, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques historiques », 2004, 296 p. (ouvrage ayant bénéficié d’une subvention du Ministère de la recherche) (contributions de M. Smith, F. Saby, A. Nijenhuis, F. Brizay, Y. Marcil, I. Laboulais-Lesage, G. Bertrand, M. Bossi, G.Fontaines).
[11] – Commerce, voyage et expérience religieuse, XVIe-XVIIIe siècles, sous la dir. de A. Burkardt, avec la collaboration de G. Bertrand et Y. Krumenacker, Rennes, Presses, Universitaires de Rennes, 2007, 507 p. (contributions de F. Bayard, A. Bartholoméi, G. Bertrand, P.-F. Brau, A. Burkardt, S. Chassagne, S. Cerutti, A. Cowan, S. Fettah, G. Garner, M. Grenet, J. Hoock, M. Janin-Thivos, Y. Krumenacker, R. Mazzei, L. Monga, N. Muchnik, E. Oliel-Grausz, A. Olivieri, A. Orlandi, G. Paolin, M.-L. Pelus-Kaplan, S. Rau, S. Villani, P. Voss, O. Zeller, J. Zunckel).
Recensions dans : Annales. Histoire, Sciences Sociales (Guillaume Calafat, 2008, 1 – Histoire religieuse Moyen Âge, époque moderne, p. 224-226) ; Rivista storica italiana (Chiara Povero, anno CXXI, fasc. 1, 2009, p. 444-455).
[12] – Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne / Il destino dei rituali. « Faire corps » nello spazio urbano, Italia-Francia-Germania, sous la dir. de G. Bertrand et I. Taddei, Rome, Ecole française de Rome, Collection de l’Ecole française de Rome n° 404, 2008, 550 p. (contributions de M.-C. Ferriès, M. Caffiero, M. Gazzini, E. Crouzet- Pavan, I. Taddei, A. Lemonde, D. Rosenthal, L. Lazzerini, N. Ghermani, S. Gal, B. Pierre, C. Gantet, C. Coulomb, M. Traversier, C. Brice, Y. Déloye, A. Savelli, P. Dujardin, F. Archambault, G. Navarini, A. Broccolini, O. Ihl, M. Isnenghi).
Recensions dans : Archivio storico italiano (168, 2010, p. 407-408), Cahiers de recherches médiévales (2009), Nuevo Mundo Mundos Nuevos (2009), Revue d’histoire moderne et contemporaine (58/4, octobre-décembre 2011, p. 170-172), Revue française de science politique (59/5, octobre 2009, p. 1033-1034), Revue historique (205, juillet 2010, p. 717-719).
[13] – Voyage et représentations réciproques (XVIe-XIXe siècle). Méthode, bilans et perspectives, sous la dir. de G. Bertrand, Grenoble, Cahiers du CRHIPA n° 15, 2009, 359 p. (actes des journées d’études doctorales du 5-6 décembre 2002, publié avec le concours du programme VINCI de l’Université franco-italienne ; contributions de E. Bourdon, A. Cogné, S. Iraci, A. Therstappen, E. Angelelli, M. T. Guerrini, M. Zamponi, M. Traversier, L. Grivon, F. Brizay, A. Nijenhuis, G. Montègre, S. Oddou, J. Mathieu, N. Minard, I. Plastina, R. Cavalieri).
[14] – I lumi e la rivoluzione francese nel dibattito italiano del Novecento / Les Lumières et la Révolution française dans le débat italien du XXe siècle, sous la dir. de G. Bertrand et E. Neppi, Florence, Olschki, 2010, 313 p. (actes du colloque de Vizille de septembre 2007 : contributions de G. Bertrand, E. Neppi, A. Forrest, V. Ferrone, C. Mazauric, J. Solé, M. Vovelle, A. De Francesco, G. Ricuperati, A. Bechelloni, B. Gainot, D. Verdura Rechenmann, O. Forlin, L. Casalino, A. Postigliola, G. Imbruglia, F. Sbarberi, P. Cristofolini, L. Fournier-Finocchiaro, S. Lanfranchi, C. Del Vento). Recensions dans : Recollectio (33-34, 2010-2011, p. 866-868), Il pensiero politico
(Fausto Proietti, XLIV, 2011, p. 452) et Quaderno di storia contemporanea (49/2011, p. 155-156). Segnalazioni dans Prospettiva. Persona, 76/11, et Rivista di storia finanziaria (luglio dicembre 2011).
[15] – Des « passeurs » entre science, histoire et littérature. Contribution à l’étude de la construction des savoirs (1750-1840), sous la dir. de G. Bertrand et A. Guyot, Grenoble, ELLUG, 2011, 236 p. (contributions de S. Briffaud, A. Devanthéry, F. Estelmann, G. Montègre, F. Orlando, I. Passeron, M. Rouillard, G.-R. Thibault).
Recensions dans : Acta Fabula, Écritures du savoir (Frédérique Aït-Touati, « Frontières, territoires, passages : pour une cartographie des savoirs », 7 mai 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document6958.ph); Revue d’Histoire littéraire de la France ( B e r t r a n d M a r q u e r , n° 4/2013, http://srhlf.free.fr/PDF/Des_passeurs_entre_science_histoire_et_litterature.pdf).
[16] – Fraternité: pour une histoire du concept, sous la dir. de G. Bertrand, C. Brice et G. Montègre, Grenoble, Université Pierre Mendès France, Cahiers du CRHIPA n° 20, 2012, 238 p. (contributions de P. Budillon Puma, C. Brice, L. Casella, S. Chignola, F. Conti, T. Ménissier, M. Meriggi, G. Montègre, I. Payet, P. Rujula, C. Sotinel).
Recensions dans : Annales historiques de la Révolution française (371, janvier-mars 2013, p. 230-232), Giornale di storia.net (Chiara Pavone, 19.02.2013)
[17] – Montesquieu, Mes Voyages, sous la direction de Jean Ehrard avec la collaboration de Gilles Bertrand, t. 10 des OEuvres complètes de Montesquieu (publiées par la Société  Montesquieu, 22 vol.), Lyon-Paris, ENS Editions-Classiques Garnier, 2012, 714 p. ; textes établis, présentés et annotés par Gilles Bertrand, Hans Bots, François Brizay, Giuseppina Cafasso, Giovanni Cipriani, Cecil P. Courtney, Clémence Couturier-Heinrich, Jean Ehrard, Pierre Fluck, Laura Mascoli-Vallet, Giulia Papoff, Henriette Pommier, Pierre Rétat.
Recension dans : Dix-Huitième siècle (Jean Sgard, « Les oeuvres très complètes de Montesquieu » , n° 45, 2013, p. 649-661).
[18] – La République en voyage, 1770-1830, sous la dir. de G. Bertrand et Pierre Serna, Rennes, PUR, 2013, 441 p. (actes du colloque de Vizille de septembre 2010 : contributions de S. Aprile, J.-R. Aymes, A. Baggerman, L. Bergamasco, G.Bertrand, M. Bouyssy, J.-L. Chappey, R. Dekker, J. Dhombres, B. Gainot, G. Gelléri, A. Janiszewska, A. Jourdan, S. Kleinman, P.-Y. Lacour, E. Liris, R. Markovits, G. Mazeau, O. Müller, N. Pellegrin, A. M. Rao, F. Régent, P. Serna, A. Simonin, D. Tinkova, M. Van Strien-Chardonneau).
Recensions dans : Dix-huitième siècle (François Moureau,, n° 46, 2014 p. 744-745) ; Questions de communication (Michael Palmer, n° 25, 2014, p. 392) ; La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française (Dominique Waquet, n° 6, 2014, 36 paragraphes).
[19] – Un artiste en Italie : voyages de Lucien Mainssieux, 1910-1926 [exposition, Voiron, Musée Mainssieux, 1er mars-31 décembre 2014], catalogue par Emmanuelle Macaigne et Gilles Bertrand, Lyon, Libel, 2014, 128 p. (en appendice : « Archives de Mainssieux : Un séjour en Italie, 1910-1911, Profils romains, 1924-1926 »).
Recension dans : Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné (Jean-Louis Roux, 1er août 2014, p. 102-103).

Articles et contributions à des ouvrages collectifs

Recherches sur l’époque moderne (XVIe-début XIXe siècle)
I. Articles dans revues à comité de lecture
[1] – « Quelle mélancolie pour la fête princière au XVIIIe siècle? », Lectures, Bari, Ed. dal Sud, 1984, n° 14, pp. 81-97.
[2] – « L’indiscret en peinture. Sur quelques tableaux de Watteau, Boucher et Fragonard », Lectures, Bari, Ed. dal Sud, 1985, n° 16, pp. 89-104.
[3] – « Le messe in scena di Longhi e Tiepolo », Sipario (mensuel de théâtre), Milan, janv.-fév. 1987, pp. 64-66.
[4] – « Le masque aristocratique vénitien et ses contemporains », Lectures, Bari, Ed. dal Sud, 1987, n° 20, 1987, pp. 63-83.
[5] – « Les encyclopédies italiennes et le masque occidental depuis la fin du moyen-âge », Lectures, Bari, Ed. dal Sud, 1987, n° 20, pp. 269-278.
[6] – « De Paris à Venise. ‘L’écho’ de la Révolution dans les caricatures vénitiennes », Lectures (actes du colloque de Bari, 1789 e dopo), Bari, Ed. dal Sud, 1989, n° 25, vol. II, pp. 121-143.
[7] – « Dal turismo alla pedagogia del patrimonio: la lezione dell’illuminismo », I Viaggi di Erodoto, Milan, Ed. Scol. Bruno Mondadori, n° 16, avril 1992, pp. 102-116.
[8] – « Venise au temps du carnaval » (des origines à aujourd’hui), L’Histoire, Paris, Seuil, n° 185, février 1995, pp. 64-69.
[9] – « Lo sguardo francese sulla Lombardia. Una tappa per i viaggiatori tra il Settecento e la prima metà dell’Ottocento », I Viaggi di Erodoto, Milan, Ed. Scol. Bruno Mondadori, n° 27, sept.-déc. 1995, pp. 102-109.
[10] – « Masque et séduction dans la Venise de Casanova », Dix-huitième siècle (dir. R. Desné), n° 31, 1999, pp. 407-428.
[11] – « En marge du voyage des élites dans l’Italie des Lumières : du peuple regardé au peuple voyageur », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée (MEFRIM), t. 111, 1999-2 (paru en fait au printemps 2000), pp. 847-881. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_1123- 9891_1999_num_111_2_4672
[12] – « Les mots de Venise dans les récits de voyageurs au XVIIIe siècle. De la tradition vénitienne au regard des étrangers », Annali di storia moderna e contemporanea (dir. : C. Mozzarelli), Milan, Università Cattolica del Sacro Cuore, n° 6, avril 2000, pp. 391-420.
[13] – « L’ouverture du Dauphiné sur l’étranger à la fin de la période moderne (1740-1820) », La Pierre et l’écrit, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, n° 11, 2000, pp. 135-162.
[14] – « Les voyages d’artistes français en Italie au XVIIIe siècle : bilan des études récentes et perspectives de recherche », Histoire de l’art. Revue de recherche et d’information, n° 51 consacré aux Voyages, novembre 2002, pp. 29-37.
[15] – « Construire un discours sur la montagne : nobles et savants vers les Alpes occidentales au tournant des Lumières (v. 1760-v. 1820) », dans Discours sur la montagne (XVIIIe-XIXe siècles). Rhétorique, science, esthétique, sous la dir. de G. Bertrand et A. Guyot, numéro spécial de la revue Compara(i)son. An International Journal of Comparative Literature, Berne, Peter Lang, I-II/2001 [en fait 2003], pp. 93-130.
[16] – « Parcours alpins sur le chemin de l’Italie : les transformations de l’image de la montagne dans les guides et récits de voyage en langue française des dernières décennies du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle », dans Tourisme et changements. Revue d’histoire des Alpes, Zürich, Chronos Verlag, 2004/9, pp. 109-130.
[17] – « Voyage et lectures de l’espace urbain. La mise en scène des villes renaissantes et baroques dans les guides en langue française pour l’Italie au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, n° 13, 2005/2, pp. 121-153. http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2005-2-page-121.htm
Voir aussi infra les articles [61], [73] et [74].

