Le Consortium MUSICA2

Le Consortium MUSICA2 (Consortium en musicologie numérique), labellisé par la TGIR des Humanités Numériques, est adossé à la MSH Val de Loire (à Tours).

Consacré à la musicologie numérique, MUSICA2 a pour objectif de valoriser et d’accompagner les plus récentes initiatives, nationales et internationales, dédiées aux données numériques musicales. Le consortium se concentre plus particulièrement sur l’accessibilité et l’interopérabilité des divers corpus musicaux (partition, prosopographie, iconographie, etc.) dans le but d’améliorer l’analyse et la réutilisation des données. Il entend ainsi développer des méthodes et outils en vue de dynamiser l’échange de données au sein de la communauté musicologique. Avec l’aide de plusieurs partenaires, MUSICA2 organise également différentes manifestations autour des FAIR data en musicologie.

En savoir plus : https://musica.hypotheses.org/

 

 

Association Histoires d’Histoire

Créée en 2019 histoires d’Histoire, a pour objectif d’organiser un évènement annuel permettant  la rencontre entre des historiens, des écrivains et le public. Le thème des Rencontres est choisi chaque année en lien avec l’anniversaire d’un événement, autour duquel l’Association propose une réflexion et une mise en perspective historique.

Rencontres 2022 : du 18 au 20 novembre 2022 (programme)

En cette année 2022, en écho au siège d’Alésia en 52 av. J.-C., le thème est « Nos ancêtres les Gaulois ? Et tous les autres qui ont fait la France… », une interrogation qui ouvre tout le champ des possibles quant aux origines de la France et fait référence aux apports multiethniques et multiculturels des immigrations en France

 

Al 1° gennaio 2019

Questi assi riguardano tutti gli spazi geografici che costituiscono la specificità del nostro centro: Europa, Italia, Alpi, Mondi mediterraneiGli scambi culturali, politici e sociali con l’insieme dei mondi mediterranei sono analizzati attraverso approcci trasversali, una caratteristica del LUHCIE.

Questi assi riuniscono le identità multiple del nostro laboratorio (la storia, la storia dell’arte, la musicologia, l’archeologia, la lingua, la letteratura e la civiltà italiana, il patrimonio e l’informatica umanistica) e sottolineano l’altra caratteristica saliente del centro, la prospettiva della lunga durata – dall’Antichità ai nostri giorni.

I. Circolazioni, scambi, frontiere

Scambi culturali e politici, Circolazione delle idee e dei saperi, Traduzione, Accoglienza, Mobilità, Interazioni, Migrazioni, viaggatori, Esilio, Viaggio.

I recenti approcci della storia transnazionale e della storia-mondo sono venuti a confortare le specificità affermate da tempo dal laboratorio in materia di interazioni culturali internazionali. Le circolazioni studiate riguardano sia le esperienze del viaggio, dell’esilio e della migrazione degli uomini da uno spazio all’altro sia la trasmissione delle idee, delle forme artistiche e delle opere letterarie, da un’epoca all’altra o da una lingua all’altra.

Responsabili: O. Adankpo-Labadie, G. Bertrand, N. Ghermani

Collegamento principale: – Olivia Adankpo-Labadie – Monica Balda-Tillier – Gilles Bertrand – Olivier Forlin – Naïma Ghermani – Alessando Giacone – Élise Petit

Collegamento secondario: Leonardo Casalino – Maria Paola Castiglioni – Bernard Eck – Djamila Fellague – Élise Leclerc – Nicolas Mathieu – Gilles Montègre – Enzo Neppi – Luc Renaut – Ilaria Taddei – Cécile Terreaux-Scotto – Sylvain Venayre.

 

II. Scritture, oggetti, forme di comunicazione

Linguaggi, Iscrizioni, Archivi, Reperti materiali, Tatuaggi, Corpi, Genere, Retorica, Teatro, Musica, Cinema, Arti e artisti, Creazione, Edizioni, Umanità digitali.

Le discipline rappresentate al LUHCIE permettono di prendere in considerazione, in un’ottica interculturale, un’ampia gamma di modalità di comunicazione che abbracciano diversi strumenti, supporti e linguaggi. L’attenzione accordata  alla parola, al gesto, al corpo, alla scrittura, agli oggetti, alle immagini ed ai suoni conduce verso analisi capaci di feconde convergenze, dalla retorica all’iconografia, dal reperto materiale al documento testuale, dallo spoglio degli archivi alla restituzione digitale.

Responsabili: D. Fellague, N. Mathieu, C. Terreaux

Collegamento principale: Marie Demeilliez – Lisa El Ghaoui – Djamila Fellague – Pierre Martin – Nicolas Mathieu – Yves Rassendren – Luc Renaut – Laurence Rivière Ciavaldini – Laurent Scotto – Cécile Terreaux

Collegamento secondario: Maria-Paola Castiglioni – Patrizia De Capitani – Marie-Claire Ferriès – Élise Leclerc – Enzo Neppi – Ilaria Taddei.

 

III. Saperi, credenze, scienze

Religioni, Riti, Miti, Ideali, Ibridazione delle conoscenze, Ermeneutica, Intertestualità, Osservazione, Esperienza, Savoirs-faire, Reti erudite, Sociabilità, Collezioni, Patrimonializzazione.

In un approccio trasversale, specifico del LUHCIE, questo asse riunisce ricercatori che lavorano su pratiche religiose, intellettuali e scientifiche dalla prima Antichità fino ai tempi contemporanei. Le dinamiche dei fatti religiosi e culturali nella diversità delle loro espressioni lasciano tracce indelebili nel nostro patrimonio mentale e materiale, modellano le visioni del mondo, producono oggetti e sono all’origine della creazione delle collezioni. La prospettiva della storia sociale e culturale della scienza trova qui un ruolo centrale.

Responsabili: V. Beaulande-Barraud, M.-P. Castiglioni, G. Montègre

Collegamento principale: Véronique Beaulande-Barraud – Maria-Paola Castiglioni – Michèle Coury – Patrizia De Capitani – Gilles Montègre – Enzo Neppi –

Collegamento secondario: Olivia Adankpo-Labadie –  Monica Balda-Tillier – Gilles Bertrand – Marie Demeilliez – Djamila Fellague – Marie-Claire Ferriès – Nicolas Mathieu – Luc Renaut – Laurence Rivière – Ilaria Taddei

 

IV. Territori, pratiche e discorsi politici

Poteri, Società, Individui, Rappresentazioni, Identità, Rituali, Luoghi e forme di governo, Repubblica, Comunitarismi, Guerre, Rivoluzioni, Resistenze, Colonizzazioni, Storiografia.

A livello di città, province, Stati come pure nell’ambito delle relazioni tra mondi lontani, le società politiche sono considerate secondo un approccio attento alle temporalità, alla varietà dei loro attori, delle loro esperienze vissute nonché alla costruzione delle loro identità. Il fatto politico è colto da una molteplicità di punti di vista: le istituzioni, diritto, l’ideologia, il dissenso, le rappresentazioni del potere, le tecniche di costruzione del consenso e della legittimazione.

Responsabili: M.-Cl. Ferriès, Élise Petit, S. Venayre

Collegamento principale: – Leonardo Casalino – Clément Chillet – Bernard Eck – Marie-Claire Ferriès – Elise Leclerc – Anne Lemonde – Olivier Mariaud – Elisa Santalena – Ilaria Taddei – Michel Tarpin – Sylvain Venayre

Collegamento secondario: – Véronique Beaulande-Barraud – Maria-Paola Castiglioni – Olivier Forlin – Pierre Martin – Élise Petit

 

 

On 1 January 2019

These strands include all geographical areas which make our centre unique: Europe, Italy, the Alpes, Mediterranean worldsCultural, political and social exchanges with all of the Mediterranean worlds form the backdrop for comparative approaches that are a hallmark of LUHCIE’s working methods.

These strands combine our laboratory’s many identities (history, history of art, musicology, language, Italian literature and civilisation, heritage and the digital humanities) and highlight the centre’s other key feature, a long-term perspective, from antiquity to today.

 

I. Movements, transfers, borders

Cultural and political transfers, Circulation of ideas and knowledge, Translation, Reception, Mobility, Interactions, Migration, Messengers, Exile, Travel.

Recent approaches to transnational history and world history have bolstered the already long-standing research of the laboratory’s members on international cultural interactions. The movements studied concern both the experience’s of man’s travel, exile and migration from one place to another and the transfer of ideas, artistic forms and works of literature from one time to another or from one language to another.

Heads: O. Adankpo-Labadie, G. Bertrand, N. Ghermani

Primary unit: Olivia Adankpo-Labadie –  Monica Balda-Tillier – Gilles Bertrand – Olivier Forlin – Naïma Ghermani – Alessando Giacone

Secondary unit: Leonardo Casalino – Maria Paola Castiglioni – Bernard Eck – Djamila Fellague – Élise Leclerc – Nicolas Mathieu – Gilles Montègre – Enzo Neppi – Élise Petit–  Luc Renaut – Ilaria Taddei – Cécile Terreaux-Scotto – Sylvain Venayre

 

II. Writings, objects, forms of communication

Languages, Inscriptions, Archives, Physical vestiges, Markings, Bodies, Genre, Rhetoric, Theatre, Music, Cinema, Art and artists, Creation, Editions, Digital Humanities.

The disciplines represented by LUHCIE take account of a diverse range of modes of communication, with an intercultural perspective, which embrace different tools, media and languages. The attention afforded to speech, gestures, bodies, writing, the object, images and sounds allows for analyses which are likely to result in fruitful convergences, from rhetoric to iconography, from a physical vestige to a textual document, from sifting through archives to archaeology and digital output.

Heads: D. Fellague, N. Mathieu, C. Terreaux

Primary unit: Marie Demeilliez – Lisa El Ghaoui – Djamila Fellague – Pierre Martin – Nicolas Mathieu – Yves Rassendren – Luc Renaut – Laurence Rivière Ciavaldini – Laurent Scotto – Cécile Terreaux

Secondary unit:Maria-Paola Castiglioni – Patrizia De Capitani – Marie-Claire Ferriès – Élise Leclerc – Enzo Neppi – Ilaria Taddei

 

III. Knowledge, beliefs, sciences

Religions, Rites, Myths, Ideals, Hybridisation of knowledge, Hermeneutics, Intertextuality, Observation, Experience, Arts of doing, Knowledge networks, Sociabilities, Collections, Acquisition of heritage status.

In a cross-disciplinary approach specific to LUHCIE, this strand brings together researchers working on the earliest Antiquity right up until contemporary times on religious, intellectual and scientific practices. The movement underpinning religious and cultural facts in their diversity of expression leaves permanent marks on our mental and physical heritage, our model of visions of the world, produces objects and is the origin of the creation of collections. The perspective of social and cultural science history plays its full role here.

Heads: V. Beaulande-Barraud, M.-P. Castiglioni, G. Montègre

Primary unit:Véronique Beaulande-Barraud – Maria-Paola Castiglioni – Michèle Coury – Patrizia De Capitani – Gilles Montègre – Enzo Neppi

Secondary unit:Olivia Adankpo-Labadie –  Monica Balda-Tillier – Gilles Bertrand – Marie Demeilliez – Djamila Fellague – Marie-Claire Ferriès – Nicolas Mathieu – Luc Renaut – Laurence Rivière – Ilaria Taddei

 

IV. Territories, practices and political discourse

Powers, Societies, Actors, Representations, Identities, Rituals, Places and forms of government, Republic, Communalisms, Wars, Revolutions, Resistance, Colonisation, Historiography.

Whether at city-, province- or state-level, or in the context of relations between distant worlds, political sciences are studied with an approach attentive to temporalities, the variety of their actors, of the experiences lived, and the building of their identities. Political facts are considered from many points of view: institutions, law, ideology, dissidence, representations of power, consensus and legitimation building techniques.

Heads: M.-Cl. Ferriès, Élise Petit, S. Venayre

Primary unit: Leonardo Casalino – Clément Chillet – Bernard Eck – Marie-Claire Ferriès – Elise Leclerc – Anne Lemonde – Olivier Mariaud – – Élise Petit–   – Elisa Santalena – – Ilaria Taddei – Michel Tarpin – Sylvain Venayre

Secondary unit: Véronique Beaulande-Barraud – Maria-Paola Castiglioni – Olivier Forlin – Pierre Martin

Au 1 janvier 2019

Ces axes concernent tous les espaces géographiques qui font la spécificité de notre centre : Europe, Italie, Alpes, Mondes méditerranéensLes échanges culturels, politiques et sociaux avec l’ensemble des mondes méditerranéens constituent l’arrière-plan d’approches croisées qui sont un trait majeur du LUHCIE.

Ces axes réunissent les identités multiples de notre laboratoire (l’histoire, l’histoire de l’art, la musicologie, l’archéologie, la langue, la littérature et la civilisation italiennes, le patrimoine et les humanités numériques) et soulignent l’autre caractère marquant du centre, la perspective de la longue durée – de l’Antiquité à nos jours.

 

I. Circulations, transferts, frontières

Transferts culturels et politiques, Circulation des idées et des savoirs, Traduction, Réception, Mobilités, Interactions, Migrations, Passeurs, Exil, Voyage.

Les récentes approches de l’histoire transnationale et de l’histoire-monde sont venues conforter les spécificités depuis longtemps confirmées du laboratoire en matière d’interactions culturelles internationales. Les circulations étudiées concernent autant les expériences du voyage, de l’exil et de la migration des hommes d’un espace à l’autre que le transfert des idées, des formes artistiques et des œuvres littéraires,  d’une époque à l’autre ou d’une langue à l’autre.

Responsables : Olivia Adankpo-Labadie, G. Bertrand,  N. Ghermani

Rattachement principal : – Olivia Adankpo-Labadie – Monica Balda-Tillier – Gilles Bertrand –  Olivier Forlin – Naïma Ghermani  – Alessando Giacone –  Élise Petit

Rattachement secondaire : Leonardo Casalino – Maria Paola Castiglioni – Bernard Eck – Djamila Fellague – Élise Leclerc – Nicolas Mathieu – Gilles Montègre – Enzo Neppi – Luc Renaut – Ilaria Taddei – Cécile Terreaux-Scotto – Sylvain Venayre.

 

II. Écritures, objets, formes de communication

Langages, Inscriptions, Archives, Vestiges matériels, Marquages, Corps, Genre, Rhétorique, Théâtre, Musique, Cinéma, Arts et artistes, Création, Éditions, Humanités numériques.

Les disciplines représentées au LUHCIE permettent de prendre en compte, dans une perspective interculturelle, une palette variée de modes de communication qui embrassent différents outils, supports et langages. L’attention portée à la parole, au geste, au corps, à l’écriture, à l’objet, aux images et aux sons conduit vers des analyses susceptibles de convergences fécondes, de la rhétorique à l’iconographie, du vestige matériel au document textuel, du dépouillement d’archives à l’archéologie et à la restitution numérique.

Responsables : D. Fellague, N. Mathieu, C. Terreaux

Rattachement principal : Marie Demeilliez  – Lisa El Ghaoui – Djamila Fellague – Pierre Martin – Nicolas Mathieu – Yves Rassendren – Luc Renaut  – Laurence Rivière Ciavaldini –  Laurent Scotto – Cécile Terreaux

Rattachement secondaire : Maria-Paola Castiglioni – Patrizia De Capitani – Marie-Claire Ferriès – Élise Leclerc – Enzo Neppi – Ilaria Taddei.

 

 

III. Savoirs, croyances, sciences

Religions, Rites, Mythes, Idéaux, Hybridation des connaissances, Herméneutique, Intertextualité, Observation, Expérience, Arts de faire, Réseaux savants, Sociabilités, Collections, Patrimonialisation.

Dans une démarche transversale, propre au LUHCIE, cet axe réunit les chercheurs travaillant depuis la plus haute Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine sur les pratiques religieuses, intellectuelles et scientifiques. La dynamique des faits religieux et culturels dans la diversité de leurs expressions laisse des  traces indélébiles dans notre patrimoine mental et matériel, modèle des visions du monde, produit des objets et est à l’origine de la création des collections. La perspective de l’histoire sociale et culturelle des sciences trouve ici toute sa place.

