Salle TD3 - Bâtiment ARSH, le 08/11/2018

Amélie DE LAS HERAS E.H.E.S.S.‑C.R.H., U.M.R. 8558 Dans l’étude des rapports entre Église et royauté ibériques au Moyen Âge central, la collaboration entre ces deux pouvoirs dans la guerre qu’ils mènent contre la présence musulmane est souvent privilégiée. L’analyse contextualisée d’un homéliaire, type de source rarement convoqué dans l’examen des relations entre les institutions royales et ecclésiastiques, montre que ces rapports se nouent aussi autour de la maîtrise des Écritures saintes dès la fin du XIIe siècle.  Nous examinerons ainsi le premier ensemble de sermons et de commentaires bibliques (la Veteris ac Novi Testamenti Concordia de Martin de León, m. 1203), avec un regard particulièrement attentif aux contextes culturels et institutionnels de rédaction de la source. Télécharger l’affiche

Organisation : Ilaria Taddei, LUHCIE

En savoir plus
Vignette Bible, Eglise et royautés

Salle J. Cartier - Domaine Universitaire, le 15/11/2018

Piotr Podemski, Université de Varsovie À la suite de l’écroulement de la dictature communiste en 1989 la plupart des Polonais crurent qu’ils allaient rejoindre la famille des nations démocratiques occidentales dont ils se sentaient naturellement partie prenante. Près de trente ans plus tard, des tensions avec l’Union européenne sont réapparues et de nombreux Européens sont étonnés par les différences culturelles, sociales et politiques entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest. C’est dans l’histoire de la Pologne au sein d’un plus large contexte européen qu’il faut aller chercher les racines profondes de l’identité occidentale auto-proclamée de la Pologne. Celle-ci se nourrit d’une forte foi catholique et de l’ancienne démocratie noble. A l’inverse le pays est souvent perçu à l’ouest comme un petit cousin de la Russie, économiquement retardé, rural et autoritaire. L’analyse de ces deux perspectives permettra d’ouvrir un passionnant débat à la fois sur la Pologne et sur les limites de l’européanité. Télécharger l’affiche  

Organisation : Gilles Bertrand, LUHCIE

En savoir plus
Vignette conférence La Pologne...

Grenoble, le 25/10/2018

Quand on pense à l’esclavage, des hommes comme des femmes, les images les plus fréquentes qui frappent nos esprits sont aujourd’hui encore celles de l’Antiquité classique, de l’esclavage en Amérique et du commerce transatlantique d’esclaves. Cette vision restreinte de l’esclavage déforme la portée historique du phénomène qui, loin d’être exceptionnel, est toujours présent dans la société. Il s’agit en outre d’un sujet hautement significatif pour étudier la construction de l’identité de genre et en particulier celle des femmes dans la longue durée. Télécharger l’affiche

En savoir plus
Vignette les esclaves en Italie

Amphithéâtre ARSH 1, le 29/03/2018

Comment une société s’adapte-t-elle aux changements de conjoncture économique ? Rome, à l’orée du XVe siècle, présente d’importantes recompositions sociales : la croissance économique, impulsée par le retour du pape et de la Curie pontificale, a créé de nouvelles opportunités. Elle a également accentué les phénomènes de mobilité sociale, qu’il s’agisse de l’ascension d’individus ou de groupes socio-professionnels dans leur ensemble. La croissance économique qui caractérise la Rome du Quattrocento se traduit par la production et l’accentuation des inégalités socio-économiques. Ces inégalités se manifestent aussi bien à l’échelle du corps urbain dans son ensemble qu’au sein de certains groupes sociaux ou socio-professionnels, comme la noblesse citadine romaine ou la catégorie des bouchers que l’on prendra en exemple : ces recompositions produisent un changement social d’ampleur, qui ne peut pas se résumer à une simple «circulation des élites». L’intensité des phénomènes de mobilité sociale mais aussi la compétition avec les milieux curiaux consacrent une très nette hétérogénéisation de la noblesse citadine romaine. Les révoltes comme celle de Stefano Porcari et le «discours de crise» que tiennent certains nobles traduisent une conscience aiguë de ces inégalités sociales, en décalage avec l’enrichissement objectif que leur a permis la croissance économique. Télécharger l’affiche

Organisation : Ilaria Taddei

En savoir plus
Rome au XVe siècle

Salle TD1, Bât. ARSH, le 30/03/2018

La nouvelle édition critique des Trois cents nouvelles de Franco Sacchetti (1332-1400), publiée en 2014, comporte des nouveautés substantielles, fondées sur une analyse approfondie de l’ensemble de la traduction textuelle et pas seulement des manuscrits que l’on doit au philologue Vincenzio Borghini (1515-1580) – comme cela a toujours été le cas jusqu’à présent. Ce nouveau texte tente également de donner une forme linguistiquement cohérente à cette œuvre, antérieure de deux siècles aux témoins manuscrits les plus anciens, grâce au manuscrit récemment retrouvé à Oxford (G), qui apparaît comme le plus proche des usages linguistiques présumés de l’auteur (d’après le manuscrit autographe qui contient ses œuvres mineures, le Laur. Ashburnham 574). La conférence portera sur les principales nouveautés du texte critique nouvellement établi, en s’arrêtant notamment sur son titre et sa langue ; on examinera également des passages du recueil soulevant des questions interprétatives spécifiques, particulièrement importants en vue de la première traduction française intégrale de l’œuvre, en préparation pour les éditions Classiques Garnier dans le cadre d’un projet du LabEx COMOD. Télécharger l’affiche

Organisation : Elena Pierazzo

En savoir plus
Conférence du 30 mars 2018

Salle B1 - Bât. ARSH, le 08/03/2018

Les villes médiévales italiennes et françaises (surtout celles du Sud) connaissent l’essor des Reformationes, une documentation exceptionnelle pour analyser l’organisation institutionnelle et la vie quotidienne des Communes. Cette conférence entend montrer les traits constitutifs et les potentialités des Reformationes. On illustrera cette typologie documentaire à partir de l’étude d’un cas précis : la reconstruction du système de l’enseignement élémentaire et universitaire de la ville de Viterbe au XVIe siècle. Il s’agira enfin de présenter le projet d’application des Humanités Numériques concernant cette documentation normative. Télécharger l’affiche

Organisation : Marta Materni, chercheuse associée au LUHCIE

En savoir plus
Vignette conférence Materni

Salle Jacques Cartier, Maison des langues, le 18/01/2018

Cette conférence entend développer le rapport fondamental entre théâtre, politique et société à Florence depuis la période communale jusqu’à l’avènement du principat médicéen. Il s’agira d’analyser le système théâtral complexe que les élites dirigeantes (guidées d’abord par la famille des Albizzi, puis par les Médicis) élaborèrent dans le but de légitimer leur pouvoir. De manière exemplaire, l’expérience florentine démontre le rôle du langage théâtral pour la construction de l’éducation politique et l’organisation de la société pré-moderne. Le cas florentin offre un modèle de comparaison fondamental pour étudier les systèmes de spectacles et leurs formes particulières de communication élaborées à la même époque dans d’autres cités italiennes et européennes. Télécharger l’affiche

Organisation : Estelle Doudet (LITT&ARTS) ET Ilaria TADDEI (LUHCIE)

En savoir plus
Théâtre, politique et société dans la Florence de la Renaissance