Contributions à des ouvrages collectifs et communications publiées dans des actes de colloques

[1] – « L’imitation du réel comme programme idéologique à Venise au milieu du XVIIIe siècle », Eteroglossia (actes du colloque de Macerata, Discorso fizionale e realtà storica), Ancona, Ed. Nuove Ricerche, 1992, pp. 631-654.
[2] – « Les rapports de Goldoni avec le masque en bautta », Filigrana (revue du groupe HURBI-Humanisme, Renaissance et Baroque italiens, actes du colloque de Grenoble, Goldoni et l’Europe), Grenoble, Université Stendhal-Grenoble III, 1995, pp. 167-183).
[3] – « Milan et Venise, deux capitales. Les métamorphoses du regard des voyageurs français entre Grand Tour et tourisme de masse », Franco-Italica (Serie storico-letteraria), numéro contenant les actes du congrès de Turin (Francia e Italia nel XVIII secolo: immagini e pregiudizi reciproci), Alessandria, Edizioni dell’Orso, Paris, Champion-Slatkine, n° 7, 1995, pp. 177-197.
[4] – « Masque et séduction dans la Venise de Casanova », dans M. G. Adamo, R. Gasparro, M. T. Puleio, dir., Miti e linguaggi della seduzione (actes du colloque de Catane, 3-5 décembre 1992), Catane, CUECM, 1996, pp. 247-271 (paru aussi dans revue à comité de lecture [10]).
[5] – « La peinture comme lieu de mémoire : de son rôle dans la constitution de l’image littéraire de Venise », dans Daniel J. Grange, Dominique Poulot, dir., L’Esprit des lieux. Le patrimoine et la cité (actes du colloque d’Annecy, 28-30 septembre 1995), Grenoble, PUG, 1997, pp. 105-117.
[6] – « La leçon des Lumières, ou la pédagogie du patrimoine entre fièvre touristique et désir de connaissance : histoire d’un certain rapport à l’histoire », dans A. Riffaud, dir., Classe du Patrimoine, Académie de Nantes, dix ans d’expérience, Le Mans, Création et Recherche/Nantes, Rectorat de Nantes-Conseil Régional des Pays de la Loire, 1997, pp. 18-32 (le même texte est paru en anglais, en italien et en espagnol dans trois volumes coordonnés par Alain Riffaud, Heritage Classes of the Nantes Regional Educational Authority, pp. 16-27, Le Classi del Patrimonio. Académie de Nantes, pp. 16-26, Clases de Patrimonio. Distrito Universitario de Nantes, pp. 16-28, Le Mans, Création et Recherche, 1998).
[7] et [8] – Entrées « Fête » et « Masque », dans Michel Delon, dir., Dictionnaire européen des Lumières, Paris, P.U.F., 1997, pp. 458-461 et 668-669 (une version anglaise est en préparation sous le titre Encyclopedia of the Enlightenment, Chicago, Fitzroy Dearborn Publishers).
[9] – « La construction de l’autre dans et par les récits de voyage : le cas des voyageurs français en Italie au XVIIIe siècle », dans Ouvr. coll., Letteratura, identità culturali e immagini nazionali (actes du XXIe congrès de la S.U.S.L.L.F., Pise, 26-28 octobre 1995), Pise, Edizioni ETS, 1997, pp. 113-128.
[10] – « L’impossible invention d’une capitale : le cas de Milan à la fin du XVIIIe siècle », dans Rita Costa Gomes, Gérard Sabatier, dir., Lieux de pouvoir. Europe, XVe-XXe siècles (actes du colloque de la Fondation Gulbenkian, 19-22 juin 1996), Lisbonne, Fondation Gulbenkian, 1998, pp. 287-313.
[11] – « Voyage et culture populaire au siècle des Lumières. Quelques remarques », dans Giovanni Dotoli, dir., Studi in onore di Vito Carofiglio, Fasano, Schena, 1999, pp. 269-282.
[12] – « Regard des voyageurs et image de l’Italie : quelques réflexions autour de la campagne de Bonaparte », dans Jean-Paul Barbe, Roland Bernecker, dir., Les Intellectuels européens et la campagne d’Italie. 1796-1798 (actes du colloque de l’Université de Nantes, 7-8 mars 1997), Münster, Nodus Publikationen, 1999, pp. 43-63.
[13] – « L’expérience géographique de l’Italie dans les guides de voyage du dernier tiers du XVIIIe siècle », dans Gilles Chabaud, Evelyne Cohen, Natacha Coquery, Jérôme Penez, dir., Les Guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages (actes du colloque de l’Université de Paris 7-Denis Diderot, 3-4 déc. 1998), Paris, Belin, 2000, pp. 377-390 (une version plus complète se trouve dans mon ouvrage Le Grand Tour revisité).
[14] – « Voyage et altérité. ‘L’émoi italien’ des voyageurs français en Italie du Nord à la fin du XVIIIe siècle », dans Gilles Bertrand, dir., Identité et cultures dans les mondes alpin et italien (XVIIIe-XXe siècle) (actes de la journée d’étude de Grenoble, CRHIPA, 26 mars 1998), Paris, L’Harmattan, 2000, pp. 37-67.
[15] – « La perception de l’altérité italienne par les voyageurs marchands français dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », dans Emanuele Kanceff, dir., Lo sguardo che viene di lontano : l’alterità e le sue letture. Riflessioni e problemi in un mondo che cambia (actes du colloque de Turin, 25-27 mars 1999), Moncalieri, CIRVI, Biblioteca del Viaggio in Italia, n° 59, 2001, vol. 2, pp. 801-848.
[16] – « Musées perdus, récits introuvables : le jeu de la déperdition et le travail de la mémoire chez quelques voyageurs français en Campanie au cours des années 1780 », dans Sandra Costa, Maria Luigia Pagliani, dir., Musées perdus, musées retrouvés : l’expérience de l’Italie et de la France (actes de la journée d’étude de Grenoble, 22 avril 1999), Grenoble-Bologne, Université Pierre Mendès France-Istituto per i Beni culturali della Regione Emilia-Romagna, Cahiers du CRHIPA n° 3, 2001, pp. 53-78 et fig. 11 à 16 dans le répertoire photographique.
[17] – « Le voyage des hommes de science vers l’Italie, de Guettard à Faujas de Saint-Fond (1773-1805) », dans Gilles Bertrand, Maria Teresa Pichetto, dir., Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario / Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire (actes du colloque d’Aoste, 10-11 octobre 1997), Aoste, Musumeci, 2001, pp. 221-235.
[18] – « Visions de l’histoire et création picturale à Venise au XVIIIe siècle », dans Sylviane Leoni, Alfredo Perifano, dir., Création et Mémoire dans la culture italienne (XVe-XVIIIe siècles), Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises/Centre d’Etudes Italiennes de la Renaissance à nos jours, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 718, 2001, pp. 171-204.
[19] – « Il Grand Tour come fenomeno sociale e culturale : dall’Europa al Sud dell’Italia », Quaderni del Parco ‘Old Calabria’, n° 1, Naples, Fondazione Napoli Novantanove, 2002, 45 p.
[20] – « Le cosmopolitisme à l’épreuve de la Révolution française. Pratiques aristocratiques et bouleversements des idéaux chez les voyageurs émigrés français en Italie », dans Robert Chagny, dir., La Révolution française : idéaux, singularités, influences, Grenoble, PUG, 2002, pp. 101-114.
[21] – « Les mots de Venise dans les récits de voyageurs au XVIIIe siècle. De la tradition vénitienne au regard des étrangers », dans Brigitte Marin, dir., Italie/Italy/Italia. Les mots de la ville/City words/La parole della città, Paris, CNRS-UNESCO, Cahier/Working paper/Quaderno n° 5, juillet 2003, pp. 131-142 (paru aussi dans revue à comité de lecture [12]).
[22] – « Du voyage dans les traités d’éducation aux pratiques royales et aristocratiques : le cas français au XVIIIe siècle », dans Gérard Luciani, Catherine Volpilhac-Auger, dir., L’institution du Prince au XVIIIe siècle (actes du VIIIe colloque franco-italien des sociétés française et italienne d’étude du XVIIIe siècle, Grenoble, 14-16 octobre 1999), Ferney-Voltaire, Centre International d’Etude du XVIIIe siècle, 2003, pp. 15-23.
[23] – « Les livres de voyage sur l’Italie vus par Stendhal : du refus de certains récits au voyage empathique », dans Emanuele Kanceff, dir., Stendhal, l’Italie, le voyage. Mélanges offerts à Victor Del Litto, Moncalieri (Turin), CIRVI, Biblioteca del Viaggio in Italia, 2003, n° 64, pp. 57-72
[24] – « Les voyageurs français en Italie et la sauvegarde du patrimoine. Naissance d’une attention à la conservation des biens culturels et artistiques dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », dans Sandra Costa, dir., De l’art au patrimoine. France et Italie : le transfert de modèles culturels et esthétiques à l’époque moderne, Grenoble-Bologne, Université Pierre Mendès France-Istituto per i Beni culturali della Regione Emilia-Romagna, Cahiers du CRHIPA n° 7, 2003, pp. 71-104.
[25] – « Aux sources du voyage romantique : le voyage patriotique dans la France des années 1760-1820 », dans Alain Guyot, Chantal Massol, dir., Voyager en France au temps du romantisme. Poétique, esthétique, idéologie, Grenoble, ELLUG, 2003, pp. 35-53.
[26] – « L’Italie rêvée par A. Boullier, notable forézien au XIXe siècle », dans Claude Crétin, dir., Loire, terre d’Italie (actes du colloque « La Loire, des hommes et des arts », 22-23 juin 2000), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2003, pp. 57-69.