Responsables : Véronique Beaulande-Barraud, M.-P. Castiglioni, G. Montègre

Rattachement principal : Véronique Beaulande-Barraud – Maria-Paola Castiglioni – Michèle Coury – Patrizia De Capitani  – Gilles Montègre – Enzo Neppi –

Rattachement secondaire : Olivia Adankpo-Labadie – Monica Balda-Tillier – Gilles Bertrand – Marie Demeilliez – Djamila Fellague – Marie-Claire Ferriès – Nicolas Mathieu – Luc Renaut – Laurence Rivière – Ilaria Taddei

 

IV. Territoires, pratiques et discours politiques

Pouvoirs, Sociétés, Acteurs, Représentations, Identités, Rituels, Lieux et formes de gouvernement, République, Communautarismes, Guerres, Révolutions, Résistances, Colonisation, Historiographie.

Que ce soit à l’échelle des villes, des provinces, des États ou dans le cadre des relations entre mondes éloignés, les sociétés politiques sont envisagées dans une approche attentive aux temporalités, à la variété de leurs acteurs, de leurs expériences vécues, ainsi qu’à la construction de leurs identités. Le fait politique est appréhendé d’une multiplicité de points de vue : les institutions, le droit, l’idéologie, la dissidence, les représentations du pouvoir, les techniques de construction du consensus et de la légitimation.

Responsables : M.-Cl. Ferriès, Élise Petit, S. Venayre

Rattachement principal : – Leonardo Casalino – Clément Chillet –  Bernard Eck – Marie-Claire Ferriès – Elise Leclerc – Anne Lemonde – Olivier Mariaud – Elisa Santalena – Ilaria Taddei – Michel Tarpin  – Sylvain Venayre

Rattachement secondaire : – Véronique Beaulande-Barraud – Maria-Paola Castiglioni – Olivier Forlin Pierre Martin –  Élise Petit

 

Axes de recherche pour la période 2014-2018

 

Logo revue_gaiaGaia est une revue interdisciplinaire sur la Grèce archaïque. Elle regroupe donc des articles d’auteurs issus de disciplines différentes mais travaillant sur le même domaine.

Gaia est conçue par ses fondateurs — projet franco-suisse entre l’Association transfrontalière universitaire et l’Équipe de recherche sur la Grèce archaïque — comme un carrefour de discussion, ouvert aux spécialités relatives à la période grecque archaïque.
La revue Gaia est publiée par l’Équipe de recherches sur la Grèce archaïque (ERGA) et le Centre international d’études homériques, avec le soutien du programme franco-italo-suisse HOMERICA et le concours du Centre national du livre.

Elle est dirigée par Maria Paola Castiglioni (LUHCIE) et Nadine Le Meur (Université Paris-Nanterre)

Consulter les numéros

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

La collection HAL du LUHCIE présente la production scientifique (articles, ouvrages, chapitres d’ouvrages scientifiques, conférences, communications, thèses) des membres du laboratoire. Les publications s’appuient principalement sur les axes de recherche du laboratoire.

CONSULTER LA COLLECTION

Quelques statistiques :

Publications par année de publication                                           Articles par titre de revue

Dépôt par année    Par noms de revue

Vignette revue ViaggiatoriViaggiatori si propone come luogo internazionale e interdisciplinare di dibattito sul tema del viaggio, luogo osmotico di studi e di ricerche che attraversano i linguaggi della storia culturale e sociale, della geografia, dell’antropologia, della sociologia e di molto altro.

In ogni epoca letterati, artisti, ingegneri, esuli, missionari hanno percorso terre e mari intrecciando percorsi ed esperienze, creando reti e mescolando appartenenze e identità attraverso percorsi che hanno segnato la storia dell’Occidente e l’apertura della cultura europea al meticciato e alle mescolanze.

La rivista si propone dunque come spazio di confronto per contributi che, da prospettive diverse, aprano all’approfondimento e alla connessione di ricerche che intrecciano temi economici, politici, religiosi, culturali e tecnico-scientifici che, meglio di altri, la mobilità e gli scambi possono suggerire.

 

Consulter les numéros de la revue

Ce site utilise des cookies – de petits fichiers texte qui sont placés sur votre machine pour aider le site à fournir une meilleure expérience utilisateur. En général, les cookies sont utilisés pour conserver les préférences de l’utilisateur, stocker des informations pour des choses comme les paniers d’achat et fournir des données de suivi anonymisées à des applications tierces comme Google Analytics. En règle générale, les cookies rendront votre expérience de navigation meilleure. Toutefois, vous pouvez préférer désactiver les cookies sur ce site et sur d’autres. Le moyen le plus efficace consiste à désactiver les cookies dans votre navigateur. Nous vous suggérons de consulter la section Aide de votre navigateur ou de consulter le site Web À propos des cookies (en anglais) qui propose des conseils pour tous les navigateurs modernes.

 

 Communautés nouvelles
 Le cardinal de Bernis (1715-1794). Un médiateur européen
 Le monastère royal de Brou, mausolée funéraire de Philibert de Savoie et de Marguerite d’Autriche
 Miracle, nature raison : l’écriture du surnaturel au XVIIe siècle
 AF-FRANCHIR (Arts-Frontières / Franchir)
 Michelet hors frontières
 Image et droit
 Voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle
 Histoire et historiographie de l’Italie XIIe-XIXe siècle
 Atlas culturel des villes italiennes
 Orateurs européens à l’âge de l’humanisme : une autre histoire de la communication
 Communautés, statuts et territoires. Espaces et droit civique en Italie et dans les provinces africaines (IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.)

 

 

 

 

 

 

Communautés nouvelles

Pilotage :  assuré conjointement par M. Tarpin (CRHIPA, UGA) et M.-Cl. Ferriès (CRHIPA UGA et EFR en 2015-2016).

Le programme Communautés Nouvelles est issu d’une part des conclusions d’un workshop ESF, tenu à Nimègue fin 2010, et consacré à la révision des paradigmes de la colonisation romaine, d’autre part du besoin qui s’est fait ressentir au sein de l’UGA d’une collaboration plus étroites entre les Antiquisants. L’approche large des modes de constitutions de communautés correspondait ainsi à la fois à une nécessité scientifique (obtenir une vision globale d’une problématique jusque- là traitée de manière ponctuelle) et à une volonté de collaboration, qui permettait en même temps de réunir sur une même thématique des approches institutionnelles, politiques et anthropologique, tout en dépassant le clivage classique entre histoire grecque et histoire romaine. L’intitulé du programme permet d’expliciter le fait que nous travaillons non seulement sur les processus coloniaux, finalement moins bien connus qu’on ne le croit souvent, mais aussi sur la formation de communautés identitaires au sein de la cité, comme les communautés chrétiennes, par exemple.

Les antiquisants de l’Université de Savoie ont immédiatement rejoint le programme et organisé plusieurs séminaires à Chambéry, suivis par une partie de ceux de l’Université de Franche Comté, qui ont inscrit dans ce programme certaines des rencontres de leur laboratoire.Nous avons constitué un lien entre le programme Communautés Nouvelles et les programmes d’histoire ancienne de l’Université de Lyon. Le programme est d’ailleurs en relation continue avec le programme Italia Antica, piloté par M. Aberson (Lausanne). Des enseignants et doctorants des universités de Genève et Lausanne ont participé systématiquement à nos séminaires internationaux, séminaires ouverts vers nos collègues néerlandais (Nimègue, Leiden, Rome), qui avaient organisé le workshop ESF et ainsi que vers l’Italie.

Le programme a connu une douzaine de rencontres depuis 2012, essentiellement à Grenoble, mais aussi à Chambéry.

Trois thèses ont été inscrites au CRHIPA, dans la thématique du programme, dont deux font l’objet de contrats. Serena Mola (contrat UPMF, 2013), sous la direction de M. Tarpin, en cotutelle avec Turin, travaille sur les origines de la colonie d’Aoste et plus particulièrement sur la grande villa inédite de la Consolata. Y. Bonfand (contrat ARC 5, Région Rhône-Alpes, 2014), en codirection avec C. Michel d’Annoville (Paris IV) travaille sur les enceintes tardives en Rhône-Alpes, avec une perspective de discussion sur l’évolution du modèle de la cité. Hors contrat (financements Explora Doc pour la cotutelle avec Florence) Lola Querol aborde la très difficile question de la nature religieuse du territoire dans la pensée romaine.

Les séminaires déjà tenus représentent environ 40 interventions. L’objectif initial était uniquement de permettre des discussions scientifiques de fond très spécialisés en confrontant des recherches récentes. Il apparaît aujourd’hui que plusieurs de ces interventions représentent des synthèses d’actualité susceptibles de constituer, par leur confrontation, des mises à jour importantes.

Manifestations scientifiques : Communautés nouvelles : demeures de fondateurs? Domus publica, 9 juin 2015.

                                                   Héros fondateurs et identités communautaires dans l’Antiquité, 3-5 mai 2017

 

Le cardinal de Bernis (1715-1794). Un médiateur européen

 Descriptif du projet

Le projet vise à organiser deux colloques internationaux autour de la figure de François de Bernis, célèbre cardinal diplomate du siècle des Lumières, à l’occasion du tricentenaire de sa naissance en 2015. Bernis, auquel aucune recherche scientifique collective n’a jusqu’alors été consacrée, offre l’occasion de réunir des chercheurs de divers horizons géographiques et disciplinaires autour de la figure d’un passeur culturel exceptionnel entre la France et l’Italie, par lequel se sont cristallisées des mobilités politiques, diplomatiques, mais aussi artistiques et culturelles, dont l’ampleur se mesure à l’échelle européenne. Le projet a été motivé par la découverte en 2013 des archives personnelles du cardinal de Bernis au château de Crolles, près de Grenoble, que les propriétaires ont accepté de mettre à la disposition d’un groupe de recherche constitué de 15 universitaires, sous la forme de reproductions numériques. Les colloques de Grenoble (21-22 mai) et de  Rome (15-16 octobre) bénéficient donc de l’exploitation de ce fonds inédit, mettant en évidence des réseaux épistolaires riches d’une centaine de correspondants, centrés sur la France et l’Italie, mais offrant des prolongements de l’Espagne à la Russie en passant par l’Allemagne et l’Empire ottoman.

Coordination : Gilles Montègre

Partenaires financièrement impliqués :

Université de Grenoble Alpes – CRHIPA – École française de Rome – Université Paris I Panthéon Sorbonne – IHMC – Université de Rome « La Sapienza » – Université Franco – Italienne – Ambassade de France en Italie – Institut Français Italie – Région Rhône-Alpes – Arc 5 – SAPRAC (Société des Amis des Poètes Roucher et André Chénier)

Autres partenaires :

Académie française – Université Paris – Sorbonne – Université de Poitiers – Université Jean Moulin Lyon 3 – Université Bordeaux Montaigne – Université de Lille 3 – Université Jean Jaurès de Toulouse – Université de Lorraine

Manifestations :

– Rome, 15-16 octobre 2015 : colloque « Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire. 2e session » (CRHIPA, École française de Rome)

– Versailles, 13 juin 2015 : Journée sur le cardinal de Bernis organisée par la SAPRAC

– Grenoble – Crolles, 21-22 mai 2015 : colloque « Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire. 1ère session : Naissance d’un diplomate, postérité d’un homme de lettres » (CRHIPA)

Réalisations :

– Publication d’un ouvrage de synthèse sur le cardinal de Bernis, fondé sur le double colloque et sur l’exploitation des archives personnelles

– Édition critique des cahiers d’éducation inédits de la marquise du Puy-Montbrun, nièce du cardinal, à sa fille

– Réalisation d’un site internet sur les correspondances personnelles et inédites les plus denses du cardinal de Bernis

 

Le monastère royal de Brou, mausolée funéraire de Philibert de Savoie et de Marguerite d’Autriche

Pilotage : Laurence Rivière-Ciavaldini

Edifié entre 1506 et 1532, fut l’œuvre d’artisans régionaux dirigés par des artistes de dimension internationale comme l’architecte bruxellois, Lodewijk Van Boghem, ou le sculpteur souabe, Conrad Meit de Worms, aidés de leurs équipes de tailleurs de pierre et d’ymagiers flamands et italiens. Outre l’église qui accueillait les tombeaux des princes, et les bâtiments conventuels destinés aux Augustins de Lombardie, la collégiale aurait du être parée, selon les vœux de Marguerite, d’une partie de ses prestigieuses collections. Grâce à des inventaires, nous sommes en mesure de décrire une cinquantaine d’objets d’art destinés à Brou mais qui sur ordre de son légataire et neveu Charles Quint n’y sont jamais parvenus. Certaines œuvres sont identifiées, d’autres non. Le projet de la thèse consiste à les retrouver à partir d’enquêtes dans les archives, les musées, les bibliothèques et les collections privées, dans la littérature du temps et les correspondances, et à les documenter de manière scientifique en s’appuyant sur la bibliographie. Le ou la doctorant(e) devra contribuer à la préparation de l’exposition visant à reconstituer le trésor princier in situ, exposition déjà approuvée par les deux tutelles du monument, le Centre des Monuments Nationaux (CMN) et la Ville de Bourg-en-Bresse (été 2016). En collaboration avec des chercheurs en informatique, il (ou elle) participera à la valorisation pérenne du monument par la mise en œuvre d’outils de valorisation et de diffusion numérique comme la restitution en réalité augmentée.

Partenaires :

– LLS, Langages, Littérature, Sociétés, EA 3706 (Université de Savoie) –  LIRIS, Laboratoire d’Informatique en Images et Systèmes d’Information – UMR 5505 (Equipe Extraction de caractéristiques et identification), CNRS/INSA de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, Université Lumière Lyon II, Ecole Centrale de Lyon – Monastère de Brou (Monument historique et musée)

Réalisations :  

–        une exposition sur le trésor de Brou (été 2016) ;

–        un catalogue d’exposition

–        Des outils de médiation numériques sur le web et sur site

Voir aussi l’ouvrage : Brou, un monument européen à l’aube de la Renaissance

 

Miracle, nature raison : l’écriture du surnaturel au XVIIe siècle

Pilotage : Naïma GHERMANI

Le projet se concentre sur la traduction, l’édition et l’exploitation de l’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg (1657-1672). La traduction est en cours d’achèvement. Elle est accompagnée par la publication aux éditions ALPHIL d’un ouvrage de réflexion sur l’Atlas Marianus intitulé Marie mondialisée : penser le surnaturel à l’époque moderne. Ces travaux ont été précédés par trois rencontres dont une à Grenoble (18 novembre 2011).

Projet financé par le Fond National Suisse et dirigé par le professeur Olivier Christin (Université de Neuchâtel). Partenaires : Fond National Suisse, CRHIPA,  IUF

Objectifs  : Édition d’ouvrages : Nicolas Balzamo, Olivier Christin et Fabrice Flückiger (dir.), L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg, Editions Alphil Presses universitaires suisses, 2015

Olivier Christin, Fabrice Flückiger et Naïma Ghermani (dir.), Marie mondialisée. L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne, Editions Alphil Presses universitaires suisses, 2014

 

AF-FRANCHIR (Arts-Frontières / Franchir)

Réunissant des historiens, des littéraires et des géographes, le projet AF-FRANCHIR  engage six membres du LUHCIE (trois de l’ex-CRHIPA, trois de l’ex-GERCI) et quatre de PACTE. À la croisée de la géographie des frontières et de l’histoire des émotions, son objet est l’étude de la médiatisation des émotions liées au franchissement des frontières. Sa méthodologie consiste à faire travailler ensemble, dans des enquêtes de terrain, des chercheurs et des artistes, afin d’examiner les modalités de transmission des émotions et leurs usages politiques, selon une logique que Luc Boltanski, reprenant Hannah Arendt, a appelé la « politique de la pitié ». L’exemple retenu est l’Afrique du Sud, où l’équipe est partie étudier les traces actuelles des frontières des anciens bantoustans (homelands). L’aboutissement de cette enquête est le livre Histoires de frontières. Une enquête sud-africaine (Paris, Manuella éditions, 2017).