[27] – « Le discours des voyageurs. Quelques éléments pour une approche comparative des stéréotypes sur les peuples dans l’Europe des Lumières », dans Marcel Grandière, Michel Molin, dir., Le stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, pp. 245-260. Traduit dans une édition allemande : « Der Diskurs der Reisenden. Einige Ansätze zu einer vergleichenden Erforschung von Stereotypen der Völker im Europa der Aufklärung », dans Arnd Bauerkämper, Hans Erich. Bödeker, Bernhard Struck, dir., Die Welt erfahren. Reisen als kulturelle Begegnung von 1780 bis heute, Frankfurt/Main/New York, Campus-Verlag, 2004, pp. 301-320.
[28] – « Le voyage en Italie au XVIIIe siècle : problématiques et perspectives », dans Le voyage à l’époque moderne (actes du colloque du 30 nov.-1er déc. 2001), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Bulletin de l’Association des Historiens Modernistes des Universités, n° 27, 2004, pp. 27-45.
[29] – « De Brosses, Stendhal et la tradition du regard sur les villes italiennes », dans Sylviane Leoni, dir., Charles de Brosses et le voyage lettré au XVIIIe siècle (actes du colloque de Dijon, 3-4 octobre 2002), Dijon, Editions Universitaires de Dijon, coll. « Ecritures », 2004, pp. 55-73.
[30] – « La Toscane hors de Toscane : le regard politique des voyageurs (XVIe-XVIIIe siècle) », dans Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon, dir., Florence et la Toscane (XIVe-XIXe siècles). Les dynamiques d’un Etat italien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, pp. 421-439. Traduit dans une édition italienne : « La Toscana fuori dalla Toscana : lo sguardo politico dei viaggiatori dal XVI al XVIII secolo », dans J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon (a cura di), Firenze e la Toscana. Genesi e trasformazioni di uno Stato italiano (XIV-XIX secolo, Firenze, Mandragora, 2010 (1a ed. franc. 2004), pp. 355-370.
[31] – « Un voyageur dans le sillage des Lumières. Stendhal lecteur des guides et récits de voyage en Italie du XVIIIe et du début du XIXe siècle », dans Gilles Bertrand, dir., La culture du voyage. Pratiques et discours de la Renaissance à l’aube du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques historiques », 2004, pp. 207-237.
[32] – « À la découverte du monde. De l’expérience individuelle des voyageurs à la constitution d’une culture collective du voyage », introduction au volume dirigé par Gilles Bertrand, La culture du voyage. Pratiques et discours de la Renaissance à l’aube du XXe siècle (actes de la10 journée d’étude de Grenoble, CRHIPA, 1er février 2001), Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques historiques », 2004, pp. 9-18.
[33] – « Pour une approche comparée des modes de contrôle exercés aux frontières des anciens Etats italiens. Les exemples du Dauphiné et de la Toscane dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », dans Claudia Moatti, dir., La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, Ecole Française de Rome (Collection de l’EFR 341), 2004, pp. 253-303.
[34] – « Les voyageurs français face au patrimoine italien de la Renaissance et du baroque : la mise en scène des villes dans les récits-guides du XVIIIe siècle », dans Sandra Costa, dir., Représentations et formes de la ville européenne. Le patrimoine et la mémoire, Paris-Grenoble, L’Harmattan-CRHIPA, 2005, pp. 97-138 (une autre version sur le même thème est parue dans une revue à comité de lecture [17]).
[35] – « L’attention au patrimoine chez les ‘gens de lettres’ du XVIIIe siècle. Réflexions autour du cas du voyage de Montesquieu en Italie », dans Sandra Costa, Maria Luigia Pagliani, dir., Connaître, conserver, diffuser le patrimoine artistique et historique. Aspects institutionnels et dimensions socio-économiques, Bologne-Grenoble, Istituto per i Beni culturali della Regione Emilia-Romagna-CRHIPA, 2006, pp. 81-103.
[36] – « Voyage en Italie et guerre : traces, discours et récits de gens de lettres français au XVIIIe siècle », dans Olivier Forlin, dir., Anticléricalisme, minorités religieuses et échanges culturels entre la France et l’Italie, de l’Antiquité au XXe siècle. Hommage à Jean-Pierre Viallet (actes du colloque organisé par le CRHIPA à Grenoble, 29-30 janvier 2004), Paris, L’Harmattan, 2006, pp. 263-304.
[37] – « Voyage et cosmopolitisme dans la tourmente de la Révolution française. Du voyage de connaissance aux effets de l’émigration et de l’exil », dans Maurizio Bossi, Anne Hofmann, François Rosset, dir., Il Gruppo di Coppet e il viaggio. Liberalismo e conoscenza dell’Europa tra Sette e Ottocento (actes du VIIe Colloque de Coppet, Florence, 6-9 mars 2002), Florence, Olschki, 2006, « Gabinetto Scientifico Letterario G.P. Vieusseux », Studi 14, pp. 67-90.
[38] – « L’idée d’empire à Venise », dans Thierry Ménissier, dir., L’idée d’empire dans la pensée politique, historique, juridique et philosophique (actes du colloque de philosophie politique organisé par le Centre « Philosophie, Langages, Cognition », Grenoble, 10-11 mars 2004), Paris, L’Harmattan, 2006, pp. 131-142.
[39] – « Le laboratoire montagnard de l’astronome Lalande. Du Voyage en Italie à ses comptes rendus dans le Journal des savants (1769-1789) », dans Sophie Linon-Chipon et Daniela Vaj, dir., Relations savantes, voyages et discours scientifiques, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (PUPS), Collection « Imago Mundi », 2006, pp. 299-325 (actes du colloque de La Napoule organisé par le CRLV en collaboration avec le Fonds national suisse de la recherche scientifique et le Musée océanographique de Monaco, 11, 12 et 13 juin 2003).
[40] – « Sur la coutume de Florence de n’admettre que des hommes pour jouer les rôles sur le théâtre », établissement, présentation et annotation de cette épigramme de 1728-1729, dansMontesquieu, Oeuvres et écrits divers, vol. 2, sous la dir. de Pierre Rétat, dans OEuvres complètes de Montesquieu, t. 9, Oxford-Naples, Voltaire Foundation-Istituto Italiano per gli Studi Filosofici, 2006, pp. 23-29.
[41] – « Appunti sul viaggio », dans Luisa Rossi et Davide Papotti, dir., Alla fine del viaggio
(actes du colloque organisé par l’Université de Parme et le Centro Italiano per gli Studi storicogeografici, Parme,13-14 février 2003), Reggio Emilia, Edizioni Diabasis, 2006, pp. 321-324.
[42] – Entrées parues dans le Dictionnaire des Alpes, sous la dir. éditoriale de Sylvain Jouty, Grenoble, Glénat, 2006 (25 biographies : Beaumont, Binelli, Borel du Bez, Cambry, Castille, Chabrol de Volvic, Cordier, Desaix, Guiton, Faujas, Krüdener, Laboulinière, Lullin de Châteauvieux, J. de Maistre, Millin, Musset-Pathay, Nollet, Pezay, A.-F. et F. Pison du Galland, Pomina, Roland de la Platière, Simond, J. Vichard de Saint-Réal, Villars).
[43] – « Marchands en voyage dans l’Europe du second XVIIIe siècle. Etude de quelques carnets de route, récits et correspondances de marchands du Sud-Est de la France », dans Albrecht Burkardt, dir., Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, XVIe-XVIIIe siècle) (actes du colloque de Lyon, 25-27 mars 2004), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, pp. 161-179. [Une autre version de ce texte est parue sous forme électronique et avec le titre suivant : « La culture des marchands voyageurs français de la seconde moitié du XVIIIe siècle sur les routes de France et d’Europe », dans Les voyageurs au Moyen Age, actes du colloque de La Rochelle, Paris, CTHS, 2008, pp. 89-105].
[44] – « Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, XVIe-XVIIIe siècles). Conclusions », dans Albrecht Burkardt, dir., Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, pp. 497-503.
[45] – « Le voyage en Italie comme pratique éclairée au XVIIIe siècle : un chapitre de l’histoire intellectuelle », dans La Revue Française (publiée par l’université du Natal à Pietermaritzburg, Afrique du sud), numéro spécial électronique consacré à La culture des voyageurs à l’âge classique. Regards, savoirs & discours, sous la dir. de Dominique Lanni, sans date [2007]. http://revuefrancaise.free.fr/Bertrand.htm
[46] – « Le destin des rituels », introduction à Gilles Bertrand et Ilaria Taddei, dir., Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie, France, Allemagne, Rome, Ecole française de Rome, 2008, pp. 11-16.
[47] – « Le guide di viaggio francesi del ‘700 e la costruzione del paesaggio », dans Andreina Fasano, dir., Magici paesaggi. Immagini di Frascati e dintorni nei libri e nei dipinti dei viaggiatori fra Sette e Ottocento (actes du colloque de l’Univ. de Roma La Sapienza, Frascati, 14-15 mai 2004), « Quaderni delle Scuderie Aldobrandini », 5, Roma, Campisano editore, 2008, pp. 31-38.
[48] – « Des pratiques de l’Académie de France à Rome dans la seconde moitié du XVIIIe siècle aux instructions de P.-H. de Valenciennes (1800) : l’institution du voyage de l’artiste comme réponse à ‘l’appel’ de l’Italie », dans Sandra Costa, Laure Fagnart, Christine Poullain, dir., L’appel de l’Italie. Les échanges artistiques en Europe à l’époque moderne : les Français et les Flamands en Italie (actes du colloque de Grenoble, 6-8 déc. 2006), Grenoble, Cahiers du Crhipa n° 14, 2009, pp. 155-181.
[49] – « Un passeur entre l’Italie et la France. Auguste Boullier notable et bibliophile de la Loire (1832-1898) », dans Anne Lemonde, Laurence Rivière, Ilaria Taddei, dir., Entre France et Italie. Mélanges offerts à Pierrette Paravy, Grenoble, PUG, 2009, pp. 207-213.
[50] – « Ecritures diplomatiques piémontaises : la correspondance du marquis de Breglio avec le roi de Sardaigne entre 1720 et 1732 », dans Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon, dir., La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie XIVe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2009, pp. 153-175.
[51] – « Préface », dans Anne Dulphy, Yves Léonard et Marie-Anne Matard-Bonucci, dir., Intellectuels, artistes et militants. Le voyage comme expérience de l’étranger, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, coll. « Comparatisme et Société», 2009, pp. 9-12.
[52] – « Piacenza e il viaggio in Italia : itinerari di francesi e di piacentini all’epoca dei lumi », dans Giuseppe Cattanei, dir., Il Collegio Alberoni nella Piacenza tra Ancien Régime e Restaurazione, Piacenza, Tip.Le.Co, 2009, pp. 203-234.
[53] – « Les voyageurs français face aux dimensions religieuses de l’Italie entre l’âge des Lumières et l’époque romantique : les ambiguïtés du « moment révolutionnaire », dans Frédéric Meyer, Sylvain Milbach, dir., Les échanges religieux entre l’Italie et la France, 1760-1850. Regards croisés / Scambi religiosi tra Francia e Italia, 1760-1850. Sguardi incrociati (actes du colloque de Chambéry, 11-12 mai 2007), Chambéry, Université de Savoie, Laboratoire LLS, 2010, pp. 93-115.
[54] – « L’Italie, le triennio révolutionnaire (1796-1799) et les fondements de l’idée de nation », dans Olivier Forlin, dir., L’idée nationale en Italie, du processus d’unification aux déchirements de la guerre civile (fin XVIIIe-début XXIe siècle), Paris, L’Harmattan, 2010, pp. 43-83.
[54 bis] – « La Toscana fuori dalla Toscana », version italienne de l’article déjà paru dans le volume sur la Toscane, 2010, voir supra [30]
[55] – « Campo », « capitale », « casino », « piazza », dans Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin, dir., L’aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010, pp. 185-188, 205-209, 240-246, 915-920 [traduit dans une édition italienne à paraître chez l’éditeur Viella à Rome].
[56] – « La question des Lumières et de la Révolution française dans l’Italie du XXe siècle » (en collaboration avec Enzo Neppi), dans Gilles Bertrand et Enzo Neppi, dir., I lumi e la Rivoluzione francese nel dibattito italiano del Novecento, Florence, Olschki, 2010, pp. 13-24.
[57] – « Grand Tour (tourisme, touriste) », dans Olivier Christin, dir., Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, pp. 171-187.
[58] – « Voyager dans l’Europe des années 1680-1780 », dans Pierre-Yves Beaurepaire, Pierrick Pourchasse, dir., Les circulations internationales en Europe de 1680 à 1780, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, pp. 237-247.
[59] – « Introduction » (en collaboration avec A. Guyot), dans Gilles Bertrand et Alain Guyot, dir., Des « passeurs » entre science, histoire et littérature. Contribution à l’étude de la construction des savoirs (1750-1840), Grenoble, ELLUG, 2011, pp. 7-32.
[60] – « Voyage en Italie et expérience de la mémoire. Les Français face aux découvertes archéologiques, 1750-1815 », dans Sarga Moussa, Sylvain Venayre, dir., Le voyage et la mémoire au XIXe siècle, Paris, Creaphis, coll. Silex, 2011, pp. 95-117.
[61] – « Entre affichage de la fraternité et visions inégalitaires : peuples frères, sauvages et dégénérés dans le discours des voyageurs et polygraphes français sur l’Istrie et la Dalmatie, 1789-1815 », dans Pierre Serna, dir., Dire et faire l’Europe à la fin du XVIIIe siècle, numéro thématique de La Révolution française/Cahiers de l’IHRF, n° 4, juin 2011 [en ligne]: http://lrf.revues.org/index274.html
[62] – « Il viaggio come utopia nell’Europa moderna : il caso dell’Italia tra il XVI e il XIX secolo », dans Achille Olivieri, Massimo Rinaldi, a cura di, L’Utopia di Cuccagna tra ‘500 e 700. Il caso della Fratta nel Polesine, Rovigo, Minelliana Editrice, 2011, pp. 53-68.
[63] – « Vibrations italiennes à l’époque moderne », dans Olivier Cogne, Jean Guibal, Joseph Argento, dir., Un air d’Italie. La présence italienne en Isère, catalogue d’exposition, Grenoble, Musée Dauphinois, 2011, pp. 62-69.
[64] – « L’Istrie et la Dalmatie, terre de frontière pour l’invention de l’archéologie à l’époque du consulat ? », dans Manuel Royo, Martine Denoyelle, Emmanuelle Hindy-Champion, David Louyot, dir., Du voyage savant aux territoires de l’archéologie. Voyageurs, amateurs et savants à l’origine de l’archéologie moderne, Paris, De Boccard, coll. « De l’archéologie à l’histoire », 2011, pp. 217-244.
[65] – « Berlioz et l’Italie des voyageurs », dans Chantal Spillemaecker et Antoine Troncy, dir., Hector Berlioz en Italie. Voyage musical, catalogue de l’exposition au Musée Hector-Berlioz de La Côte Saint-André, Lyon, Edition Libel, 2012, pp. 16-29.
[66] – «Autour de Millin : les voyageurs français en Italie, de la Révolution à l’Empire », dans Anna Maria D’Achille, Antonio Iacobini, Monica Preti Hamard, Marina Righetti, Gennaro Toscano, dir., Voyages et conscience patrimoniale. Aubin-Louis Millin (1759-1818) entre France et Italie, Rome, Campisano Editore/Institut national du patrimoine/Sapienza Università di Roma/Bibliothèque nationale de France, 2012, pp. 47-58.
[67] – « De la curiosité pour les automates dans l’Europe des Lumières. Machines et mécanismes en Italie au prisme du regard des étrangers, 1680-1820 », en collaboration avec Gilles Montègre, dans Aurélia Gaillard, Jean.-Yves Goffi, Bernard Roukhomovsky, Sophie Roux, dir., L’automate : modèle, métaphore, machine, merveille, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012, pp. 429-457.
[68] – « La diversità dei viaggi francesi nella penisola (1789-1815) », « Introduzione » de la Sezione IX « Città » (en collab. avc J.-F. Chauvard, A. Cogné et G. Montègre) et « L’Italia come spazio sperimentale per i Francesi », cartes et commentaires, dans M.P. Donato, D. Armando, M. Cattaneo, J.-F. Chauvard, dir., Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica, Rome, Ecole française de Rome, 2013, p. 50-51, 311-319, 320-321.
[69] – « Voyage des anciens, voyages des modernes : qu’est-ce qu’un voyage républicain ? », dans Gilles Bertrand, Pierre Serna, dir., La République en voyage, 1770-1830, Rennes, PUR, 2013, pp. 11-35.
[70] – « Mainssieux et l’Italie : aux sources de la lumière dans le contact avec une tradition classique », dans Emmanuelle Macaigne, Gilles Bertrand, Un artiste en Italie. Voyages de Lucien Mainssieux, 1910-1926, catalogue de l’exposition au Musée Mainssieux de Voiron, 1er mars-31 décembre 2014, Lyon, Editions Libel, 2014, p. 12-26.
[71] – « La place Navone comme microcosme de la passion pour Rome dans le regard des voyageurs français, début XVIIe-milieu XIXe siècle », dans Jean-François Bernard, dir., « Piazza Navona, ou Place Navone, la plus belle & la plus grande ». Du stade de Domitien à la place moderne : histoire d’une évolution urbaine, Rome, Ecole française de Rome, 2014, p. 757-782.
[72] – « Le modèle de Versailles à l’épreuve du voyage éclairé (1751-1780) », dans Caroline zum Kolk, Jean Boutier, Bernd Klesmann, François Moureau, dir., Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789. Regards croisés, Rennes, PUR, coll. « Aulica. L’univers de la cour », 2014, p. 189-203.
[73] – « La place du voyage dans les sociétés européennes (XVIe-XVIIIe siècle) : une vue d’ensemble », dans Didier Boisson, dir., Heurs et malheurs des voyages (XVI e-XVIIIe siècle), numéro spécial des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 121, n° 3/2014, p. 7-26. http://abpo.revues.org/2834
[74] – « Y a-t-il encore eu un carnaval de Venise au XXe siècle ? », dans Marco Fincardi, Xavier Tabet, dir., Venise XXe siècle, numéro de la revue Laboratoire italien, ENS Editions, 15-2014,p. 179-187.