Porteur du projet : Sylvain Venayre, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Grenoble, directeur du LUHCIE.

Autres membres :

Anne-Laure Amilhat-Szary (PACTE), Professeur de géographie à l’Université Grenoble Alpes, membre de l’IUF – Gilles Bertrand (LUHCIE), Professeur d’histoire moderne à l’Université Grenoble Alpes, membre de l’IUF – Leonardo Casalino (LUHCIE), Maître de conférences en histoire contemporaine à l’UGA – Lisa El Ghaoui (LUHCIE), Maîtresse de conférences en littérature contemporaine à l’UGA – Naïma Ghermani (LUHCIE), Maîtresse de conférences en histoire moderne à l’UGA, membre de l’IUF – Alessandro Giacone (LUHCIE), Maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’UGA – Myriam Houssay-Holzschuch (PACTE), Professeure de géographie à l’UGA, ancienne membre de l’IUF – Claire Marynower (PACTE), maîtresse de conférences en histoire contemporaine à Sciences Po Grenoble – Sarah Mekdjian (PACTE), Maîtresse de conférences en géographie à l’UGA.

Michelet hors frontières

Partenaire du projet : Sylvain Venayre

Autant, sur le plan de l’expression, Michelet est un écrivain qui se joue des frontières entre les formes et les types d’écriture, autant sa pensée historique et politique est, elle aussi, labile, construisant et déconstruisant le modèle de la nation, lorsqu’elle s’élargit à l’échelle de l’Europe et du monde ou qu’elle prend en compte le local, le périphérique et l’excentrique. Ancrée dans une épistémè romantique qui dépasse largement les bornes de la France, nourrie de la lecture des savants et des théoriciens de toute l’Europe, aspirant à la fraternité des peuples, actualisant celle-ci par un très large réseau de relations internationales, l’œuvre de Michelet est constamment animée d’un double mouvement d’identification et de franchissement des frontières. Ce programme de recherches se donne pour objectif d’examiner ce débordement des frontières, tant épistémologiques que géographiques.

En collaboration avec : Laboratoire « Logique de l’agir » (Université de Franche-Comté), CERILAC (Université Paris-Diderot), Archives nationales

Manifestations passées

Séminaire de 6 séances organisé en 2014-2015 à l’université Paris-Diderot :

17 octobre 2014 : Dénationaliser Michelet (Aurélien Aramini, Paule Petitier, Yann Potin, Sylvain Venayre)

21 novembre 2014 : Soirée « Fous de Michelet » (Pierre Bergounioux, Patrick Boucheron, Olivier Frébourg et Emmanuel Laurentin)

12 décembre 2014 : Michelet et la frontière (Robert Damien)

6 février 2015 : Michelet et les internationalismes (Jean-Numa Ducange)

20 mars 2015 : Michelet et Vico (Georges Navet)

29 mai 2015 : Michelet en Allemagne et aux Pays-Bas (Camille Creyghton) et Michelet au Brésil (Juliana Gambogi)

Du 29 novembre 2017 au 6 juin 2018 : Michelet hors frontières

 

Image et droit

Pilotage : (Naïma Ghermani et Caroline Michel d’Annoville)

Le projet «Images et Droit» est une série de trois rencontres interdisciplinaires et internationales qui interroge les relations des juristes à l’image, de l’Antiquité à nos jours. Quels sont les liens tissés entre la création et les usages des images et le droit ? Quel droit applique-t-on à quelles images ? Comment les enjeux religieux fondent une partie du droit des images dans l’Antiquité et au Moyen Age? Quelle place ont les images non seulement dans la production juridique du XVIe siècle mais également dans l’économie du texte juridique? A notre époque, comment considère-t-on l’image animée et quelles sont les limites juridiques de l’usage des images?

Une première table ronde organisée à Rome les 2 et 3 décembre 2013, en collaboration avec l’École Française de Rome, avait pour thème le droit aux images et avait questionné le fameux jus imaginum antique, ses effets et sa réception à l’époque moderne ainsi que sur les usages judiciaires et l’actuel «droit à l’image» qu’il faut sans cesse redéfinir aujourd’hui à l’ère d’internet. Deux autres aspects sont encore à analyser : les usages juridiques des images et le rejet et la condamnation des images. Ces problématiques engagent un dialogue entre des historiens du droit, des historiens d’art et des spécialistes de l’image en général, sur des périodes historiques différentes. En ce sens, le projet se veut un travail collectif au long cours puisque les chercheurs participants aux premières sessions seront invités à continuer la discussion lors des rencontres suivantes.

Cette pluralité des approches et des langues des participants s’inscrit dans les axes du LUHCIE à travers l’axe 2 «signature » dédié à l’anthropologie des images, aux marquages et droit des images. Il repose aussi sur un travail commun avec les juristes du Centre de Recherches Juridiques, notamment ceux de l’équipe du CUERPI (http://crj.upmf-grenoble.fr/axes-de-recherche/cuerpi/), spécialisés dans la question des droits de l’image et de la propriété intellectuelle.

Dans la tradition de l’étroite collaboration scientifique de l’université de Grenoble avec l’Italie, le projet associe également des chercheurs de deux institutions internationales sises en Italie : l’École Française de Rome et le Kunsthistorisches Institut de Florence-Institut Max-Planck dont un des programmes de recherche est dédié aux images juridiques.

Ces trois rencontres sont l’objet de plusieurs formes de publications. Le site internet du LUHCIE accueille déjà, en attendant une édition papier synthétique globale, des working papers des participants. Cette plateforme accessible également depuis le site de l’EFR accueille, en outre, un catalogue d’images juridiques ou aux usages judiciaires.

Partenaires : logo-efr          logo-iuf          logo_uga_vo_rvb

Manifestations  :

–        Rome, 2 et 3 décembre 2013 : Table ronde : Images et droit (I) : Le droit aux images

–        Rome,  4 et 5 décembre 2014 : Colloque : Image et Droit II: l’usage juridique des images

–        Grenoble, 23-25 novembre 2015 : De la régulation au refus des images

 

Voyageuses britanniques à Lyon au XVIIIe siècle

Co-pilotage : Gilles Bertrand

Ce projet se fonde sur un séminaire qui s’est tenu de 2012 à 2015 à l’ENS de Lyon grâce au soutien de la Région Rhône-Alpes et du laboratoire LIRE de l’ENS de Lyon, en collaboration avec le LUHCIE et avec le CEMRA (aujourd’hui intégré dans l’équipe ILCEA4), dans le cadre du projet ARC 5. Il bénéficie du partenariat des Musées Gadagne d’histoire de Lyon et de la Bibliothèque municipale de Lyon-La Part Dieu.

Le séminaire de recherche interdisciplinaire monté par Isabelle Baudino, de l’ENS de Lyon, a accueilli jusqu’à l’été 2015 des anglicistes, des historiens, des géographes et des spécialistes des études de genre. On y a analysé un corpus inédit de récits de voyages publiés par des femmes britanniques au cours du « long XVIIIe siècle », ce qui correspond dans l’historiographie britannique à la période qui s’étend entre la « révolution glorieuse » de 1688 et le début du règne de la reine Victoria en 1837. Partant d’interrogations à la croisée de plusieurs champs disciplinaires, le séminaire a souligné la place et le rôle de la ville de Lyon dans l’itinéraire des voyageuses britanniques. La démarche est comparative et envisage les représentations féminines de la capitale des Gaules par rapport à d’autres étapes du Grand Tour mais aussi par rapport à celles que l’on trouve dans les récits masculins. À partir du modèle lyonnais, ce travail s’inscrit dans le sillage d’études récentes sur la féminisation du Grand Tour.

Par-delà le séminaire périodique qui a servi de support et de lieu de réflexion, trois types d’initiatives sont nées de ce projet :

1) des traductions en français de textes de voyageuses britanniques, réalisées par des étudiants de l’ENS et déjà disponibles en ligne sur le site de l’ARC5

2) un colloque organisé les 5-6 avril 2013 par l’ENS de Lyon au Musée Gadagne, d’où est issu le volume dirigé par Isabelle Baudino, Les Voyageuses britanniques au XVIIIe siècle. L’étape lyonnaise dans l’itinéraire du Grand Tour, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2015.

3) un site en cours de constitution sur l’histoire du voyage à Lyon, co-piloté par l’ENS de Lyon et la Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu.

Ce programme continue a bénéficié du travail de recherche de deux doctorants financés pendant trois ans par la Région Rhône-Alpes dans le cadre des communautés académiques de recherche (les ARC): Damien Petermann (L’espace lyonnais représenté à l’usage des voyageurs aux époques moderne et contemporaine, histoire et construction de l’image d’un territoire, XVIIe-XXe siècle, sous la direction de Bernard Gauthiez, Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5600), titulaire d’un contrat doctoral de l’ARC7, et Grégoire Besson (Le temps du voyage : rythmes et perception de la durée dans les pratiques du voyage en Europe entre Lumières et Romantisme (18e siècle-milieu 19e siècle), sous la direction de Gilles Bertrand, Université Grenoble Alpes, LUHCIE), titulaire d’un contrat doctoral de l’ARC5.

 

Histoire et historiographie de l’Italie XIIe-XIXe siècle

Pilotage  : Gilles Bertrand, Ilaria Taddei

Depuis 2003 Gilles Bertrand et Ilaria Taddei sont engagés dans une équipe de recherche d’une vingtaine de spécialistes des Universités françaises travaillant sur l’histoire et l’historiographie de l’Italie. Piloté par l’EHESS-UMR Centre Norbert Elias (CNRS) de Marseille en collaboration avec l’Université d’Avignon et le CIRILLIS de l’Université de Bordeaux, ce programme transversal a déjà abouti à la publication de deux volumes : Une histoire politique de la Toscane. Pouvoir, territoire, ressources, XIVe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2004 ; La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009. Un troisième ouvrage est en préparation sur Histoires d’Italies, XIIe-XIXe siècles. Pratiques et expériences territoriales. Quelques hypothèses de travail sur l’écriture de cette histoire de l’Italie ont été établies lors d’une rencontre initiale qui s’est tenue en octobre 2013 à Bordeaux. L’ambition de ce troisième volet du programme n’est pas d’aboutir à une « Italie-synthèse » ni à une « Italie-plurielle », mais de parvenir à décloisonner les échelles d’observations classiques et à structurer chaque partie du volume en fonction d’interactions différentes.

Atlas culturel des villes italiennes s’appuyant sur une équipe de dix chercheurs français spécialistes de l’Italie

Coordination et pilotage : Gilles Bertrand

Impulsé au sein du CRHIPA (« Voyage, territoire, savoirs. L’espace culturel des villes italiennes à l’époque moderne, de l’imaginaire au réel ») dans le cadre du cluster 13 « Culture, patrimoine, création » de la région Rhône-Alpes (axe « Patrimoine et territoire » piloté par Bernard Gauthiez, Lyon 3) ce projet d’atlas est un travail de longue haleine qui a été poursuivi au sein de l’ARC5 puis avec l’appui de l’Institut Universitaire de France (programme 2012-2017: « L’expérience de l’Italie. Mobilités européennes dans la péninsule italienne, 1680-1830″).

 

Orateurs européens à l’âge de l’humanisme : une autre histoire de la communication

Pilotage : Estelle Doudet (Litt&Arts) et Ilaria Taddei (LUHCIE)

Ce projet vise à lancer un réseau de recherche international autour de l’histoire des pratiques médiatiques dans l’Europe de la première modernité (XIVe-XVIe siècle).

Il s’articule autour de l’orateur. Ce titre est alors souvent revendiqué dans les métiers de la parole (juristes, diplomates, acteurs, prédicateurs) ainsi que par les groupes qui revendiquent un usage légitime du discours d’intérêt public (autorités urbaines, marchands, intellectuels, etc.).

Notre hypothèse est que ce mouvement repose sur la combinaison de trois facteurs :

  • un cadre de pensée dominé par le renouveau de la rhétorique et de l’action oratoire ;
  • le développement de pratiques professionnelles et non-professionnelles de la parole publique, appuyée par des media comme le théâtre ou l’imprimerie ;
  • la circulation et la mise en question, à l’échelle de l’Europe, de styles et de formes d’expression, en latin et dans les langues modernes, dont il s’agira de questionner les éventuels contacts.
  • Objectifs scientifiques : mieux comprendre, à l’échelle européenne, un moment historique particulier dans l’histoire de la communication publique. Mettre en perspective les nouvelles formes du débat public au XXIe siècle, entre innovations technologiques et recherche d’autres modes de participation politique.
  • Méthodes : socio-stylistique et analyse rhétorique menées dans diverses langues (latin, français, italien, espagnol, anglais, néerlandais, allemand) ; histoire sociale et politique de la première modernité ; archéologie des imaginaires et des pratiques médiatiques.
  • Formes du travail : 3 journées d’étude/an, rassemblant des spécialistes internationaux et ouvertes aux étudiants à partir du master.

Partenaires :   logo Litt&arts     Imprimer   logo IUF

Manifestations  : Grenoble, 16 janvier 2017,  “Orateurs européens à l’âge de l’humanisme”

Paris, 13 septembre 2017, « Orateurs européens à l’âge de l’humanisme. Compétences linguistiques/ Bi et pluri-linguisme »

Rome, 11 juillet 2018, « Orateurs à l’âge de l’humanisme.  L’instance du public »

 

Communautés, statuts et territoires. Espaces et droit civique en Italie et dans les provinces africaines (IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.)

Pilotage : Clément Chillet, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, Marie-Claire Ferriès Université Grenoble Alpes, LUHCIE, Anne florence Baroni, Université Paris I Panthéon Sorbonne, ANHIMA, Elsa Rocca, Université Montpellier 3 Paul Valéry, Orient et Méditerranée

Résumé

« Communautés, statuts et territoires » est un programme qui a pour objet d’étude l’évolution corrélée des statuts juridiques et des territoires en Italie et dans les provinces d’Afrique. L’échelle adoptée est celle de la cité, avec pour angle d’approche les communautés infra-civiques. L’enjeu global est la compréhension plus fine du processus de municipalisation.

Deux questions complémentaires accompagnent la réflexion autour de cette problématique générale :

– celle des modèles juridiques et de leurs adaptations (la règle juridique précède-t-elle son application ?)

– celle du poids des impulsions locales dans les évolutions (comment interagissent-elles avec le dessein politique ?).

Le projet se développe autour de trois axes : le contrôle du territoire, la perception et la gestion des statuts individuels et les dynamiques locales.

« Communautés, statuts et territoires » se propose d’analyser le processus de municipalisation sous un angle qui reçoit sa nouveauté de la combinaison de plusieurs facteurs :

– l’échelle retenue qui reçoit aujourd’hui une attention croissante des chercheurs : celle de l’infra-civique

– l’utilisation d’une documentation qui est encore à défricher pour certaines zones

– la synthèse des approches issues de deux disciplines distinctes : l’enquête institutionnelle et la recherche de terrain.

Ce programme est associé au programme  L’habitat groupé en Méditerranée occidentale (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C.) soutenu par la Casa de Velazquez.

Réalisations 

Grenoble, 15-16 novembre 2016, Le rôle des agglomérations dans la structuration des territoires ruraux (Hispania et Sud de la Gaule)

Grenoble, 29-30 juin 2017, Espaces et droit civique en Italie et dans les provinces africaines (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C.)

Rome, 14-16 novembre 2018, Hiérarchie et réseaux d’agglomérations dans les territoires civiques en Méditerranée romaine occidentale

 

 

PROGRAMMES DE RECHERCHE EN COURS AU LUHCIE

AXE 1 : Circulations, transferts, frontières

  •  BERCER (BERceuses : Circulations Et Répertoires)

AXE 2 : Écritures, objets, formes de communication

Axe 3 : Savoirs, croyances, sciences

Axe 4 : Territoires, pratiques et discours politiques

 

 

 

 

 

 

 

BERCER (BERceuses : Circulations Et Répertoires)

Pilotage: Élise Petit

Résumé : Ce projet est lié à mes recherches personnelles, entreprises notamment dans le cadre de ma thèse et de mes travaux post-doctorat, sur les usages de la musique dans le système concentrationnaire nazi. Dans cet univers de la violence systématisée, des espaces de résistance spirituelle furent permis par la présence ou la création de répertoires visant à témoigner ou à fédérer la communauté des victimes, adultes ou enfants. Ces répertoires liés à la résistance sont le plus souvent clandestins et émanent des victimes elles-mêmes ; intéressée dans un premier temps par les répertoires imposés par les tortionnaires, je n’y avais prêté qu’une attention distraite au gré de mes recherches. Cependant, il m’était apparu que parmi les nombreux chants qui ont été collectés après la guerre, notamment par le survivant polonais Aleksander Kulisiewicz, figuraient nombre de berceuses. C’est ce répertoire que je souhaite désormais explorer, pour pouvoir ouvrir les questionnements à d’autres aires géographiques et chronologiques.

De mes premières découvertes sont nés des questionnements sur les rôles des berceuses et les fonctions qu’elles peuvent être amenées à jouer dans des contextes de violence systémique ou de situations traumatiques :

  • Que nous apprennent les berceuses sur l’histoire parfois partielle ou fragmentaire des circulations et des migrations ?
  • Quelle est l’importance de ces répertoires dans la transmission orale de l’histoire des peuples ?
  • Existe-t-il une fonction « cathartique » des berceuses traitant d’épisodes traumatiques ?

Ce projet se structure autour de 4 axes :

  1. Circulations, transferts culturels
  2. La transmission d’une mémoire traumatique
  3. Ce que les sciences nous apprennent sur les berceuses
  4. Constitution de corpus

 

Réalisations : L’objectif de ce projet est donc de questionner un répertoire de « l’enfance des peuples » sur ce qu’il nous apprend de leur·s histoire·s, de leurs circulations mais aussi des traumatismes qu’ils ont vécus, dans une perspective transhistorique et transdisciplinaire. En fédérant des acteurs et actrices d’autres laboratoires et universités, l’ambition de ce projet est de préparer, pour les années à venir, une candidature d’envergure, ANR ou EIT Health (Campus).

Metaclassique #151 – Bercer, une émission produite et réalisée par David Christoffel, avec la collaboration des étudiant.e.s de Musicologie de l’ARSH.

Colloque pluridisciplinaire : Berceuses. Histoire(s) et conscience (Voir la vidéo du colloque)

 

ETHIOKONGMED : Explorer les connexions entre les royaumes chrétiens d’Éthiopie et de Kongo et la Méditerranée médiévale et moderne

Pilotage : Olivia Adankpo-Labadie (UGA, LUHCIE) et José Rivair Macedo, historien (Universidade Federal do Rio Grande do Sul)

Résumé :

Le projet émergent intitulé « ETHIOKONGMED », entend étudier les relations diplomatiques, religieuses et culturelles entre les royaumes chrétiens d’Éthiopie et de Kongo et les puissances catholiques méditerranéennes aux xve et xvie siècles, selon une approche pluridisciplinaire et comparatiste.

Le projet émergent « ETHIOKONGMED » part ainsi de l’hypothèse de la pertinence de l’approche comparée des royautés chrétiennes éthiopienne et kongo à travers l’étude de leurs connexions politiques, religieuses et culturelles à la Méditerranée catholique. Le projet entend interroger et déplacer les notions de centralité et de périphérie en mettant en évidence, d’une part, la complexité des stratégies adoptées par les pouvoirs kongo et éthiopien à l’égard du Portugal et de Rome, et d’autre part, la pluralité des formes d’appropriation et de réponses au catholicisme de la part des lettrés et artistes éthiopiens et kongos.

L’enquête reposera sur l’inventaire et l’analyse de la documentation écrite (correspondances, traités religieux, manuscrits, récits de voyages, grammaires, archives des communautés éthiopiennes et des institutions missionnaires), des collections d’objets (croix, icônes, tableaux, objets liturgiques, vêtements, regalia) et du patrimoine musical portant la trace de ces contacts et conservés dans les bibliothèques, les archives, les musées et lieux de culte en Europe, en Éthiopie, en République démocratique du Congo, en Angola et aux États-Unis.

Des missions seront ainsi organisées afin de de mettre au jour des documents inédits. Afin de permettre la consultation, la traduction et le commentaire de toute cette documentation multilingue (guèze, portugaise, latine, italienne, kikongo) et multiforme, il est envisagé de constituer une base de données. Le projet se conçoit dans le cadre d’une équipe internationale, paritaire et pluridisciplinaire, composée de spécialistes d’histoire, d’histoire de l’art, de philologie et de musicologie, travaillant sur le Kongo, l’Éthiopie, l’empire portugais, l’Italie et la papauté.

Le projet « ETHIOKONGMED » s’articule autour de 4 axes :

  • « Voyageurs africains en Méditerranée »
  • « La Méditerranée et la fabrique de savoirs sur l’Éthiopie et le Kongo »
  • « Appropriations, conversions, oppositions : les identités religieuses en Éthiopie et au Kongo face au catholicisme »
  • « Royaumes chrétiens connectés de l’Afrique à la Méditerranée »

 

Collaborations : École française de Rome, Pontificio Istituto Orientale, Damien Labadie (CNRS, CIHAM) Marie Demeilliez (UGA, LUHCIE), Gilles Montègre (UGA, LUHCIE)

Réalisations :

Journée d’étude : Arts, christianisme et pouvoirs en contact (Éthiopie, Kongo et mondes méditerranéens, XIVe – XVIIe siècles)

Cette manifestation sera soumise à une revue avec un comité de lecture et donnera lieu à une publication.

 

Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité, Italie – Europe (XIVe-mi XIXe siècle)

Pilotage : Gilles Bertrand, Université Grenoble Alpes, LUHCIE ; Catherine Brice, Université de Paris Est Créteil Val-de-Marne, Centre de Recherche en histoire européenne comparée (CRHEC) ; Naïma Ghermani, Université Grenoble Alpes, LUHCIE ; Virginie Martin, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC / IHRF ; Gilles Montègre, Université Grenoble Alpes, LUHCIE ; Ilaria Taddei, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

En considérant l’étranger comme objet de pensée, hôte accueilli ou refoulé, enfin acteur vivant une expérience sociale, juridique et politique, on enquête sur les mobilités et leur prise en charge institutionnelle et diplomatique entre le XIVe siècle et le milieu du XIXe siècle dans un espace associant l’Italie à son contexte européen, en particulier à la France et aux mondes hispanique et germanique. L’intérêt se porte sur la construction de l’étranger opérée par les institutions religieuses, politiques, économiques ou savantes dans une perspective locale, nationale et transnationale autant que sur le point de vue des personnes en déplacement, étudiées comme individus, groupes constitués ou communautés imaginées.

Trois grandes directions guident la recherche menée sur cinq années (2017-2021) :

  • Normes, discours et représentations de l’hospitalité
  • Pratiques de l’accueil : aider, contrôler, rejeter
  • Groupes et individus en mouvement : expériences de la mobilité

Collaborations

Ce projet inscrit dans le plan quinquennal de l’EFR se fonde sur des collaborations avec des Universités italiennes et espagnoles (Complutense de Madrid, Naples Federico II, Naples Suor Orsola Benincasa, Sienne, Venise Ca’Foscari…) et des institutions de recherche à l’étranger soutenues par leurs gouvernements (Institut Historique Allemand, Casa de Velasquez).

Le calendrier des rencontres et séminaires vise à construire une série d’étapes qui conduiront à l’élaboration de publications intermédiaires et d’un ouvrage final consacré à La fabrique de l’étranger. A ce jour la programmation s’organise comme suit :

2017 

Grenoble, le 27 janvier 2017, Administrer l’étranger, XIVe-XIXe siècle” 

Naples Federico II, les 30-31 octobre 2017, “Stranieri : controllo e integrazione nella Penisola italiana, sec. XVII-XIX” 

Rome École française, les 30 novembre-1er décembre 2017, “Hospitalité de l’étranger, XIVe-XVIIe siècle : entre charité, contrôle et utilité sociale. Italie Europe” 

2018

Paris Est Créteilles 27 et 28 juin 2018, « Administrer l’exil. Europe, XIVe-XIXe siècle »

Grenoble, le 29 novembre 2018, « Les étrangers en Italie à la fin du XVIIIe siècle »

Paris Institut historique Allemand, les 12-14 décembre 2018, « Une diplomatie des mobilités. La gestion et le contrôle des étrangers par les agents diplomatiques (XVIe-XIXe siècle) » (Appel à contributions)

2019

Venise Ca’ Foscari, les 28-29 mars 2019, « De l’asile de la liberté au droit d’asile, Italie, Europe, XIVe-XIXe siècle »

Madrid Complutense, les 21 et 22 novembre 2019 « La diplomacia de las movilidades culturales. Normas, prácticas y protagonistas (siglos XVI-XIX) »

2020

Naples Suor Orsola Benincasa, « La patria degli stranieri : tra estraneità e condivisione. Policentrismo e mobilità in Italia tra Medioevo e età moderna »

Paris Panthéon Sorbonne, « Étranger choisi, contrôlé, exclu : le critère économique, XVIIe-XIXe siècle »

2021

(Grenoble UGA et Rome EFR) réunions de travail pour l’élaboration de l’ouvrage final.

 

Projet DEFRAIL D’Écosse, de France et d’ailleurs (IRS IDEX UGA)

Pilotage : Gilles Montègre, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, et Marion Amblard, Université Grenoble Alpes, ILCEA4

Résumé

Le projet DEFRAIL entend promouvoir une étude transnationale des communautés étrangères réunies dans l’une des capitales les plus cosmopolites de l’Europe du XVIIIe siècle : Rome. Résolument interdisciplinaire car entrelaçant des approches historique, démographique, sociologique, culturelle et artistique, il est porté par deux enseignants-chercheurs de l’Université Grenoble Alpes, spécialisés dans le domaine des études anglophones (Marion Amblard) et de l’histoire italienne (Gilles Montègre). Sans jamais perdre de vue la diversité et le renouvellement constant des communautés étrangères de Rome, l’étude portera prioritairement sur les ressortissants écossais et français, sur leurs contacts réciproques et sur leurs liens avec la société romaine

Collaborations : Oxford University

Réalisations

– Participation au 15e Congrès international des Lumières d’Edimbourg (14-19 juillet 2019, Lumières et identités), dans le cadre de deux tables rondes, l’une présidée par Catriona Seth (Oxford University), l’autre par Gilles Montègre (Université Grenoble Alpes)

– Journée d’étude organisée à la MSH Alpes de Grenoble le 27 septembre 2019, D’Écosse, de France et d’ailleurs. Pour une histoire transnationale des communautés étrangères dans l’Italie du XVIIIe siècle.

La rencontre, qui a associé des chercheurs français et britanniques, fera l’objet d’une publication dans le cadre d’un numéro thématique de la série Caledonia.

 

Italiens en Europe, de l’âge de l’humanisme à l’époque contemporaine

Pilotage : Patrizia De Capitani, E. Leclerc, S. Stolf, C. Terreaux Scotto Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé 

Tout en se situant dans le sillage des travaux sur les relations entre la France et l’Italie, le projet sur les Italiens en Europe, de l’âge de l’humanisme à l’époque contemporaine élargit les perspectives de compréhension du phénomène culturel italien en le plaçant à l’échelle européenne. Inscrit dans une dimension culturelle et littéraire, il prévoit de prolonger aux XVIIe-XVIIIe, puis aux XIXe-XXe siècles les interrogations qui avaient animé le colloque de 2017 organisé par les italianistes en s’ouvrant à l’histoire et à l’histoire de l’art.

Il s’agit, dans ce programme de recherche, de s’interroger sur le rôle d’attraction et de rayonnement joué par l’Italie dans un système d’échanges et de transferts culturels, littéraires et artistiques, en mettant l’accent sur sa force attractive dans toute l’Europe en dépit de l’image apparente du déclin par rapport à la Renaissance et de la fragmentation du territoire jusqu’à l’Unité.

Collaborations

IUF ; UMR Triangle de Lyon ; ICTT (Laboratoire Identité Culturelle Textes et Théâtralité EA 4277 de l’Université d’Avignon) et Grenoble Alpes Métropole.

Réalisations

Un premier travail, Les Italiens en Europe. Perceptions, représentations, échanges littéraires et culturels (XIVe-XVIe siècle) a été publié dans le n° 27/2018 des Cahiers d’études italiennes sur le XIVe-XVIe siècle et un second volume dans le n° 29/2020, tous deux étant co-dirigés par Patrizia De Capitani, Élise Leclerc, Serge Stolf et Cécile Terreaux-Scotto.

 

Atelier Morelli : traduction française et étude des Ricordi (1371-1444)

Pilotage : Élise Leclerc, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, Cécile Terreaux-Scotto, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, Serge Stolf, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Ce programme, initié en novembre 2014, est centré autour de la traduction du livre de famille rédigé par le Florentin Giovanni di Pagolo Morelli entre 1393 et 1421. Non seulement les Ricordi de Morelli ont compté parmi les premiers livres de famille édités (1718), mais ils représentent également depuis lors l’écriture privée florentine dans de nombreuses anthologies de la littérature italienne destinées à un public italophone ou anglophone. Si des traductions partielles en langue anglaise ont contribué à faire connaître cette œuvre au-delà des frontières de la Péninsule, le public francophone n’a accès à ce jour qu’à un seul autre livre de famille florentin, celui de Bonaccorso Pitti (traduit sous la direction d’Adelin Charles Fiorato et publié aux Presses du CNRS en 1991).

Or le livre de ricordi de Morelli explore presque toutes les voies empruntées ponctuellement par les pères de famille dans leurs écritures privées, de la généalogie à la chronique citadine, en passant par tous les conseils pouvant être utiles à la bonne gestion des affaires familiales. Traduire Morelli, c’est donc ouvrir au public francophone une exceptionnelle fenêtre sur la culture florentine de l’orée du Quattrocento.

C’est pourquoi le programme contient un volet recherche qui nourrit et éclaire la traduction, comme en témoignent les notes de bas de page qui se rapportent autant à l’histoire de la famille qu’aux rouages de la vie politique, à la culture humaniste comme à la sagesse populaire.

Par ailleurs, les spécificités de l’écriture privée de l’époque, qui rendent ces textes difficiles d’accès, sont un objet de recherche à part entière. À une époque où la langue vulgaire est en cours de formalisation dans les domaines littéraires et au sein des institutions, on peut se demander dans quelle mesure les usages sémantiques et lexicaux étaient redevables de la langue latine ou bien des discours conçus dans les sphères officielles, littéraires, religieuses et économiques.

Collaborations

Laurent Baggioni, Triangle (UMR 5206), Université Lyon 3, Noémie Castagné, CEL (EA1663), Université Lyon 3, Maxime Castro, professeur de chaire supérieure, Nancy, Ismène Cotensin, CIRRI (EA3979), Université Lyon 3, Jean-Claude Zancarini, Triangle (UMR 5206), ENS de Lyon

Réalisations

Les membres de l’Atelier ont disposé d’outils de travail communs : un carnet de recherche en ligne (morelli.hypotheses.org, ISSN 2496-6886) ainsi qu’un espace collaboratif sur la plateforme de services RENATER, dont l’accès est réservé aux membres de l’Atelier et où a été collectivement élaboré, entre autres, un glossaire.

Historique des séances et présentation du projet dans le carnet de recherche “Atelier Morelli” sur Openedition.org

 

Patrimalp

Pilotage : Laurence Rivière Ciavaldini, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, Pauline Martinetto, CNRS, Institut NEEL, Emilie Chalmin, EDYTEM, Université Savoie-Mont-Blanc

Résumé

Développer une science du patrimoine interdisciplinaire, intégrée et structurante :

Le défi majeur de Patrimalp est de faire progresser notre connaissance scientifique du patrimoine matériel culturel par le développement d’une science du patrimoine, centrée sur l’analyse d’un même objet patrimonial. Ce programme regroupe six laboratoires de l’université Grenoble Alpes (LUHCIE, Institut NEEL, EDYTEM, LIG, LJK,Arc Nucléart/CEA) associés à l’ESRF (synchrotron) et les musées de la Région Auvergne-Rhône Alpes. Il implique une cinquantaine d’enseignants-chercheurs et de chercheurs.