Articles et contributions en cours de publication, remis aux éditeurs

(la numérotation tient compte ici des deux rubriques précédentes cumulées)
[92] – « De ‘l’utilité’ à la ‘nécessité’ : les raisons du voyage en Italie dans le dernier tiers du XVIIIe siècle », à paraître dans D. Poulot, dir., Mélanges en l’honneur de Gérard Labrot, Naples, Istituto per gli studi filosofici.
[93] – Entrées « Grand Tour » et « Côte d’Azur », à paraître dans Daniel Roche et al., dir., Dictionnaire historique de la civilisation européenne, Paris, Fayard.
[93 bis] – Traduction de la partie italienne de L’Aventure des mots de la ville, à paraître à Rome, Viella, voir supra [55].
[94] – « Voyages et voyageurs. Récits littéraires et scientifiques », à paraître dans Dionigi Albera, Maryline Crivello, Thierry Fabre, Mohamed Tozy, dir., Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Actes sud.
[95] – « Aux origines d’un voyage républicain ? Administrateurs, inspecteurs et autres envoyés français en Italie pendant la période napoléonienne, 1796-1814 », à paraître dans Elena Brambilla, dir., Echanges et rencontres aux temps de rupture, Actes de la journée d’étude de Milan 18 mai 2010.
[96] – « Lyon dans le voyage d’Italie : tradition consolidée ou expérience mouvante (XVIIIedébut XIXe siècle) ? », à paraître dans Isabelle Baudino, dir., Les voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle. Regards sur une ville en mutation, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes ».
[97] – « Le voyage et la représentation de l’espace méditerranéen à l’époque du Grand Tour », à paraître dans Patrick Boucheron, dir., Catalogue du MuCEM Galerie de la Méditerranée / Audelà du monde connu, Marseille, MuCEM.
[98] – « Le voyage au service de la technique : les missions d’ingénieurs des Ponts et chaussées français en Italie à l’époque de Napoléon », à paraître dans Rossella Baldi, dir., Penser la technique au XVIIIe siècle, actes de la journée d’études de Neuchâtel, 30 mars 2012.
[99] – « Entre nostalgie encyclopédique et désir d’Italie : la bibliothèque privée de François- Marie de Vaulserre (1773-1849) », en collaboration avec Béatrice Kalfoun, à paraître dans Gilles Bertrand, Anne Cayuela, Christian Del Vento, Raphaële Mouren, dir., Bibliothèques et lecteurs dans l’Europe moderne (XVIIe-XVIIIe siècle), Genève, Droz.
[100] – « L’expérience mouvante du voyage d’Italie à l’époque de Montfaucon, entre érudition et rencontre des hommes et des lieux (années 1670-années 1740) », à paraître dans Véronique Krings, dir., ‘L’Antiquité expliquée et représentée en figures’ (1719-1724) de dom Bernard de Montfaucon : genèse et réception, Bordeaux, Ausonius Editions.
[101] – « La dimension scientifique du Grand Tour : le cas italien », à paraître dans Anthony Turner, dir., Les Sciences à l’âge des Lumières, Paris, Editions de l’Amandier, coll. « La bibliothèque fantôme ».

Vulgarisation scientifique, chapitres de manuels et réflexion sur la pédagogie de l’histoire et de la civilisation

[1] – « Une nouvelle façon de discourir sur l’histoire de France », dans Vers un niveau III, numéro spécial du Français dans le monde/Recherches et Applications, Paris, Hachette, mars 1987, pp. 91-103.
[2] – « Cambia la Francia e non è più la stessa storia: fare storia nella scuola superiore, dai programmi ai manuali », dans I Viaggi di Erodoto, Milan, Ed. Scol. Bruno Mondadori, n° 3, décembre 1987, pp. 136-147.
[3] – « Insegnare storia in Francia », dans Insegnare, mensuel du Centre d’Initiative Démocratique des Enseignants (C.I.DI.), Florence, La Nuova Italia, janvier 1988, n° 1, pp. 7-15.
[4] – « Rivoluzione e manuali in Francia », dans I Viaggi di Erodoto, Milan, Ed. Scolastiche Bruno Mondadori, n° 9, décembre 1989, pp. 156-165.
[5] – « De la lecture à l’analyse de texte dans une perspective interculturelle. L’exemple du Tour de la France et de Cuore », dans Le lingue del mondo (actes du congrès de Montegrotto Terme), Padoue, Valmartina, anno LV, n° 3/4, Nuova serie, mai-août 1990, pp. 207-212.
[6] – « L’enseignement de la civilisation dans sa dimension interdisciplinaire : de l’immigration au mythe chouan », dans Lingua e nuova didattica, Milan, Ed. Scol. Bruno Mondadori, anno XX, n° 1, avril 1991, pp. 6-23.
[7] – « L’enseignement de la civilisation est-il encore possible? », dans Les Echos, n° spécial Culture, civilisation, société. Pour une nouvelle conception des études françaises (actes du congrès de Paris), Paris, C.I.E.P., n° 63, décembre 1991, pp. 16-22.
[8] – « La storia come luogo di comprensione tra le culture », dans C. Lavinio, Lingua e cultura nell’insegnamento linguistico (actes du congrès d’Urbino), Florence, La Nuova Italia, 1992, pp. 169-189.
[9] – « Histoires croisées et patrimoines communs », dans Ouvr. coll., Echanges et enseignement des cultures dans la pédagogie du français (actes du congrès de Giardini Naxos), Bologne, Ed. Analisi, 1993, pp. 73-84.
[10] – « Dal viaggio in Italia al ‘lavoro’ sul territorio. Lo sguardo dei viaggiatori francesi del primo ‘800 sull’Italia del Nord », dans La scuola di domani (actes du congrès de Desenzano del Garda), Salerne, Centre J. Monnet, août-septembre 1993, pp. 48-52 et 85-93.
[11] – « Civilisation et littérature. L’enseignement de la civilisation face au défi de la représentation », dans Lingua e nuova didattica, Milan, Ed. Marietti Scuola, septembre 1993, anno XXII, pp. 51-59.
[12] – « L’expérience franco-italienne des classes du patrimoine », dans Le Français dans le monde, Paris, Hachette, n° 262, janvier 1994, pp. 62-65.
[13] – « La frontière dans tous ses états. Pédagogie des échanges et évolution de la notion de frontière », dans Pour une pédagogie des échanges, numéro spécial du Français dans le monde/Recherches et Applications, Paris, Hachette, février-mars 1994, pp. 106-111.
[14] – « Les enjeux historiques du débat sur la civilisation. L’exemple de la frontière », dans Sciences sociales et civilisation, numéro spécial des Echos, Paris, C.I.E.P., n° 78-79, hiverprintemps 1996, pp. 98-101.
[15] – « Perspectives historiques et interculturelles dans l’enseignement de la civilisation. L’exemple de la frontière », dans Grenzgänge. Beiträge zu einer modernen Romanistik, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 5. Jahrgang 1998, Heft 9, pp. 105-112 (version légèrement remaniée de l’article paru dans les Echos en 1996).
[16] – « La Révolution et l’Italie au temps de Foscolo : esquisse chronologique » et « Bibliographie sur Foscolo et l’Italie au temps de la Révolution française », en collaboration avec Enzo Neppi, dans Enzo Neppi, dir., Ugo Foscolo. L’Italie et la Révolution française (actes de la journée d’études du 27 mars 2002), Grenoble-Vizille, PUG-Musée de la Révolution française, 2004, pp. 11-36 et 154-185.
[17] – « L’expérience révolutionnaire italienne, entre rêve unitaire, républiques soeurs et insurrections anti-françaises (1789-1802) », dans Anne Jollet, dir., Révoltes et révolutions en Europe (Russie incluse) et aux Amériques de 1773 à 1802, en dissertations corrigées, Paris, Ellipses, 2005, pp. 190-210.
[18] – « La situation sociale, politique et religieuse de la Lombardie à l’époque de Giacomo Francesco Cipper, dit Il Todeschini, entre 1660 et 1740 », dans catalogue de l’exposition Autour de Giacomo Francesco Cipper. Gens d’Italie aux XVIIe et XVIIIe siècles (exposition aux musées des Beaux-Arts de Chambéry, Le Havre et Reims, mars 2005-janvier 2006), Lyon, Fage Editions, 2005, pp. 10-17.
[19] – « L’eau dans la recherche des historiens : réalité incontournable et ressource pour l’imagination », dans Visions croisées, n° 2, Grenoble, CIES (Centre d’Initiation à l’Enseignement Supérieur), printemps 2008, pp. 4-5.
[20] – « Charles de Brosses. Dijon, 7 février 1709-Paris, 7 mai 1777 », dans Célébrations nationales. 2009, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des Archives, de France, Délégation aux célébrations nationales, 2008, pp. 88-90.
[21] – « Presentazione », dans Alessandro Crosetti et Michele Rosboch, dir., Le dinamiche del cambiamento. Cultura, cittadinanza, economia nelle regioni alpine occidentali tra età moderna e globalizzazione, actes du colloque d’Alba organisé par le CSAAO en collaboration avec le CRHIPA, Université de Turin), Turin, Libreria Stampatori, 2009, pp. 5-7.
[22] – « L’Université franco-italienne, une opportunité pour les doctorants en histoire », dans Giuliano Ferretti, dir., Un bilan d’avenir. Programme Vinci 2001-2008 (actes du séminaire sur la coopération franco-italienne, Grenoble, 4-5 juillet 2008), Grenoble, Université franco-italienne, 2009, pp. 323-332.
[23] – « L’Italie et la France : un cas d’école », avant-propos et présentation du volume dirigé par Gilles Bertrand, Voyage et représentations réciproques (XVIe-XIXe siècle). Méthode, bilans et perspectives, Grenoble, Les Cahiers du CRHIPA, n° 15, 2009, pp. 7-11.
[24] – « Les artistes et le Grand Tour », Textes et Documents pour la Classe, n° 1035, L’art et le voyage, Poitiers, Centre National de Documentation pédagogique, mai 2012, pp. 20-21.
[25] – « Le Grand Tour, l’art et les artistes en Italie au XVIIIe siècle », dans Arts, espace, temps. Histoire des arts. Actes de l’université de printemps d’histoire des arts 2012, Paris, Centre National de la Documentation Pédagogique-INHA, 2013, p. 31-36.

En cours de publication

[26] – « L’histoire comme théâtre. Historiographie et dramaturgie de la Terreur », contribution au numéro spécial de la revue Etudes théâtrales dirigé par Martial Poirson sur La Terreur révolutionnaire sur les planches aujourd’hui : réécriture, actualisation, pratique scénique, à paraître.