Le projet est entièrement conçu en interdisciplinarité :

  • dans sa conception : il implique les sciences humaines, les sciences des matériaux, les géosciences, l’informatique et les acteurs de la restauration-conservation du patrimoine
  • dans son organisation : la structuration des Work Packages, l’encadrement des doctorants, les journées d’étude et de formation sont conçues en interdisciplinarité
  • dans ses méthodes : l’effort est centré sur l’étude intrinsèque, extrinsèque et contextuelle d’un même objet par chacune des disciplines concernées

Les terrains d’enquête, dans l’espace alpin et le couloir rhodanien

  • Les roches peintes du Néolithique en Savoie et en Ardèche
  • Les inscriptions du théâtre de Vaison-la-Romaine
  • Les polychromies des sculptures et peintures gothiques dans l’ancien duché de Savoie : étude des brocarts appliqués

Les réalisations

  • Deux journées d’étude (2018)
  • 1 colloque international (GCSW 2019)
  • Des publications
  • Des séminaires de master 1 et 2 (2018-2020)

 

Informations supplémentaires sur l’actualité de Patrimalp : https://patrimalp.univ-grenoble-alpes.fr

Logo Idex      Logo Patrimalp

 

Vaison et son territoire dans l’Antiquité

Pilotage : Nicolas Mathieu, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Ce projet comporte deux volets : un volet épigraphique (« PCR Vaison-la-Romaine et communes alentours. ILN, Vaison des Voconces. » N. Mathieu) et un volet archéologique (fouilles du forum de Vaison. C. Michel d’Annoville). L’action s’inscrit dans un projet collectif pluri-annuel autour de la publication des inscriptions latines de la cité de Vaison des Voconces dans l’Antiquité et autour des fouilles du forum de Vaison-la-Romaine.

Le volet épigraphique du projet s’inscrit dans une tradition épigraphique grenobloise ancienne et, selon les pratiques scientifiques contemporaines, prend en compte l’ensemble des monuments inscrits donc en collaboration avec archéologues, architectes, historiens de l’art. Le volet archéologique s’appuie sur les fouilles menées par J. -M. Mignon depuis trois ans à l’emplacement du forum antique de Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Ces travaux ont une finalité scientifique. Ils ont aussi pour objectif de former les étudiants aux techniques de fouilles qui vont du dégagement lui-même, au relevé de terrain et à l’identification du matériel.

L’objectif finale est la publication du volume ILN, VII, 2, Voconces de Vaison (XLIVe suppl. à Gallia) qui prendra la suite du volume ILN, VII – 1, Voconces de Die, paru en 2012. Cette publication ne pourra pas être réalisée dans le seul temps du PCR dont le but est de faciliter la préparation technique de la publication (prospection, récolement, vérification sur place etc.). Le PCR soutient cet objectif préparatoire.

Les publications plus particulièrement archéologiques sont effectuées dans un autre cadre et avec d’autres soutiens.

Collaborations

UGA / Personnel enseignant de Grenoble, chercheurs ou doctorants – Caroline Michel d’Annoville, Pr Univ Paris IV – Nicolas Mathieu, professeur d’histoire romaine, UGA, Djamila Fellague, MCF, UGA – Bernard Rémy, professeur émérite d’histoire romaine, UGA – Marianne Béraud, doctorante, allocataire monitrice, histoire romaine – Yann Bonfand, doctorant.

Partenaires extérieurs à Grenoble, enseignants (partie prenante du programme de fouille ou de recherche sur les inscriptions)

Patrice Faure, maître de conférence (Université Lyon-3 – Jean Moulin) – Benoît Rossignol, Maître de conférence (Université Paris 1, Sorbonne) – DRAC PACA (Xavier Delestre, Directeur régional des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie) – David Lavergne, Conservateur en chef du patrimoine, SRA (Département du Vaucluse) – Jean-Marc Mignon, archéologue (Service Départemental du patrimoine et de l’archéologie, Vaucluse) – INRAP (Vaucluse) – Joël-Claude Meffre, archéologue (Vaucluse, Vaison) – Personnels des services municipaux de Vaison-la-Romaine – Christine Bezin, Mélanie Bienfait, Julien Charles.

Réalisations

25 octobre 2012 : 1er séminaire Inscriptions Latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces

24 avril 2014 : 2e séminaire Inscriptions Latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces

22 avril 2015 : 3e séminaire Inscriptions Latines de Narbonnaise. II. ILN Vaison des Voconces

14 avril 2016 : 4e séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité

14 avril 2017 : 5e séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité

13 avril 2018 : 6e séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité

12 avril 2019 : 7e séminaire Vaison et son territoire dans l’Antiquité

Le théâtre romain de Lyon et son environnement, de l’Antiquité à nos jours

Pilotage : Djamila Fellague, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Le PCR « le théâtre romain de Lyon et son environnement, de l’Antiquité à nos jours » présente de multiples axes de recherches qui concernent différentes périodes et secteurs. L’étude que nous proposons se conçoit d’abord comme l’analyse archéologique et historique d’un monument essentiel de la ville (aussi bien Lugdunum que Lyon), le théâtre, depuis sa construction (voire avant) jusqu’à sa réutilisation moderne, en s’intéressant à ses caractéristiques formelles, à sa chronologie, à ses transformations, à son insertion dans la ville et à ses rapports avec les autres édifices antiques du voisinage, etc. Le projet dépasse une étude centrée sur un seul monument – ce qui est pourtant déjà une vaste entreprise – puisqu’il inclut également une partie de l’environnement du théâtre et s’attache à renseigner des secteurs méconnus du parc archéologique de Fourvière. Enfin, les occupations et réutilisations médiévales et modernes des monuments du secteur seront également prises en compte.

Pour mener cette vaste étude, quatre voies de recherches sont empruntées, sans engager de fouilles pour l’instant. Il s’agit de :

  • Dépouiller la riche documentation d’archives pour recueillir des informations inédites qui aideront dans différentes problématiques.
  • Faire des recherches (redécouverte, inventaire, études partielles) sur les milliers d’objets exhumés dans ces fouilles anciennes « des théâtres (des monnaies, des pièces d’architecture, des sculptures, des pièces inscrites, des enduits peints, des mosaïques, des céramiques, des terres cuites architecturales (tuiles, briques, antéfixes), des objets de tabletterie, d’autres objets en métal, des ossements (animaux et humains)… Excepté pour les sculptures, la plupart de ce mobilier archéologique est inédit, voire non inventorié.
  • Faire des observations sur les vestiges de monuments en place, même s’ils sont très restaurés.
  • Étudier l’histoire de la ruine des édifices et de leur occupation après l’Antiquité. Elle concerne des études sur des blocs de remploi dans différents sites de Lyon afin d’identifier la provenance des pièces antiques remployées dans divers usages.

Collaborations

Le PCR « le théâtre romain de Lyon et son environnement de l’Antiquité à nos jours » ne constitue pas un groupe fermé, mais un groupe ouvert de collaborateurs en fonction des problématiques abordées et des travaux conduits chaque année. Aussi, la liste des personnes qui contribuent chaque année au PCR est vouée à varier.

Outre des collègues de nombreuses universités, de centres de recherches et d’institutions (École centrale de Lyon, ENS, Evéha, INRAP, IRAA, IUT de Dijon, Service archéologique de la ville de Lyon, SRA, Sorbonne Université, Université de Bordeaux, Université de Bourgogne, Université Lumière Lyon 2), on compte la collaboration indispensable de membres de Lugdunum musée et théâtres romains et l’aide de l’association Garom pour la gestion.

Réalisations

– 20 septembre 2018, Musée Lugdunum et théâtres romains (Lyon). Les inscription lapidaires exhumées dans les fouilles anciennes des « théâtres ». Séminaire ouvert à tous avec la participation d’H. Savay-Guerraz (directeur du musée et du site), D. Fellague, F. Bérard (Prof., École Normale Supérieure), P. Faure (MCF, Université Jean Moulin Lyon 3).

– 6 octobre 2018, INHA, Paris. Intervention dans le séminaire « Le décor dans les monuments de spectacle en Gaule et dans les provinces romaines », organisé par V. Kozlowski, F. Ferreira, A. Taiuti.

– 14 décembre 2019. Musée de Saint-Romain-en-Gal. Conférence de D. Fellague sur l’histoire des découvertes des théâtres et la mémoire du site.

– 18 janvier 2020, Musée Lugdunum et théâtres romains (Lyon). « Entrez au théâtre ! ». Journée d’étude organisée par D. Fellague et le musée.

 

Recording

Pilotage : Cécile Terreaux-Scotto, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, Jean-Marc Rivière, Aix-Marseille Université/CAER de l’Université Aix-Marseille et Fabrice Quero, Université de Montpellier.

Résumé

À l’automne 2019, j’ai lancé avec Jean-Marc Rivière (études italiennes, Aix-Marseille Université) et Fabrice Quero (spécialiste du Siècle d’Or, Université de Montpellier), un programme de recherche centré sur le passage de l’oralité à l’écriture. Ce programme associe également Ilaria Taddei, professeure d’histoire médiévale à l’Université Grenoble Alpes et Estelle Doudet, professeure de littérature française (xive-xvie siècle) à l’Université de Lausanne. Nos premières réflexions ont abouti à déplacer notre idée initiale puisque nous sommes passés de l’efficacité de la parole à son enregistrement et, plus largement, à la conservation des données. C’est pourquoi notre projet, initialement intitulé « La parole efficace à l’époque moderne : traces, élaboration et transmission » porte désormais le nom de « Recording ». Il est en effet apparu très vite que la question de la préservation de l’efficacité dans le passage de l’oral à l’écrit pose le problème du rapport au temps et à la mémoire. Or, poser les questions de la sélection, de la conservation et de l’exploitation de la parole, et plus largement de la mémoire privée et collective, c’est finalement aussi croiser la problématique de l’enregistrement des mégadonnées – les Big Data. L’idée nous est donc venue d’élaborer, à travers l’édition d’un corpus numérique, un outil suffisamment ouvert pour être utile aux chercheurs dans leurs recherches lexicales et thématiques.

Mais d’un point de vue méthodologique, un corpus ne peut être probant que s’il est susceptible de faire émerger une typologie cohérente de textes pour chaque ère géographique que nous envisageons d’explorer. Ce qui est valable pour l’Italie (où se trouvent de nombreux documents transcrits, en particulier à Florence) ne l’est pas forcément pour l’Espagne, où la transcription de textes est très rare.

À partir d’une réflexion sur la parole-action et la parole-événement, nous avons donc commencé par centrer les travaux d’ouverture de ce programme de recherche sur la fabrique de l’événement, à la fois dans les représentations qui en sont données, et dans l’acte même de son enregistrement qui en construit la mémoire. Les résultats de cette rencontre pluridisciplinaire qui s’est déroulée à Montpellier les 17 et 18 novembre 2021 sous le titre « Faire mémoire : pratiques et poétiques de l’événement. Espagne, France, Italie – xve-xviie siècles » seront publiés dans les Cahiers d’études romanes en septembre 2023 sous notre direction.

Collaborations

L’équipe de chercheurs, en cours de constitution, compte déjà, outre des italianistes, des hispanistes, des historiens et des spécialistes de l’art oratoire provenant des universités d’Aix-Marseille, de Montpellier et de Lausanne.

Réalisations

– Grenoble, 17 & 18 janvier 2019, L’art de la prédication au XVe siècle : efficacité rhétorique et figurative. Les résultats de ces travaux sont publiés dans le numéro 29 des Cahiers d’études italiennes.

– 1er décembre 2022, 19 janvier 2023 et 27 avril 2023, Mémoire(s) et figure(s) de l’événement (Italie, Espagne et France).

 

Établissements religieux et nécropoles depuis la fin de l’Antiquité. Origine, évolution, fonctions (PCR)

Pilotage : Pierre Martin, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Dans le cadre de ce PCR, sont menés deux chantiers sous la coordination de Pierre Martin. Le premier est porté par le LUHCIE. Il s’agit du prieuré Saint-Michel de Connexe à Champ-sur-Drac (38) sur lequel est menée une prospection thématique portant sur l’étude documentaire et du bâti des vestiges de l’église (2018, 2019, 2020). [Biblio. n° 40]. Le site de Saint-Michel de Connexe correspond à une installation monastique en milieu montagneux. Vendue comme Bien national au lendemain de la Révolution française, l’ancienne abbaye s’est lentement dégradée et n’est l’objet d’étude que depuis une date récente. Relativement modeste au premier abord, le site permet finalement d’entrevoir bien plus de complexité. En l’état actuel, les vestiges s’échelonnent sur une chronologie large (XIe-XIIe siècles) qui reste à définir, la crypte et l’église pouvant appartenir à deux campagnes de travaux nettement distinctes. La mauvaise conservation du site, dont on peut suivre plus ou moins finement la lente disparition depuis ses premières représentations graphiques à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, implique qu’une stabilisation puisse être réalisée afin de sauvegarder un patrimoine atypique, puis de développer une étude archéologique dont les axes problématiques, visant à déterminer l’importance présumée du site, peuvent être ainsi esquissés :

–  récolement de la documentation historique (textuelle ou iconographique) ayant pour visée, outre une meilleure connaissance des vestiges déjà disparu, de l’étendue du réseau monastique des prieurés dépendants de Saint-Chaffre dans la région de Grenoble

–  couverture topographique du site avant stabilisation par un scanner 3D en vue d’établir une documentation graphique pouvant aussi bien servir aux travaux de restauration et d’aménagement qu’à une étude archéologique

–  analyse des vestiges en élévation

–  inventaire des dépôts lapidaires de façon à sérier et trier les éléments de façon à dégager le site

–  fouille des espaces de l’église et des bâtiments conventuels – avec une option de réserve archéologique à définir en fonction de l’état de conservation des vestiges – tant pour définir les occupations et le fonctionnement de la communauté que pour atteindre les niveaux inférieurs tels que la crypte dont la présence et la typologie demeure énigmatiques ; pourraient être ainsi mieux caractérisés le parti architectural de la construction, son évolution au cours des siècles (fonctions, dispositifs liturgiques…) ou encore la sépulture du « fondateur ».

Le second chantier est coordonné par Pierre Martin. Il s’agit  de la reprise de l’étude des sous-sol de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans (45), (2017, 2018-2020). [Biblio. n° 39 et n° 41]

Ce programme développe plusieurs objectifs dont les principaux résultats, encore partiels, peuvent être évoqués en cinq points.

–  Le récolement de la documentation a largement progressé et devrait aboutir à la reprise d’un certain nombre d’études sur les textes relatifs à la cathédrale au cours des siècles.

–  Les aspects historiographiques illustrent une nouvelle fois la nécessité de rentrer dans la logique des travaux du chanoine Chenesseau, premier fouilleur du monument, témoin de sa propre fouille, mais aussi de nombreuses sources écrites disparues dans l’incendie des Archives départementales du Loiret en 1940.

–  Le travail de topographie permet une nouvelle documentation graphique de la cathédrale. Celle-ci servira aussi bien pour la recherche en cours que pour les travaux d’aménagement envisagés par les services de l’État (CRMH).

–  La reprise des données stratigraphiques sur la base de données CADoc pose déjà les bases concrètes de la nouvelle analyse du site.

–  L’achèvement du pré-inventaire du mobilier conservé sur le site permet un premier regard critique sur les objets issus des fouilles anciennes et d’envisager une série d’analyses qui pourra débuter dès 2019.

L’ensemble de ces premiers résultats permet d’affiner la stratégie pour les deux années de recherche à venir. Pour 2019 (année 2), le PCR se recentrera sur l’archéologie de l’édifice au travers de quatre objectifs principaux : le complément de la reprise des données des fouilles antérieures, la poursuite les travaux de relevés pour la génération d’un modèle 3D de la cathédrale, l’étude du mobilier issu des fouilles anciennes et enfin la réalisation de datations en laboratoire.

Collaborations :

DRAC Auvergne Rhône-Alpes et le Conseil départemental de l’Isère (pour Saint Michel de Connexe)

DRAC Centre Val-de-Loire, Orléans Métropole, Polytech Orléans (pour la cathédrale d’Orléans)

Réalisations :

MARTIN (P.) (dir.), Auvergne-Rhône-Alpes – Isère – Champ-sur-Drac (INSEE : 38071), Saint-Michel de Connexe, code opération : 2212960, Prospection thématique, Rapport 2018, UGA / DRAC ARA, Grenoble, décembre 2018 (93 p.)

MARTIN (P.) (coord.), Centre-Val de Loire – Loiret – La cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, site 45 234 025 AH, Projet Collectif de Recherche, Rapport 2017, UGA / DRAC CVdL, Grenoble, janvier 2018 (178 p.)

MARTIN (P.) (coord.), Centre-Val de Loire – Loiret – La cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, site 45 234 025 AH, OA : 0612082, Projet Collectif de Recherche, Rapport 2018, UGA / DRAC CVdL, Grenoble, janvier 2019 (136 p.)

 

DigiFlor (Digital Edition of the Roman de Florimont)

Pilotage : Marta Materni, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Le programme DigiFlor, financé par la Communauté Européenne avec une Marie Curie Individual Fellowship (N° 745821), a pour objectif la réalisation d’une édition numérique complexe, expressément conçue pour un texte très peu étudié du Moyen Âge français : le Roman de Florimont. Il s’agit d’une œuvre en vers (environ 13.000), écrite par Aymon de Varennes en 1118, qui relate les aventures méditerranéennes (un périple qui touche les rives de l’Italie, des Balkans et de l’Afrique septentrionale) du grand-père d’Alexandre le Grand, le duc Florimont de Duras.

Méthodologie :

Du point de vue philologique, le projet DigiFlor vise à la valorisation de la variante et du document, selon la perspective de Bernard Cerquiglini et de la New Philology, sans pour autant nier la nécessité d’une reconstitution critique du texte selon l’enseignement de Lachmann. L’espace numérique, libre des contraintes physiques et économiques de l’espace papier et ouvert à la dimension de « work in progress », a permis la conception d’une filière éditoriale contemplant les deux perspectives, celle documentaire et celle textuelle, vues comme les deux étapes successives et complémentaires du parcours qui vise à la compréhension globale d’un texte, y compris l’histoire de sa réception.

Du point de vue strictement technique, le projet a été l’occasion d’élaborer une série d’outils informatiques pour la réalisation et la publication d’une édition numérique mise à disposition de la communauté scientifique.

Collaborations :logo Marie Curie actions

Réalisations

Tous les résultats du projet DigiFlor ont été donc conçus de façon à représenter des produits autonomes et en même temps la base pour des développements futurs. Actuellement le site héberge donc les éditions diplomatiques et interprétatives de quatre manuscrits, dans une perspective d’édition orientée vers le manuscrit. Ces éditions doivent être successivement enrichies par une annotation linguistique visant à la création d’un Dictionnaire-Florimont et à l’élaboration d’une édition critique.

Les résultats de ce projet sont librement accessibles et diffusés principalement à travers :

1) le site DigiFlorimont. Archives numériques du Roman de Florimont (http://digiflorimont.huma-num.fr), présentant les images et les éditions en plus de la documentation technique.

2) le cahier de recherche Hypothèses, Florimont numérique. Textualité médiévale et textualité numérique (https://digiflorimont.hypotheses.org).

Colloque

Grenoble, 13-14 décembre 2018, Autour de Florimont. Textualité médiévale et textualité numérique

 

SexEO (Sexualités ecclésiastiques, Moyen Âge – époque moderne)

Pilotage : Véronique Beaulande-Barraud

Résumé

La récente mise à jour d’affaires d’abus sexuels dans l’Église catholique, et de manière générale dans les mouvances religieuses, pose avec acuité la question du rapport que les Églises entretiennent avec la sexualité et les pratiques sexuelles tout au long de leur histoire[1]. Le projet SexEO, centré sur les pratiques sexuelles des membres des clergés, vise à ancrer ces questionnements dans une réflexion historique articulant normes et pratiques, principes et réalités, gouvernement d’une communauté et contrôle des individus qui la composent. Il veut quitter la focale de la seule lutte contre le « nicolaïsme » pour aborder la question des pratiques et des représentations sexuelles des clergés, en s’interrogeant sur leur spécificité au regard de la norme chrétienne, sur le long terme et au-delà des limites confessionnelles (de l’Antiquité tardive à la fin du XVIIIe siècle). La place des questions sexuelles dans la définition de l’Église comme communauté séparée et prééminente, dans l’Église latine, est ainsi un des enjeux du programme. Le cadre géographique envisagé est l’Europe de l’Ouest, avec un focus sur les espaces français et italiens actuels, mais des comparaisons avec les Églises orientales seront nécessaires. L’intérêt de ce projet réside dans la volonté de penser l’histoire des pratiques, des rôles et des modèles sexuels dans le clergé par-delà l’appropriation progressive d’une « norme », d’un « idéal » – ou de l’opposition à cet idéal dans la sphère protestante – et de les penser comme des pratiques sociales et culturelles, révélatrices des rapports entre clercs et laïcs, et hommes et femmes au sein des Églises.

Il cherche à articuler, plus qu’à opposer, le traitement théorique et savant du rapport entre genre, sexualité et appartenance au clergé, et ce qu’on peut savoir des réalités vécues et pensées par les intéressé-es. Il entend renouveler l’approche historique de certaines sources, par exemple les statuts synodaux : s’il est connu que le synode est un temps essentiel de formation du clergé depuis le XIIIe siècle, les spécificités des mesures prises dans le registre sexuel ne sont pas abordées, alors même qu’elles courent jusqu’au XVIIIe siècle et connaissent des redites mais aussi des inflexions. De même, les mécanismes juridiques par lesquelles les autorités entendent contraindre les clercs à respecter les normes en matière de sexualité seront examinés, comme l’excommunication qui a suscité des travaux récents, mais plus encore les monitions et la suspense, moins étudiées jusqu’ici. La question de la « déviance » sexuelle par les réguliers – y compris les moniales – est également un chantier ouvert.

Le projet se fonde sur des dépouillements mettant l’accent sur la variété des sources et la difficulté à croiser leurs apports : il suppose en conséquence une solide approche critique, nourrie des renouvellements de l’histoire des pratiques de l’écrit, et notamment de l’écrit judiciaire, et des constructions normatives, remettant en cause notamment une partition entre une « élite » et un « peuple » (ici le bas clergé, mais aussi les fidèles « tolérant » les pratiques des prêtres de paroisse), la première travaillant à la réduction des « abus » du second. En élargissant un questionnement classique de l’historiographie de l’Église catholique aux Églises protestantes, le projet SexEO vise également à dépasser l’argumentaire paulinien du mariage comme remède à la concupiscence et à interroger l’ensemble des pratiques sexuelles des clergés (séculiers comme réguliers, haut comme bas clergé, pasteurs, moniales…) et la manière dont elles sont décrites, définies, condamnées (ou non) par l’institution et par le corps social dans lequel les Église s’inscrivent.

Le projet articule la préparation d’un thesaurus de sources éditées en ligne, pour laquelle un workshop est programmé à l’automne 2022, et un colloque international au printemps 2024.

Réalisations :

Journée d’étude : Faire l’histoire des sexualités ecclésiastiques, Moyen Âge – époque moderne

[1] La sociologie religieuse s’empare de ces questions pour la période actuelle ; voir notamment la thèse de Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Subjectivation genrée et politiques de la masculinités au sein du clergé catholique français depuis les années 1980, ss. dir. E. Fassin, Paris VIII, 2019, publiée sous le titre Des soutanes et des hommes, PUF, 2021.

 

Roman & Histoire/Histoire & Roman

Pilotage : Marie-Claire Ferriès, Université Grenoble Alpes, LUHCIE et Patrizia De Capitani Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Mis en place par une historienne et une littéraire du LUHCIE, ce projet vise à faire dialoguer les disciplines et les périodes pour décloisonner des recherches complémentaires. Il s’intéresse à des problématiques qui ont été abordées autant par les historiens que par les littéraires selon des angles différents :

– l’usage de la littérature de fiction comme source d’histoire

– l’histoire du genre romanesque

– la place de la littérature romanesque dans la formation des identités sociales

– l’usage par les romanciers de l’histoire passée pour comprendre le présent.

– l’engagement des historiens et des écrivains  dans leur temps

– le rapport entre un genre appartenant à la littérature de fiction et la volonté de mettre en écriture une approche scientifique du passé

– les relations entre la subjectivité assumée et la tension vers une objectivité espérée

– le roman anti-historique (Vittorio Spinazzola, Il romanzo antistorico, Rome 1990) et l’uchronie

Réalisations

Les réflexions issues de ce projet feront l’objet d’une publication dans les Cahiers d’Études Italiennes/Filigrana (octobre 2022) en ligne sur Revues.org

Ce programme s’articule en une série de journées d’études échelonnées sur plusieurs années selon le calendrier suivant :

UGA, MSH-Alpes,  12 octobre 2017 : Les romans anciens, fiction vraisemblable ou source scientifique?

UGA, MSH-Alpes et Maison des Langues et des Cultures,  10-11 octobre 2018 : L’histoire romanesque et le roman historique 

UGA, salle Jacques Cartier – Maison des Langues, 3 octobre 2019 : Une autre histoire est-elle possible ? Uchronie et Histoire contrefactuelle (France-Italie-Europe XXe-XXIe siècles)

Les réflexions issues de ce projet font l’objet d’une publication dans les Cahiers d’Études Italiennes/Filigrana (octobre 2021) en ligne sur Revues.org : Roman et Histoire, Histoire et Roman en Italie et en France de l’Antiquité à nos jours, sous la direction de Patrizia De Capitani et Marie-Claire Ferriès

 

Voyages naturalistes et diplomaties savantes

Pilotage : Gilles Montègre, Université Grenoble Alpes, LUHCIE

Résumé

Ce programme vise à établir comment les voyages dans l’espace italo-européen ont favorisé des transferts entre différents types de savoirs, en particulier entre savoirs naturalistes et savoirs antiquaires, qui relevaient à l’époque moderne d’une même matrice épistémologique. L’enquête trouve un débouché éditorial dans la publication en plusieurs volumes chez Classiques Garnier des Éphémérides du naturaliste Latapie, journal de voyage en Italie accompli entre 1774 et 1777, d’une grande richesse, entièrement inédit, et dont les manuscrits ont été retrouvés dans des archives familiales. Plus largement, ce programme entend promouvoir une anthropologie du voyage savant entre Renaissance et Lumières, en prenant en considération les médiations diplomatiques qui l’ont rendu possible.

Collaborations

Laboratoire international associé Mediterrapolis (Aix Marseille Université, École française de Rome, Sapienza université et Université Roma Tre), à travers la participation de membres du LUHCIE au colloque organisé à Rome en janvier 2021 Circulations méditerranéennes : livres et diplomates (XVe-XVIIIe s).

Réalisations

Deux journées d’études organisées à l’UGA par Gilles Bertrand sur le thème Écrire la science en voyage (11 avril et 14 décembre 2018). Voir le carnet de recherche qui en est la résultante sur le site du LUHCIE.

Le premier volume de l’édition critique et commentée des Éphémérides de Latapie est paru en 2017 chez Classiques Garnier sous le titre Éphémérides romaines et a obtenu deux prix : l’un de l’Académie des sciences et belles-lettres de Bordeaux, l’autre de celle de Marseille. Les contrats signés avec la maison d’édition Classiques Garnier prévoient la parution de plusieurs autres volumes au cours de la période 2020-2024 : celle des Éphémérides napolitaines, des Éphémérides siciliennes, des Éphémérides vénitiennes, et enfin des Éphémérides méridionales, consacrée à la traversée par Latapie des provinces du sud de la France.

Le colloque organisé en novembre 2019 à l’Université Complutense de Madrid (voir axe 1, programme ADMINETR) constitue un premier jalon d’une enquête collective sur les diplomates qui se sont intéressés aux sciences naturelles et les savants naturalistes qui ont joué le rôle d’agents diplomatiques. L’enquête est appelée à se poursuivre grâce à un colloque international sur les diplomaties savantes, organisé à l’Université Grenoble Alpes à l’horizon 2021-2022.

 

Le problème de la réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs

Pilotage : Maria Paola Castiglioni (LUHCIE, UGA) ; Marie-Laurence Desclos (IPhiG, UGA); Elisabetta Berardi (Università degli Studi di Torino); Paola Dolcetti (Università degli Studi di Torino)

Résumé

Le projet « Le problème de la réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs » part du constat que, loin des barrières disciplinaires qui ne se mirent en place que plus tard, la période archaïque voit émerger de nouveaux discours de savoir que l’on a dès longtemps tenté d’enrôler sous des bannières distinctes. Le programme, qui se revendique comme transdisciplinaire, vise par conséquent à définir la nature du savoir dont les poètes archaïques, les dramaturges et les autres sophoi étaient les vecteurs et à montrer l’intérêt que ce ou ces savoirs ont pu susciter, les dangers qu’ils ont pu représenter – notamment en termes de concurrence –, les réappropriations et/ou les distorsions dont ils ont été l’objet.

Le programme s’interrogera sur la nature de ces savoirs,  sur les liens entre les savoirs dont les poètes ont été porteurs et sur les emprunts faits par d’autres sophoi à ces savoirs.

Nous essayons ainsi de repenser les instruments conceptuels que nous utilisons, de prendre en considération la dimension pragmatique des différents énoncés, d’identifier le rapport que ces « professionnels de la langue » entretenaient au discours, tout en prenant des précautions méthodologiques : 1) ne pas considérer la « poésie » comme un réservoir dans lequel la « philosophie », viendrait puiser pour en rationaliser le contenu ; 2) ne pas présumer une distinction essentielle entre les sophoi et les poiétai, les uns et les autres étant au même titre et de manière aussi importante constitutifs de la « sagesse grecque » ; 3) ne pas s’arrêter à la différence « empirique » du type d’énonciation (métrique ou prosaïque) et prendre en considération le contexte d’énonciation ; 4) refuser une  approche téléologique et continuiste qui tiendrait, par exemple, que l’apeiron d’Anaximandre se trouverait déjà « en germe » chez Hésiode, sous la forme « imagée » du Tartare ou du Chaos ; 5) ne pas chercher du pré- ou de l’infra-philosophique dans ces discours autres même si, ultérieurement, ils ont été investis par ceux qui seront devenus des philosophes s’auto-définissant comme tels à la façon d’un Platon ou d’un Aristote.

Le programme s’articule autour de cinq thématiques :

  • « La poésie archaïque comme discours de savoir » ;
  • « La poésie dramatique comme discours de savoir »;
  • « Platon citateur : un exemple de réappropriation par la philosophie des discours de savoir antérieurs » ;
  • « Aristotele ‘citatore’ : un esempio di riappropriazione da parte della filosofia di discorsi di sapere anteriori »;
  • « Les philosophies hellénistiques au risque des discours poiético-savants ».

La création de la nouvelle collection Sophia. Studi interdisciplinari sul mondo antico (https://www.ediorso.it/sophia-studi-interdisciplinari-sul-mondo-antico.html), chez l’éditeur italien Dell’Orso, dirigée par les quatre porteuses du programme, permettra de prolonger le dialogue interdisciplinaire et international déjà bien entamé dans le cadre du Parsa,  et la mise en place d’une série de séminaires périodiques, centrés surtout sur l’époque archaïque.

Collaborations

Ce programme est par les universités de Grenoble-Alpes et de Turin et s’insère dans le cadre du PARSA (Pôle Alpin de Recherches sur les Sociétés Anciennes), réseau international fondé en 1992 qui regroupe des membres d’universités suisses (Genève, Lausanne, Neuchâtel), italiennes (Milan, Padoue, Pavie, Rome, Trieste, Turin), françaises (Grenoble, Toulouse) et espagnole (Barcelone), et qui est signataire (depuis 1996) d’un accord de partenariat avec quatre universités brésiliennes (Rio de Janeiro [UFRJ], São Paulo [USP, UNICAMP], Belo Horizonte [UFMG]).