Compte rendus d’ouvrages
[01] – Yves Hersant, Italies. Anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles (Paris, Robert Laffont, 1988), dans Studi di letteratura francese, Florence, Olschki, 1989, pp. 264-266.
[02] – Claudie Bernard, Le Chouan romanesque (Paris, PUF, 1989), dans Studi di letteratura francese, Florence, Olschki, 1992, pp. 504-507, ainsi que (sous une forme plus brève) Le Français dans le monde, Paris, Hachette, n° 246, janvier 1992, p. 74.
[03] – Alberto Capatti, Le Goût du nouveau (Paris, A. Michel, 1989), dans Le Français dans le monde, Paris, Hachette, n° 246, janvier 1992, pp. 74-75.
[04] – Paolo Preto, I servizi segreti di Venezia (Milan, il Saggiatore, 1994), dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 45-1, janvier-mars 1998, pp. 297-299.
[05] – Letterio Augliera, Libri, politica, religione nel Levante del Seicento. La tipografia di Nicodemo Metaxas, primo editore di testi greci nell’oriente ortodosso (Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 1996), dans Revue Historique, n° 608, oct.-déc. 1998, pp. 941-943.
[06] – Michele Gottardi, L’Austria a Venezia. Società e istituzioni nella prima dominazione austriaca, 1798-1806 (Milan, Franco Angeli, 1993), dans Revue Historique, n° 608, oct.-déc. 1998, pp. 943-945.
[07] – Paola Tessitori, « Basta che finissa ‘sti cani » ! Democrazia e polizia nella Venezia del 1797 (Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 1997), dans Revue Historique, n° 608, oct.-déc. 1998, pp. 945-947.
[08] – Catherine Larrère, Catherine Volpilhac-Auger, dir., 1748, l’année de ‘L’Esprit des Lois’, Paris, Champion, 1999, dans Revue Montesquieu (Société Montesquieu, UMR LIRE n° 5611, Univ. Stendhal-Grenoble 3), n° 4, 2000, pp. 186-193.
[09] – Marc Boyer, L’Invention de la Côte d’Azur. L’hiver dans le Midi, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 2001, dans La Pierre et l’écrit, Grenoble, PUG, 2002, pp. 366-368.
[10] – Claude Reichler, La découverte des Alpes et la question du paysage, Genève, Georg Editeur, coll. « Le voyage dans les Alpes », 2002, dans Bulletin de la Société suisse pour l’Etude du XVIIIe siècle (n° 23, décembre 2003) et Annales Benjamin Constant (Genève, Slatkine, 2003, n° 27, pp. 226-231).
[11] – Carlo Capra, I progressi della ragione. Vita di Pietro Verri, Bologne, il Mulino, 2002, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 59e année, n° 4, juillet-août 2004, pp. 882-884.
[12] – Jacques Misan-Montefiore, L’eau, le rêve et le temps. Venise vue par les voyageurs français de 1850 à 1920 (Moncalieri (Turin), CIRVI, Biblioteca del viaggio n° 65, 2003), dans Rivista di letterature moderne e comparate (Florence), vol. LVIII, fasc. 4, 2005, pp. 473-477.
[13] – Sophie Descat, Le Voyage d’Italie de Pierre-Louis Moreau : Journal intime d’un architecte des Lumières (1754-1757), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2004, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 57-4, octobre-décembre 2010, pp. 245-248.
[14] – Yasmine Marcil, La fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, Champion, 2006, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 58-2, avril-juin 2011, pp. 187-189.
[15] – Véronique Meyer et Marie-Luce Pujalte-Fraysse, dir., Voyage d’artistes en Italie du Nord, XVIe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010, dans Revue de l’art, n° 176, 2012/2, pp. 80-81.
[16] – Réal Ouellet, La relation de voyage en Amérique (XVIe-XVIIIe siècle). Au carrefour des genres, Québec, Les Presses de l’Université Laval/Editions du CIERL, 2010, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 60-1, janvier-mars 2013, pp. 188-189.
[17] – Eric Schnakenbourg, dir., Figures du Nord. Scandinavie, Groenland et Sibérie. Perceptions et représentations des espaces septentrionaux du Moyen Age au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 60-1, janvier-mars 2013, pp. 189-191.
[18] – John Ruskin, Ecrits sur les Alpes, Paris, PUPS, 2013, note de lecture parue dans Fabula le 3 mars 2014 <http://www.fabula.org/actualites/john-ruskin-ecrits-sur-les-alpes-textes-reuniset- commentes-par-emma-sdegno-et-claude-reichler_55193.php>.
[19] – Fabio Di Giannatale, dir., Escludere per governare. L’esilio politico fra Medioevo e Risorgimento, Florence, Le Monnier Università, 2011, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 60/4-4 bis, oct.-déc. 2013.
[20] – Alain Guyot, Analogie et récit de voyage. Voir, mesurer, interpréter le monde, Paris, Classiques Garnier, 2012, dans Viatica, revue en ligne du CRLV, n° 1, mai 2014.
http://viatica.univ-bpclermont.fr/le-corps-du-voyageur/comptes-rendus/alain-guyot-analogie-etrécit-
de-voyage-voir-mesurer-interpréter
[21] – Luigi Mascilli Migliorini, Au coeur de l’Italie. Voir la Toscane, de Montesquieu à Berenson, Paris, Editions Rue d’Ulm, 2014, recension parue sous le titre « La Toscane ou l’« Italie de l’Italie » », La Vie des idées, 24 octobre 2014. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-Toscane-ou-l-Italie-de-l-Italie.html ; une version longue est à paraître dans les Cahiers de la Méditerranée.

Etudes diverses et textes sur l’art

[1] – « Saint-Nazaire en 1936 », mémoire de maîtrise soutenu à l’Université de Paris IV Sorbonne en 1977 sous la dir. de P. Léon puis F. Caron (un résumé en a été donné dans C. Paillat, Dossiers secrets de la France contemporaine, t. 3, La guerre à l’horizon, 1930-1938, Paris, R. Laffont, 1981, pp. 444-448).
[2] – « L’Italie du Sud et les écrivains français depuis 1950 », dans actes du forum de l’Institut français de Naples, Les Echanges artistiques et culturels entre la France et l’Italie méridionale, mai 1986, 6 p.
[3] – « L’image fixe et son texte : intérêt de l’analyse sémiologique », dans brochure Comprendre pour produire, travaux du stage des lecteurs des Universités de Bari, Lecce et Potenza, février 1987, pp. 18-44.
[4] – « Ariel Soulé », texte pour une exposition, Les Sables d’Olonne, Galerie Deseret, 1985.
[5] – « Des livres sans paroles, ou presque », dans Lectures, n° 17, 1986, pp. 221-223.
[6] – « Un petit bout d’homme perdu dans les solitudes du cosmos », dans catalogue de l’exposition de dix peintres interprètes du Petit Prince de Saint-Exupéry, Bari, Artoteca-Alliance, 1987, pp. 13-18.
[7] – « Quando gli alberi stanno per morire », dans catalogue Arbres (sur les arbres de Prévert et du peintre apulien Paolo de Santoli), Bari, Artoteca-Alliance, 1988, 4 p.
[8] – « Les masques ont-ils une histoire ? », dans le catalogue de l’exposition Masques à démasquer, Genève, Musée Barbier-Mueller, 2012 (outre quatre notices sur des masques suisses, italiens et mexicains).

Organisation de colloques et journées d’études

Animateur successivement de l’équipe de recherche « Pouvoirs, sociabilité, représentations,voyages. Europe, XVe-XXe siècle », puis de l’axe “Interactions et circulation des savoirs : l’Italie au coeur de l’Europe” au sein du CRHIPA de l’Université Pierre Mendès France.
Organisation ou co-organisation en première ligne de colloques internationaux (depuis 2003)
– « Faire corps dans la ville. Autour du religieux », Grenoble, MSH Alpes, 13-14 novembre 2003, organisé par le CRHIPA en collaboration avec le CERAT (UMR PACTE) de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble.
– « Faire corps. Le destin des rituels dans l’espace urbain, XIIIe-XXIe siècle », Rome, Piazza Navona, 20-22 janvier 2005, organisé par le CRHIPA en collaboration avec l’Ecole française de Rome et les Universités de Rome La Sapienza et Roma III (CROMA).
– « Les Lumières et la Révolution française dans la pensée italienne au XXe siècle. Histoire, littérature, philosophie », Vizille, Musée de la Révolution française, 27-28 septembre 2007, organisé par le CRHIPA et le GERCI (italianistes de l’Université Stendhal).
– « Pour une histoire des concepts : le laboratoire de la fraternité et ses vecteurs dans l’Europe des révolutions », Vizille, Musée de la Révolution française, 5-7 novembre 2009, organisé par le CRHIPA et l’ANR fraternité en collaboration avec l’Ecole française de Rome et l’Institut d’Histoire de la Révolution française dans le cadre des Rencontres internationales sur l’histoire de la Révolution française et sa postérité.
– « Bibliothèques, livres et lectures au XVIIIe siècle », Grenoble, MSH Alpes, 15-16 décembre 2011, organisé par le CRHIPA et le GERCI (italianistes de l’Université Stendhal).
– « Bibliothèque et lecteurs en Europe au XVIIe siècle. Possession, usages et circulation du livre », Grenoble, 26-27 mars 2013, colloque organisé par le GERCI, l’ILLCEA, le CRHIPA et l’ENSSIB de Lyon.
– « La république en voyage, 1770-1830″, Vizille, 22-24 septembre 2010, colloque organisé par l’Institut d’Histoire de la Révolution Française de l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, le CRHIPA et le Musée de la Révolution française.
– en préparation: « Collectionner la Révolution française », Grenoble et Vizille, 23-25 septembre 2015, colloque organisé par la Société des études robespierristes, l’Institut d’Histoire de la Révolution française de l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, le CRHIPA, l’UMR Lire 5611 et le Musée de la Révolution française.
Co-organisation de colloques internationaux (depuis 2004)
– « Commerce, voyage et expérience religieuse à l’époque moderne (XVe-XVIIIe siècles) », Lyon, 25-27 mars 2004, colloque organisé par le RESEA-UMR LARHRA (ex-Centre Latreille et Institut d’histoire du Christianisme, Univ. de Lyon II et Lyon III) en collaboration avec l’ENS Lettres et Sciences Humaines de Lyon, le CRHIPA, l’UMR TELEMME (Aix-Marseille I) et l’Univ. de Paris X (comité scientifique : A. Bellavitis, G. Bertrand, A. Burkardt, G. Garner, W. Kayser, Y.Krumenacker).
– « Les juifs dans les Alpes / Gli Ebrei nelle Alpi (1938-1945). Exodes, persécutions, résistances / Esodi, persecuzioni, resistenze », Grenoble, 9-10 décembre 2004, colloque par l’Université Pierre Mendès France (CERAT-IEP [J.-W. Dereymez], CRHIPA), le Cercle Bernard Lazare et le Conseil représentatif des Institutions juives de France) dans le cadre du programme Interreg « Mémoire des Alpes. Les sentiers de la liberté (1939-1945) ».
– « Les dynamiques du changement. Culture, citoyenneté, économie dans les régions alpines occidentales entre époque moderne et globalisation », Alba (Piémont), 8-9 juin 2006, colloque CSAAO-CRHIPA organisé dans le cadre de la coopération entre l’Université de Turin et l’Université de Grenoble.
– « Le concept de fraternité politique en France et en Italie au XIXe siècle », Rome, 14-15 novembre 2008, colloque organisé par l’Ecole française de Rome en collaboration avec l’Institut Jean-Baptiste Say (Paris XII), le CRHIPA, l’ENS de la rue d’Ulm, la Giunta centrale per gli Studi Storici, l’Istituto italiano per la Storia Antica et l’Istituto Nazionale di Studi Romani.
Organisation de journées d’étude (depuis 2002)
Ces journées, montées depuis 1998, ont été organisées dans le cadre des activités du CRHIPA et de l’école doctorale, souvent en collaboration avec un autre centre de recherche et quasiment toujours avec une participation internationale.
– « Foscolo et la Révolution en Italie », organisée par le GERCI (italianistes de l’Université Stendhal Grenoble III) en collaboration avec le CRHIPA, le Musée de la Révolution à Vizille et l’Institut Culturel Italien de Grenoble, Grenoble, 27 mars 2002 (actes publiés en 2004 aux PUG).
– « Faire corps 1″, journée d’étude organisée dans le cadre du programme « Faire corps. Rituels publics et espace urbain », CRHIPA en collaboration avec le CERAT (IEP Grenoble) (Grenoble, 25 octobre 2002).
– « Voyage et représentations réciproques », journées d’études doctorales franco-italiennes organisées par le CRHIPA avec le soutien du Programme VINCI de l’Université franco-italienne (réseau doctoral associant les Universités d’Angers, Grenoble II, Bari, Bologne, Florence, Naples, Sienne et Turin), Grenoble, 5-6 décembre 2002.
– « Faire corps 2. Corps, groupes, métiers et professions », journée d’étude organisée dans le cadre du programme « Faire corps. Rituels publics et espace urbain » par le CRHIPA en collaboration avec le CERAT (IEP Grenoble), Grenoble, 31 janvier 2003.
– « Faire corps 3. Le politique : construire le corps symbolique », journée d’étude organisée dans le cadre du programme « Faire corps. Rituels publics et espace urbain » par le CRHIPA en collaboration avec le CERAT (IEP Grenoble), Grenoble, 28 mars 2003.
– « La Résistance italienne : une guerre civile ? Rencontre avec Claudio Pavone », journée d’étude avec et autour de l’historien italien, organisée par le CRHIPA et le GERCI, Grenoble, 15 mars 2006.
– « Histoire, littérature, vérité », séminaire commun historiens (CRHIPA) et italianistes (GERCI), UFR Sciences humaines, Grenoble, 25 janvier 2007.
– « Garibaldi. L’eroe della nazione », journée d’étude organisée par le CRHIPA en collaboration avec le GERCI et l’Institut Culturel Italien, Grenoble, Institut Culturel Italien, 22 mars 2007.
– « Journée du jeune chercheur : historiens et italianistes », organisée par le CRHIPA et le GERCI, Grenoble, 3 mai 2007.
– « La construction des savoirs au tournant des Lumières. Figures de “passeurs” entre science, histoire et littérature », journée d’étude organisée par Traverses 19-21 (A. Guyot) et le CRHIPA (G. Bertrand) avec le soutien du cluster 14 de la Région Rhône-Alpes, Grenoble, 22-23 novembre 2007.
– « Penser l’(es) opinion(s) à l’époque moderne », journée d’étude organisée par le CRHIPA (G.Bertrand et N. Ghermani), Grenoble, 20 mars 2008.
– « Femmes lectrices, femmes écrivains dans l’Italie de l’époque moderne », journée d’étude organisée par le CRHIPA et le GERCI en collaboration avec l’Institut Culturel Italien de Grenoble, Grenoble, 24 février 2009.
– « Les bibliothèques et le monde de l’édition face aux interactions culturelles internationales », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA (G. Bertrand et M.-A. Matard-Bonucci), Grenoble, 4 novembre 2010.
– « Les concepts nomades en sciences humaines », journée d’étude organisée par le CRHIPA, les Editions Métailié, l’Université de Neuchâtel et la Librairie Le Square (G. Bertrand, N. Ghermani), Grenoble, 25 novembre 2010.
– « Les dictionnaires biographiques: enjeux politiques, idéologiques et culturels », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA (G. Bertrand et M.-A. Matard-Bonucci), Grenoble, 9 décembre 2010.
– « L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés », colloque organisé dans le cadre de l’Ecole doctorale 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Grenoble, 20 janvier 2011.
– « Générations familiales, générations politiques », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA dans le cadre de l’ANR Fraternité (G. Bertrand et M.-A. Matard-Bonucci), Grenoble, 10 février 2011.
– « Administrer, contrôler et punir. Circulations policières et contrôle des étrangers dans les villes, XVIIIe-XXe siècle », séminaire doctoral et de master organisé par le CRHIPA dans le cadre du projet THEMA Minatec Idea’s Lab (G. Bertrand, M.-A. Matard-Bonucci), Grenoble, 24 nov. 2011.
– « Les capitales culturelles et la modernité », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA dans le cadre du cluster 13 (G. Bertrand et M.-A. Matard-Bonucci), Grenoble, 5 janvier 2012.
– « Images et regards réciproques, Orient/Occident, Russie/France », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA (interventions de B. Martel-Thoumian et E. Linkova), Grenoble, 17 octobre 2012.
– « La Russie et l’Occident. L’échange des modèles politiques, fin XVIIIe-début XXe siècle », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA et l’IUF (interventions de J. Grandhaye et E. Linkova), Grenoble, 17 octobre 2013.
– « Construire un atlas historique. Penser l’espace en mouvement et le représenter – autour de l’atlas historique de l’Italie révolutionnaire et napoléonienne », séminaire doctoral organisé par le CRHIPA et l’IUF (interventions de A.-L. Amilhat-Szary, D. Armando, R. Buclon, J.-F. Chauvard, F. D’Angelo, A. Lignereux, G. Montègre), Grenoble, 6 février 2014.
– « Emigration, exil politique et innovation en Europe, 1789-1840″, journée d’étude organisée par le CRHIPA, l’IUF et l’ARC5 de la Région Rhône-Alpes (interventions de K. Rance, V. Dal, A. Fauchon-Chardon, G. Acconcia, C. Chiancone, E. Linkova, W. Lemmens, S. Sarlin), Grenoble, 6 novembre 2014.
A ces journées s’est ajoutée l’organisation chaque année de séminaires avec des historiens chercheurs étrangers spécialistes du XVIIIe siècle invités à Grenoble. Ainsi Siep Stuurman (Université de Rotterdam [Pays-Bas]), Harald Heppner (Université de Graz [Autriche]), Gian Paolo Brizzi (Université de Bologne [Italie]), Gábor Sonkoly (EHESS Paris-Collegium Budapest [Hongrie]), Andrzej Nieuwazny (Université de Torun [Pologne]) et Antonio Stopani (Université de Turin [Italie]), 2009 Igor Kraszewski (Université de Poznan [Pologne]; 2010 Norbert Furrer (Université de Lausanne [Suisse]); 2011 Gregory Hanlon (Dalhouse University, Halifax [Canada]) ; 2012 et 2013 Elena Linkova (Université Russe de l’Amitié des Peuples, Moscou [Russie]). Du reste Elena Linkova a aussi été professeur invitée à l’Université de Grenoble en mai 2014.