Réalisations

 

Luttes ouvrières et stratégie de la tension en Italie

Pilotage  : Elisa Santalena, Université Grenoble Alpes, LUHCIE, et Christophe Mileschi, Université Paris Nanterre, CRIX.

Résumé

Ce programme étudie les luttes ouvrières en Italie dans les années 1960 et 1970. Faisant suite au premier colloque de 2017 sur les « Années Soixante-dix en Italie : entre politique, recherche historique et mémoire non pacifiée », un second colloque (« 50 ans d’Autunno caldo : entre historiographie, héritage et témoignage ») se tiendra en octobre 2019 à Grenoble et à Paris. Il s’agira d’approfondir la lecture historique du « secondo biennio rosso italiano » (1968-1969), d’analyser les changements survenus dans la société italienne aux niveaux théorique, philosophique, politique, économique et juridique, grâce aux luttes de l’époque pour améliorer les conditions de vie et de travail des ouvriers, et d’en évaluer l’« héritage » en termes de luttes, de revendications et de formes d’organisation. Le cycle se continuera avec l’organisation à la fin de 2020 d’un troisième colloque porté par Elisa Santalena et Leonardo Casalino sur les cinquante ans de la stratégie de la tension, qui fera le point sur la recherche, les documents inédits, les interprétations et les publications récentes relatives au « stragismo », dont la tentative du coup d’état de Valerio Junio Borghese. Plusieurs membres du LUHCIE font partie des comités scientifiques de ce programme de colloques qui débouchera sur des publications (Elisa Santalena, Leonardo Casalino, Olivier Forlin, Marie Thirion, doctorante du LUHCIE).

Réalisations

Colloques (et publications d’actes)

2017, colloque international : « Années Soixante-dix en Italie : entre politique, recherche historique et mémoire non pacifiée », LUHCIE, CRIX (EA 369), avec publication prévue aux Presses universitaires Paris Ouest.

Octobre 2019, colloque International « 1969-2019 – 50 ans d’Autunno caldo : entre historiographie, héritage et témoignage », LUHCIE, CRIX (EA 369), avec publication prévue aux Presses universitaires Paris Ouest.

Fin 2020 : colloque international sur les 50 ans de la stratégie de tension, LUHCIE, publication des axes envisagée.

Publications

– E. Santalena, M. Clementi, P. Persichetti, Brigate Rosse: dalle fabbriche alla “Campagna di primavera. Volume 1, Rome, DeriveApprodi, 2017. (voir : http://www.deriveapprodi.org/2017/02/brigate-rosse/). Volume 2 prévu pour décembre 2020.

– Le système carcéral différencié en Europe, numéro 66 de la revue Agone, coordonné par E. Santalena, parution Automne 2020.

– L’histoire des brigades rouges (jusque dans les années 80), à paraître aux éditions Agone.

 

BRANDES-EN-OISANS, un village de mineurs en Dauphiné (XIe-XVe siècle)

Pilotage : Anne Lemonde (LUHCIE, UGA), Marie Christine Bailly-Maître (CNRS, LA3M-UMR 7298-Aix-en-Provence)

Résumé 

Un chantier archéologique de longue durée – contexte

Depuis 1977, le site de Brandes-en-Oisans a fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles et donné lieu à plusieurs publications scientifiques, dirigées par Marie-Christine Bailly-Maître, archéologue directrice de recherche du LA 3M d’Aix-en-Provence. Voir en dernier lieu, F. Peloux, M.-C. Bailly-Maître et H. Viallet, L’histoire si curieuse des mines de Brandes, Grenoble, 2015 et M.-C. Bailly-Maître (dir.), L’entreprise minière de Brandes. XIe-XIVe siècles, Huez-Oisans (Isère), DARA, 47, ALPARA-Maison de l’Orient, Lyon, 2019. Le chantier n’est cependant pas terminé et les campagnes de fouilles se poursuivent et se poursuivront encore pendant quelques années.

En 2020-2021, la DRAC et le département de l’Isère financent une nouvelle campagne qui a abouti à la datation d’un mobilier exceptionnel (vêtements, bijoux, jeux…) ainsi que d’ossements humains (Code de l’opération : 2213381 // Numéro du site 38 191 547 AH).

Le renforcement de la collaboration avec les historiens d’archives

La nécessité d’une collaboration plus étroite avec les historiens d’archives s’est fait ressentir depuis quelques années. Ce fut d’abord un jeune historien, Fernand Peloux, qui procéda à un premier inventaire de la documentation disponible (voir la publication supra). Aujourd’hui, le projet est de renforcer encore cette collaboration avec Anne Lemonde, historienne, spécialiste du Dauphiné médiéval.  Par ses questionnements et ses objets, il s’intègre dans l’axe 4 du LUHCIE. Les dépouillements réalisés sont importants : ils portent sur des enquêtes volumineuses des années 1250/70 et 1315/30, des comptabilités (1e moitié du XIVe siècle) ainsi que des enquêtes fiscales du XVe siècle. Toutes ces archives sont conservées aux Archives départementales de l’Isère. On y adjoindra quelques « regestes-cadastres » conservés dans les archives municipales uissanes. Ce travail de dépouillement doit être poursuivi (environ 6 mois de travail) et les résultats seront mis en regard de ceux auxquels aboutiront les analyses du matériel archéologique découvert récemment et conservé actuellement au musée de l’Alpe d’Huez. Ainsi les conditions de vie de cette communauté de mineurs, son état sanitaire, son statut social, son intégration politique pourront-ils être envisagés de manière exhaustive. La démarche se veut résolument collective et interdisciplinaire, visant une réflexion commune entre archéologues et historiens, experts reconnus du terrain concerné. La synthèse de ce travail donnera lieu à une publication substantielle en 2022.

Collaborations : UMR 7298-CNRS LA 3M ; DRAC Rhône-Alpes (Service régional de l’archéologie) ; Conseil départemental de l’Isère (Service du patrimoine culturel).

 

 

Séminaire Res-Publica /République

Pilotage et/ou co-pilotage du programme : Clément Chillet, Marie-Claire Ferriès, Ilaria Taddei

Collaborations : MSHAlpes, axe langages et politiques Langages&Politiques_Logo

Descriptif 

Ce programme se donne pour objet l’étude de la Res publica et du bien commun dans le vocabulaire (emploi et remplois), les structures de pensée, les institutions, les processus de prise de décision, les modalités d’organisation de la communauté, son évolution politique dans les “républiques” de l’Antiquité et du Moyen-Âge. Le champ chronologique et géographique s’étend pour l’heure de la naissance de la république romaine à la fin du Moyen-Âge mais, dans une seconde phase, elle a vocation à aller jusqu’à la période contemporaine. Par le biais de l’historiographie, c’est aussi l’histoire de certaines actualisations de l’idée et de la pratique républicaine qui sera étudiée. Cette démarche s’ancre dans les champs de recherche de plusieurs collègues (C. Chillet, M. Ferries et I. Taddei) et il présente plusieurs points de convergence avec le programme (notamment Langages &politiques et des travaux déjà réalisés ou en cours.

Ce séminaire pluri-annuel s’organise autour de quatre séances annuelles aux thématiques fixes.

Les mots de la Républiqueportant sur les thèmes de lexique politique de la Res Publica et des Républiques

‘Historiographie et actualité de la recherche’, portant sur l’analyse détaillée d’une publication récente et de ses résonnances historiographiques

‘La République en acte’ portant sur une étude de cas

‘Histoire-et-politique’ portant sur l’engagement intellectuel et l’engagement politique. Les études républicaines et les Républiques contemporaines

Réalisations :
2021 -2022 : conférences /table-rondes/ journées envisagées

 

MILIFEM: Réseaux et formes du militantisme féminin en Italie (1820-1922)

Pilotage: Laura Fournier-Finocchiaro (UGA, LUHCIE) ; Silvia Cavicchioli (Université de Turin) ; Mirtide Gavelli (Museo civico del Risorgimento di Bologna) ; Liviana Gazzetta (Istituto del Risorgimento Italiano ISRI -Comitato di Padova) ; Barbara Meazzi (Université Côte d’Azur) ; Elena Musiani (Université de Bologne).

Résumé : le projet émergent MILIFEM entend explorer les différentes activités militantes par lesquelles les femmes ont participé à la vie politique du début du 19e siècle à la «première vague féministe» (1865-1920), dans cette période de transformation de la péninsule italienne et de naissance d’un nouvel Etat national, qualifiée aujourd’hui de « long Risorgimento ». Il entend réfléchir au thème du militantisme féminin pendant cette période non seulement en termes de genre, mais aussi de choix, c’est-à-dire à la participation au sens large, à la fois aux batailles et sur les barricades, aux luttes armées, mais aussi aux idées et aux débats politiques qui ont accompagné la naissance de l’Italie contemporaine. L’intention est de privilégier l’analyse des réseaux, en suivant non seulement des itinéraires individuels, mais aussi des exemples de militantisme collectif, qui émergent à travers l’analyse des espaces et des formes de relations dans la sphère publique : la presse, les lieux de sociabilité (salons, théâtres…) et les associations, ainsi qu’à travers les représentations iconographiques de combattantes et militantes qui sont parvenues jusqu’à nous.

Le militantisme féminin en Italie sera par ailleurs envisagé dans une perspective transnationale, afin d’entamer une réflexion sur les liens qui unissent les féministes au-delà des questions nationales. En particulier, il s’agira de défricher les itinéraires intellectuels, les lieux et les occasions qui ont contribué au développement de certaines formes d’engagement civil et politique à tous les niveaux : local, national et international.

L’enquête reposera sur l’inventaire et l’analyse de la documentation écrite (publications, presse, correspondances, archives privées des protagonistes et des associations), d’objets et de représentations iconographiques portant la trace des activités politiques féminines (conservées dans les musées du Risorgimento en Italie, dans les archives et bibliothèques en Italie et en France). Des missions seront organisées afin de repérer et mettre au jour des documents inédits, qui seront ensuite mis à disposition des chercheurs dans une base de données et qui pourront faire l’objet d’expositions physiques et virtuelles.

Le projet réunit une équipe franco-italienne pluridisciplinaire, composée de spécialistes d’histoire, de littérature, de muséologie, d’archivistes, travaillant sur l’Italie contemporaine avec une approche de genre.

Le calendrier des séminaires et des manifestations scientifiques vise à construire une typologie des formes d’engagement féminin.

Réalisations

Séminaire inaugural du projet : Choisir la révolution. Idées et réseaux des combattantes pour le Risorgimento/ Scegliere la rivoluzione. Idee e reti delle combattenti per il Risorgimento, première rencontre en ligne le 22 septembre 2021. Disponible en replay sur la chaîne YouTube History and Memory of Bologna: Scegliere la rivoluzione. Idee e reti delle combattenti per il Risorgimento

Séminaires 2022, Réseaux et forme du militantisme féminin en Italie (1820-1922), série de rencontres en ligne le mercredi de 18h à 19h30 (en direct et en replay sur la chaîne YouTube du Musée du Risorgimento de Bologne). Dates des sessions :

2 février 2022 – Azzurra Tafuro (Université libre de Bruxelles) – Elena Sodini (Université de Vérone) : Les femmes associées : citoyenneté féminine et philanthropie patriotique

2 mars 2022 – Fiorenza Taricone (Université de Cassino) – Barbara Meazzi (Université Côte d’Azur) : Les conférencières : la parole féminine dans l’espace public

6 avril 2022 – Beatrice Pisa (Université de Rome “La Sapienza”) – Liviana Gazzetta (ISRI Padova) : Femmes civiques : propositions de service féminin national

4 mai 2022 – Carlotta Sorba (Università di Padova) – Livia Cavaglieri (Università di Genova) : Les actrices et les spectatrices : le théâtre comme espace politique

5 octobre 2022 – Aura Popa (Justus Liebig Universitat Giessen)  –  Isabella Pera (chercheuse indépendante) : Les croyantes : militantisme religieux et professionnel (1860-1915)

27-28 juin 2022, Colloque international, Des femmes militantes. Attivismo femminile (Italie 1820-1922), Université de Grenoble

Le projet dispose d’un espace dédié, Projet MILIFEM, dans le carnet de recherche en ligne de la Société d’études françaises du Risorgimento italien (https://sefri.hypotheses.org/) sur Openedition.org

 

 

 

Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe

Le LUHCIE, équipe d’accueil n° 7421, est un laboratoire de l’Université Grenoble Alpes réunissant des historiens, des historiens de l’art, des musicologues et des spécialistes de la langue, de la littérature et de la civilisation italiennes. Il rassemble 34 enseignants-chercheurs et 38 doctorants rattachés aux Écoles doctorales SHPT (Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire) et LLSH (Langues, Littératures et Sciences Humaines).

Le LUHCIE est né en janvier 2016 de la fusion du CRHIPA (Centre de Recherches en Histoire et histoire de l’art, Italie, Pays Alpins, interactions internationales) et du GERCI (Groupe d’Études et de Recherches sur la Civilisation Italienne). Il est intégré au Pôle de recherche “Sciences humaines et sociales” (SHS) de l’Université Grenoble Alpes.

Le LUHCIE possède un fonds documentaire de plus de 6000 ouvrages et d’une cinquantaine de revues françaises et italiennes. Sa politique éditoriale se traduit par le soutien à de nombreuses publications, dont les Cahiers d’études italiennes et la collection « Italie plurielle » (UGA éditions).

Il est engagé dans de nombreux programmes de recherche concernant l’histoire, l’histoire de l’art, la musicologie, la littérature, l’image, le patrimoine, le politique, la culture, la traduction et les humanités numériques. Ces programmes sont structurés selon quatre axes : Circulations, transferts, frontières – Écritures, objets, formes de communication – Savoirs, croyances, sciences – Territoires, pratiques et discours politiques

Au LUHCIE sont adossés :

– Le Master Histoire de l’art de l’UFR ARts et Sciences Humaines

Les parcours :

 

Télécharger l’organigramme

 

 

About us

The LUHCIE, research group (EA) no. 7421, is a Université Grenoble Alpes (UGA) laboratory bringing together historians, art historians, musicologists and specialists in the Italian language, literature and civilisation. Its members include 34 research professors and 38 doctoral students attached to the Doctoral Schools SHPT (Humanities, Politics and Territorial Sciences) and LLSH (Languages, Literatures and Humanities).

The LUHCIE was founded in January 2016 following the merger between the CRHIPA (Centre for Research in History and History of Art, Italy, the Alpine Countries and International Interactions) and the GERCI (Group for Studies and Research on Italian Civilization) at the Université Grenoble Alpes.

The LUHCIE has a documentary collection of more than 6,000 publications and some fifty French and Italian journals. Through its editorial policy it supports a wide range of publications, including at the Presses de l’UGA Cahiers d’études italiennes and the collection “Italie plurielle“.

It is contributing to a number of research programmes bearing on history, history of art, musicology, literature, image, heritage, politics, culture, translation and the digital humanities. These programmes are organised according to four strands: Movements, transfers, borders – Writings, objects, forms of communication – Knowledge, beliefs, sciences – Territories, practices and political discourse

The following are supported at the LUHCIE:

– The History of Art Master’s of the UFR (Research & Teaching Unit) ARtS and Humanities

– The programmes:

 

Download the organisation chart

 

Il LUHCIE, (équipe d’accueil n° 7421), è un laboratorio dell’ Università Grenoble Alpes che riunisce storici, storici dell’arte, musicologi e specialisti della lingua, della letteratura e della civiltà italiane. Il laboratorio è costituito da 34 docenti-ricercatori e da 38 dottorandi annessi alle due Scuole di Dottorato SHPT (Sciences Humaines, du Politique et du Territoire) e LLSH (Langues, Lettres et Sciences Humaines).

Il LUHCIE nasce nel gennaio 2016 dalla fusione del CRHIPA (Centre de Recherche en Histoire et histoire de l’art, Italie, Pays Alpins, interctions internationales) e del GERCI (Groupe d’Études et de Recherches sur la Civilisation Italienne). È integrato al Polo di ricerca « Scienze umane e sociali» (SHS) dell’Università Grenoble Alpes.