AUTRES ACTIVITES SCIENTIFIQUES

Montage en propre de projets de recherche internationaux
Ces projets sont centrés sur les rapports avec l’Italie mais dans une optique d’ouverture internationale européenne.
Projets en cours de réalisation (2015)
* Coordination et pilotage d’un projet d’atlas culturel des villes italiennes s’appuyant sur une équipe de dix chercheurs français spécialistes de l’Italie, impulsé au sein du CRHIPA (« Voyage, territoire, savoirs. L’espace culturel des villes italiennes à l’époque moderne, de l’imaginaire au réel ») dans le cadre du cluster 13 de la région Rhône-Alpes Culture, patrimoine, création (axe « Patrimoine et territoire » piloté par Bernard Gauthiez, Lyon 3) et
poursuivi dans le cadre de l’ARC5. Le financement obtenu pour les années 2009 et 2010 a servi à lancer le projet qui maintenant se poursuit avec l’appui de l’Institut Universitaire de France.
* Co-pilotage du programme pré-sélectionné par l’ANR au printemps 2014 « L’exil politique : une ‘communauté inventive’, 1780-1880 » (Exilpol19) et reproposé en octobre 2014 « Exils et innovations au XIXe siècle. Parcours et expériences » (Exilinov19) associant l’IRHIS de Lille3-UMR 8529 (Sylvie Aprile), le CRHEC (Université de Paris Est Val de Marne, Catherine Brice), le CRHIPA (G. Bertrand) et l’Ecole française de Rome (François
Dumasy).
* Participation depuis 2012 au programme sur « Les voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe et début XIXe siècle » piloté par Isabelle Baudino (Département d’Etudes anglaises de l’ENS de Lyon Site René Descartes) et soutenu par l’ARC5 de la Région Rhône-Alpes 2012-2014 avec la collaboration du CRHIPA et du CEMRA de Grenoble (colloque sur « Les voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle : regards sur une ville en mutation », les 5-6
avril 2013 au Musée Gadagne de Lyon).
Projets réalisés antérieurement (depuis 2004)
* Co-pilotage du programme de l’ANR « La fraternité comme catégorie de l’engagement politique en Italie et en Europe (1820-1930) » associant le CRHEC (Université de Paris XII-Est Val de Marne, Catherine Brice, coordinatrice), le CRHIPA (G. Bertrand), l’ENS de la rue d’Ulm (Gilles Pécout) et l’Ecole française de Rome (Jean-François Chauvard) (janvier 2009-décembre 2012).
* Coordination et achèvement du programme collectif monté par le CRHIPA avec financement de l’Ecole française de Rome « Faire corps dans la ville » (automne 2002-hiver 2005 : 3 journées d’étude et 2 colloques internationaux), qui a permis de favoriser la collaboration entre historiens de diverses périodes de l’histoire (de l’Antiquité à nos jours), politistes, anthropologues et sociologues, en collaboration avec le CERAT (UMR PACTE, IEP Grenoble), l’Ecole française de Rome et l’Université de Roma La Sapienza. Un volume, Le Destin des rituels (Collection de l’Ecole française de Rome, 2008), rassemble les résultats de cette recherche.
* Co-pilotage en tant que directeur du CRHIPA du programme INTERREG « La mémoire des Alpes. Les sentiers de la liberté (1939-1945) » (octobre 2003-octobre 2006), monté en collaboration avec le CERAT (UMR PACTE, IEP de Grenoble, Jean-William Dereymez), le CIE de la Région Piémont, l’Istituto Piemontese per la Storia della Resistenza, le Musée Dauphinois et divers autres partenaires.
* Création et coordination du réseau doctoral activé en 2002 sous le titre « Voyage et représentations réciproques » avec le soutien du programme VINCI de l’Université franco-italienne. Ce dernier a associé les Universités de Grenoble, Angers, Turin, Bologne, Florence, Naples et Bari, ainsi que le Cabinet Vieusseux de Florence. Poursuite et amplification de ce programme Vinci avec ma participation à la mise en place d’un cursus commun franco-italien
dans le cadre d’un master international franco-italien (MIFI) « La France et l’Italie : formes, cultures et relations dans l’espace européen » (Univ. d’Aix-Marseille, Chambéry, Grenoble 2, Grenoble 3, Université d’Etat de Milan, Rome La Sapienza), soutenu par l’Université franco-italienne, élaboré et lancé par Giuliano Ferretti, qui en a été le premier responsable, dans le cadre des activités du CRHIPA avec le souci de renforcer la visibilité internationale du site de
Grenoble et de l’intégrer à une dynamique élargie.
Participation à des programmes de recherche internationaux
Programmes en cours de réalisation (2015)
* Membre de plusieurs comités scientifiques de colloques, dont les plus récents sont: Le voyage politique des écrivains et des cinéastes (1920-2010) (Lyon Passages XX-XXI et Grenoble Traverses 19-21, 8-9 mars 2012); Città mediterranee in trasformazione. Identità e immagine del paesaggio urbano tra Sette e Novecento (Centro di Ricerca sull’Iconografia della Città Europea-Università degli Studi di Napoli Federico II, Naples, 13-15 mars 2014); Carnaval
et politique : perspectives transnationales (Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, 13-14 février 2015; Viaggio e soggiorno nella prima metà dell’Ottocento in Italia (Università degli Studi di Napoli Federico II, Sorrento et Amalfi, mars 2016).
* Participation depuis 2003 au programme « Histoire et historiographie de l’Italie XIIe-XIXe siècle », piloté par l’EHESS-UMR Centre Norbert Elias (CNRS) de Marseille en collaboration avec l’Université d’Avignon et le CIRILLIS de l’Université de Bordeaux (premier volume paru en 2004, Une histoire politique de la Toscane. Pouvoir, territoire, ressources, XIVe-XIXe siècle ; second volume paru en 2009, La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècle ; troisième volume en préparation Histoire d’Italies, XIIe-XIXe siècle).
* Participation depuis 2006 au programme « VIATICALPES », piloté par l’Université de Lausanne (Claude Reichler, Daniela Vaj) et associant outre les Universités une série de bibliothèques suisses (Lausanne, Genève, Berne, Neuchâtel, Sion). Ce projet lancé en 2006 a beaucoup avancé en Suisse (site internet inauguré en 2009) et l’on en attend des perspectives de développement avec les bibliothèques françaises de la Région Rhône-Alpes (Grenoble,
Chambéry, Lyon) et italiennes de l’arc alpin (Turin, Milan).
Programmes achevés et réalisés antérieurement (depuis 2004)
* Participation en 2003-2006 à l’ACI (Action concertée incitative) « VIATICA », pilotée par l’Université de Paris IV-Sorbonne (Centre de Recherche sur la Littérature de Voyage) en collaboration avec l’Université de Lausanne et diverses bibliothèques françaises et étrangères : c’est dans ce cadre que s’est constitué le programme VIATICALPES prévoyant l’inventaire et l’indexation des images dans les livres de voyage sur les Alpes et l’Italie XVIe-XIXe siècle (voir supra montage de projets).
* Participation de 1996 à 2010 au programme CNRS-UNESCO « Les mots de la ville. Réseau italien », coordonné par M. Boiteux et B. Marin ; après ma contribution à un Cahier des mots de la ville Italie (2003) j’ai collaboré au Dictionnaire historique plurilingue L’Aventure des mots de la ville paru en 2010 chez Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

TRAVAIL D’EDITION
* Coordination en collaboration avec J. Ehrard de l’édition scientifique de Mes Voyages de Montesquieu paru aux Classiques Garnier en 2012 dans le cadre de l’édition des Oeuvres complètes de Montesquieu (Voltaire Foundation à Oxford puis Classiques Garnier/ENS de Lyon, sous la direction de Jean Ehrard, Pierre Rétat et Catherine Volpilhac-Auger, Société Montesquieu) ; cette édition a bénéficié à partir de 2003 d’un financement dans le cadre du
Contrat de Plan Etat-Région en Rhône-Alpes, volet « Corpus », programme « Fondements et diffusion de la pensée des Lumières ».
* Pilotage avec Marina Pieretti de l’édition du journal de voyage de la marquise Boccapaduli en Italie en 1794-1795, à paraître à Rome chez l’éditeur Viella dans la collection « La memoria restituita. Fonti per la storia delle donne ».

VULGARISATION ET DIFFUSION DE LA RECHERCHE
a) Participation à des émissions radiophoniques ou télévisées
* deux émissions sur le voyage en Italie à France-Culture en 1999;
* une émission d’une heure sur la découverte de la montagne au XVIIIe siècle à la radio de la Suisse romande en 2002;
* une interview sur les voyageurs en Italie et le Grand Tour dispatchée dans trois du Magazine de Radio Vatican à 21h à partir du vendredi 12 juin 2009;
* une série d’émissions sur les voyageurs du Grand Tour pour la Radio de la Suisse romande en août 2010 (avec le journaliste Lucas Thorens);
* une interview en direct sur les 150 ans de l’unité italienne au journal télévisé 12/13 de FR3 Alpes le mardi 22 mars 2011;
* une interview de 3/4 d’heure sur l’histoire des rituels civiques et du carnaval de Venise pour les radios locales Rhône-Alpes (avec Emmanuelle Faucilhon, Radio Mega, enregistrée 23 janvier 2013);
* quatre émissions sur l’histoire du carnaval de Venise en février-mars 2014, une sur France-Inter le 19 février 2014 (« La marche de l’histoire » de 13h30 à 14h, en direct avec Jean Lebrun), deux sur France-Culture le 22 février (« Concordance des temps » de 10 à 11h, avec Jean-Noël Jeanneney) et le 4 mars (« Culturesmonde », de 11h à 11h50, en direct avec Florian Delorme), une sur Radio Grésivaudan le 12 mars 2014 (« Paroles » de 18h à 18h30, avec Sylvain Rodinson).
* une émission sur le carnaval de Venise le 2 mars 2015 de 19h30 à 20h sur la chaîne de radio RCF-Isère (« La valeur de l’homme », avec Emmanuel Taïeb).
b) Présentation de travaux par des journalistes dans des émissions
* rubrique hebdomadaire « Amico Libro » sur I Lumi e la rivoluzione francese (sur la chaîne télévisée Tele Dehon, Andria BT, 29 novembre 2010)
* La Fabrique de l’Histoire sur le voyage militant au XXe siècle (France Culture, 31 décembre 2010).
c) Production de documents multimédias
* Préparation en 2010 d’un document multimedia de 12 mn sur les voyages pittoresques et la représentation de la montagne au tournant des Lumières, qui sera prochainement disponible sur le site internet de Viaticalpes (Université de Lausanne).
d) Salons, festivals, musées, expositions
* Interventions dans des salons du Livre ayant eu pour invité d’honneur l’Italie (Paris et Cognac, 23 mars et 22 novembre 2002), ainsi qu’au Festival de la correspondance de Grignan (2 juillet 2009).
* Conférences pour le grand public dans des musées, des instituts culturels et des associations en France, en Italie et en Suisse (une à deux par an, voir document joint sur les interventions).
* Rédaction d’articles dans des catalogues d’expositions s’adressant au grand public (voir liste de mes publications).
* Membre du conseil scientifique de l’exposition du Musée Dauphinois sur les présences italiennes en Isère (2011-2012).
* Co-organisation avec Anne-Marie Bianchi, Catherine Brun et Olivier Forlin de l’exposition « 150 ans de présences italiennes en Isère », CRHIPA, nov.-décembre 2011.
* Collaboration à la préparation de l’exposition Cassas et l’Italie au Musée des Beaux-Arts de Tours, prévue pour novembre 2015 (commissariat : Annie Gilet).
e) Expertise de textes qui m’ont été soumis en vue de leur publication
* expertise d’articles à la demande de revues (MEFRIM-Mélanges de l’Ecole Française de Rome Italie Méditerranée [Rome], Cahiers de la Méditerranée [Nice], Diasporas [Toulouse], La Révolution française [IHRF, Univ. de Paris 1 Panthéon-Sorbonne]);
* expertise d’ouvrages dans le cadre de comités éditoriaux (collection Terra di Confine aux Ed. Dell’Orso [Alessandria, Italie]);
* expertise de manuscrits d’ouvrages à la demande de l’ARALD en vue de l’attribution de financements par la Région Rhône-Alpes; à ce titre, j’ai expertisé 10 manuscrits d’ouvrages de 2006 à 2012.