Il LUHCIE possiede un fondo documentale di più di 6000 opere e una cinquantina di pubblicazioni francesi e italiane. La sua politica editoriale si traduce nel sostegno a innumerevoli pubblicazioni, tra cui la rivista “Cahiers d’études italiennes” e la collana « Italie plurielle », pubblicate da UGA Éditions.  

Il LUHCIE partecipa a numerosi programmi di ricerca nel campo della storia, della storia dell’arte, della musicologia, della letteratura, dell’iconografia, del patrimonio, della politica, della cultura, della traduzione e delle scienze umane digitali. Questi programmi si articolano intorno a quattro assi: Circolazioni,scambi, frontiere – Scritture, oggetti, e forme di comunicazione – Saperi, credenze, scienze – Territori, pratiche e discorsi politici.

Al LUHCIE sono associati due Master :

– Il Master di Storia dell’Arte dell’UFR ARte e Scienze Umane

– I percorsi:

  • « Scienze dell’Antichità » e « Storia, culture, politica, scambi internazionali » del Master di Storia dell’UFR ARte e Scienze Umane, per il quale sono state stipulate numerose convenzioni con le università italiane (Milano, Roma, Siena, Venezia), nonché con l’Università Russa dell’Amicizia tra i Popoli (Mosca) e con l’Università di Soochow (Suzhou).

 

 

Scaricare l’organigramma

ANTHORE Soline, docteure en histoire moderne

ANTONIETTI Laura, docteure en études italiennes

BAPTISTE Nicolas, docteur en Histoire médiévale

BERTHOLET Marion, docteure en histoire moderne

BESSON Grégoire, docteur en histoire moderne

BISTAGNE Florence, MCF, univ. d’Avignon

BONELLI  Francesco, docteur en études italiennes

BOURDON Muriel, enseignante à l’IUT 2

BRICE Catherine, Pr d’hist. contemporaine, univ. de Paris Est

BOVO Martine, Université de Bordeaux Montaigne

BUCLON Romain, docteur en histoire

CACCIATORE Giulia, docteure en études italiennes

CAILLIEZ Matthieu, ATER, département de musicologie de l’Univ. Grenoble Alpes

CAROTENUTO Pierre-Paul, Pr de français (Academic Fellow) à l’Université Bocconi de Milan (Italie) ; Pr de FLE à l’Institut français de Milan.

CASAMENTO Antonio, univ. de Savoie, LLSETI

CHELES Luciano, Pr, retraité de l’université de Poitiers

CHI Yumei, Pr, Minnan Normal University, Zhangzhou (Chine)

CHIANCONE Claudio, docteur en études italiennes, professeur agrégé

COMPARATO Guillaume, docteur en Histoire moderne, Ingénieur de recherche chez Floralis

COSTA Sandra, MCF en hist. de l’art, univ. de Bologne (Italie)

CURRERI Luciano,  Pr, université de Liège, Belgique

DALAISON Julie, MCF en hist. romaine à l’univ. de Lyon 2

D’ANGELO Fabio, docteur en Histoire moderne

DE BOLLIVIER Marc, docteur en histoire contemporaine

DEFLOU LECA Noëlle, MCF en histoire du Moyen Âge, univ. Grenoble-Alpes

DEL VENTO Christian, Pr, univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3

DI GESÙ Matteo, chercheur en Littérature Italienne, univ. de Palerme

EMPRIN Gilles, enseignant en histoire-géographie au lycée international Europole et membre du conseil scientifique du Musée de la Résistance

FAGNART Laure, chercheuse à l’univ. de Liège

GIRINON Armelle, ATER UGA

GUZZO Domenico, docteur en histoire contemporaine

LINKOVA Elena, Université Russe de l’Amitié des Peuples (URAP), Moscou

MAFFIOLETTI Marco, docteur en études italiennes, professeur certifié

MARTINI Alessandro, MCF en études italiennes, Univ. de Lyon 3

MATARD-BONUCCI Marie-Anne, Pr hist. contemporaine, univ. de Paris 8

MICHEL d’ANNOVILLE Caroline, Pr en archéologie de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

NATOLI Chiara, docteure en littérature italienne

PELLIZZARI Diego, ATER d’Italien à l’UFR de langues étrangères

PRUDENT Philippe, docteur en histoire

ROCHAS Joëlle, conservatrice en chef, bibliothèques de l’Université Grenoble Alpes

SALLÉE Frédéric, docteur en histoire

SANTAMARIA Yves, MCF HDR émérite en Histoire contemporaine

SCHNAPP Joël Elie, docteur en histoire

STOLF Serge, Pr émérite en Littérature italienne

TISSOT Robert, MCF musicologie, univ Grenoble Alpes

TUMMILLO Federica, docteure en études italiennes

VALLET Virginie, doctorante univ. Lyon 3

VERDIER René, MCF histoire médiévale

VIAL Eric, Pr, univ. Cergy Pontoise

ZANONE Emilie, docteure en études italiennes

La Libération de Paris en août 1944, puis du reste de la France, laisse place à la reconstruction d'après guerre. Ce contexte engendre la nécessité d'un renouveau politique opposant rapidement les gaullistes aux communistes, mais est-ce que cela est synonyme d'une restructuration de la société française ? C'est par l'image des femmes que ce mémoire va s'intéresser à cette question. En effet, pendant la Guerre, l'apparition de la Résistance face à son extrême inverse qu'est [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Combien de termes croît-on maîtriser dans leur pluralité de significations et de contextes d'expression, les employant ainsi de manière sereine et régulière ? Dans quelle proportions sommes-nous cependant dans l'erreur quant à leurs réels sens et implications ? Cette interrogation est pour nous incontournable lorsqu'elle concerne des termes volatiles renvoyant à des éventails de représentations variées et parfois antagonistes, comme celui qui est précisément placé au cœur de cette étude : celui de surnaturel. Il [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Le culte des saints connaît un accroissement exponentiel au XIIIe siècle. Ce mémoire, à travers l'exemple de saint Jean-Baptiste, tente d'identifier les modalités et les ressorts de ce phénomène ainsi que les enjeux et les effets qu'il suscite. La période qui s'étend du XIIIe au XVe siècle se caractérise par une réappropriation, orchestrée par l'Église, de pratiques païennes en vue de mieux christianiser les croyances afin d'asseoir sa puissance et étendre toujours plus son pouvoir [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Le ghetto de Terezin (Tchécoslovaquie) fut le théâtre de la plus grande mystification artistique de l'Allemagne nazie. Situé au nord de Prague, ce ghetto servit de propagande à l'intention de la communauté internationale, visant à rassurer le monde entier sur le sort enviable réservé à la communauté juive vivant sur le territoire du IIIe Reich. De fait, alors que la propagande nazie en Allemagne et dans les territoires envahis et annexés visait à bannir toute [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Au sortir de la Seconde Guerre mondiale se créent dans les pays d'Europe d'importantes associations nationales et de résistants et de déportés. Certaines de ces associations, dont le but initial est la défense des droits, deviennent militantes et s'engagent dans le débat politique au nom du passé d'opposant au nazisme de leurs membres. Suite à la rupture des deux grands vainqueurs Alliés et à la partition en deux de l'Europe, des organisations nationales de résistants [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
L'objet de ce travail est de produire un développement sur l'état de la civilisation indigène du Brésil la plus connue, les Tupi-Guarani, localisés sur le littoral Atlantique du Nord du Brésil jusqu'au Rio de la Plata, au travers des écrits des explorateurs Européens de la première moitié du XVIe siècle. Le choix de cette période permet d'évaluer l'état de cette civilisation avant la colonisation systématique qui a engendré leur acculturation. Or, la représentation des auteurs [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
À travers les récits de voyage, les mémoires et les correspondances, les ressortissants des diverses nations d'Europe racontent leur voyage dans d'autres sociétés et en profitent pour écrire sur les mœurs de leurs voisins. Dans ce travail de description, les contemporains jugent et regardent d'un œil nouveau ces coutumes si étrangères aux leurs. Parmi les descriptions données à lire, la sexualité tient une place non négligeable. C'est au prisme des habitudes sexuelles des populations locales, [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Un viaggio vecchio quanto la Storia dell'Umanità di cui le origini vengono analizzate in ogni singolo paese rispetto alla sua situazione economica, sociale e politica. Per viaggio lontano si intende l'immigrazione di tante persone che lasciavano il loro territorio alla ricerca di una vita migliore per sé e per i loro familiari. Tra tutte queste l'immigrazione intrapresa dal popolo italiano si rivelò essere quella che segnò di più la Storia dell'Europa in quanto furono i [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
La période qui s'étend de 250 av. J.-C., c'est-à-dire le milieu de la première guerre punique jusqu'à 41 ap. J.-C., qui est la date de l'assassinat de l'empereur Caligula par ses soldats prétoriens, remplacé par ces mêmes soldats par Claude, est très intéressante en ce qui concerne l'évolution du fait militaire, et notamment du soldat. Le soldat à travers le vote connaît dans cette période une certaine évolution de son rôle : il n'est pas [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Henri Dutilleux, compositeur du XXe siècle, a montré un intérêt particulier pour les autres arts, notamment la peinture et la littérature, dans lesquels il a parfois trouvé l'inspiration créatrice. Le mot " correspondances semble être celui qui définit le mieux les liens qui unissent ces domaines à certaines de ses œuvres. Sans écrire de musique à programme, le compositeur tisse des analogies subtiles qui relèvent davantage de la suggestion et du ressenti personnel que de [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
In questa tesi ho preso in considerazione la produzione giovanile del Verga nel periodo che va dal 1862 al 1875. In questi 13 anni l'Autore scrive i romanzi e le novelle che sono l'oggetto della tesi e che ne rappresentano il periodo pre-verista. La lettura e l'analisi di questi lavori giovanili (romanzi e novelle... eventualmente elencare) ci permettono di assistere alla sua crescita, alla sua graduale maturazione, ai suoi cambiamenti nel modo di pensare nei [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source
Il genere della novella si esaurisce nel XVI secolo quando gli scrittori - tali Firenzuola e Grazzini, mettendosi sulla scia di Boccaccio (soprattutto il secondo), provano tuttavia nelle loro rispettive raccolte, di emanciparsene. Della donna, spesso protagonista dei racconti, vi è data un'immagine contrastante rispetto alla realtà storica. Emerge invece, un ritratto della donna - nei suoi rispettivi ruoli (moglie, madre, amante,...), molto ambiguo e insieme sovversivo. A dispetto di scrupoli, cerca di appropriarsi - [...]
Tue, May 11, 2021, Continue reading at the source

Propriété du site

Le présent site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr est la propriété du laboratoire universitaire LUHCIE, dont le siège social est situé au 1281, av. centrale – 38400 St Martin d’Hères.

Contenu du site

Le contenu du site est composé par sa structure générale et les éléments le composant : textes, images animées ou non, photothèque, sons, voix et éléments multimédia (vidéos…).

L’accès aux informations contenues dans ce site par tout internaute implique l’acceptation des conditions générales décrites ci-dessous.

Propriété intellectuelle

Seule une utilisation des informations contenues dans le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr est autorisée à titre individuel.

Les articles et les informations présentes sur ce site ainsi que les illustrations (schémas, photos…) sont soumises aux lois sur la propriété intellectuelle. Toute reproduction totale ou partielle des informations de ce site ne peut se faire sans accord préalable du LUHCIE.

Droit d’auteur

Aux termes de son article L.122-5, le code de la propriété intellectuelle n’autorise, d’une part que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et d’autre part, « sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées ».

De ce fait, toute autre reproduction ou représentation intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, ainsi que toute traduction, adaptation ou arrangement (article L.122-4) du site ou d’éléments de son contenu, par quelque procédure que ce soit et sur quelque support que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Marques

Les marques et logos du LUHCIE figurant sur le site sont des marques et logos déposés. Toute reproduction totale ou partielle de ces marques et logos sans autorisation expresse du LUHCIE est prohibée.

Liens hypertextes

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site Web en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet, ne sauraient engager la responsabilité du LUHCIE. Vous avez la possibilité de mettre en place un lien hypertexte entre votre site et le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr en affichant notre site dans une nouvelle fenêtre. Le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr ne pouvant être intégré dans la navigation des sites externes.

Loi informatique et libertés

Les utilisateurs du site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr sont tenus de respecter les dispositions de la loi informatique, fichiers et libertés, dont la violation est passible de sanctions pénales. Ils doivent notamment s’abstenir, s’agissant des informations nominatives auxquelles ils accèdent, de toute collecte, de toute utilisation détournée, et d’une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes. Les contrevenants s’exposent à des sanctions pénales conformément aux dispositions de la section V du nouveau code pénal intitulé « des atteintes aux droits des personnes résultant des fichiers ou des traitements informatiques » et du chapitre III intitulé « Des atteintes aux systèmes de traitement automatisé des données ». Les informations nominatives, que vous envoyez à LUHCIE, ne feront pas l’objet d’une diffusion à un tiers. Vous disposez des droits d’opposition (article 38 de la loi), d’accès (articles 39, 41 et 42 de la loi) et de rectification (article 40 de la loi) de ces données, conformément aux dispositions de la loi du n°78-17 du 6 janvier 1978 « Informatique et Libertés ». Pour l’exercer, adressez-vous à LUHCIE par mail.

Clause de confidentialité

Le LUHCIE s’engage à ne pas vendre, louer ou divulguer d’une façon quelconque votre adresse électronique ou toute autre information personnelle.

Législation française

Les obligations légales de confidentialités en matière d’informations médicales sont conformes avec la législation française. Le site luhcie.univ-grenoble-alpes.fr a été conçu en France et est hébergé en France. Les conditions générales d’utilisation du site sont soumises au droit français. Les tribunaux français seront seuls compétents en cas de litige


Université Grenoble Alpes
LUHCIE

Bât. ARSH
1281, av. centrale
38400 St-Martin-d’Hères

Directrice : Ilaria Taddei
Directrice adjointe : Patrizia De Capitani
Gestionnaire : 
Jeanine FIZIR (Tél. 04 38 42 19 39)
Documentaliste/Webmaster : Isabella TARRICONE (Tél. 04 57 42 24 41)

Si vous souhaitez recevoir les informations du laboratoire, veuillez écrire à l’adresse suivante :
luhcie@univ-grenoble-alpes.fr

Plan d’accès au centre :

Bâtiment ARSH, campus Saint-Martin-d’Hères

[/two_third]

Votre nom

Votre email

Sujet

Votre message


ouvragesLes ouvrages

– 6000 ouvrages dont les 2/3 du fonds sont en italien et sur l’histoire de l’Italie

– 1/3, en français, concerne les thématiques du Centre de Recherche (Interactions culturelles, Patrimoine et Relations internationales).
Les ouvrages sont référencés dans le catalogue commun des bibliothèques de l’UGA. Consultez la liste des dernières acquisitions.

Pour toutes vos suggestions d’achat : isabella.tarricone@univ-grenoble-alpes.fr

 periodiquesLes périodiques

Vous trouverez nos titres de périodiques (italiens et français) dans le catalogue commun mais aussi dans le SUDOC.

 

CONDITIONS DE PRÊT :

Prêt et retour des documents :  à l’accueil du centre de ressources de l’UFR ARSH (Arts et Sciences Humaines)

Nombre illimité de documents :

– Licence : 14 jours – Renouvelable 1 fois
– Master et Doctorat
: 21 jours – Renouvelable 1 fois
– Concours
: 7 jours – Non renouvelable

 

Réservations : Possibilité de réserver des ouvrages et de prolonger les prêts d’une semaine à partir du dossier lecteur accessible à partir de la page d’accueil du catalogue Beluga.
Les prêts effectués dans les bibliothèques du réseau du SID2 se cumulent. Une suspension dans une bibliothèque vous pénalise dans tout le réseau.

memoiresLes mémoires

Les mémoires de Master 1, Master 2 déposés au LUHCIE avant 2006 peuvent être consultés uniquement sur place après autorisation préalable du directeur de recherche. Les mémoires de Master, soutenus depuis 2007 et qui ont bénéficié d’une autorisation de diffusion, sont archivés sur la base DUMAS.